Version classiqueVersion mobile

Mallarmé, Valéry et Claudel traducteurs

 | 
Pauline Galli-Andreani

III. Valéry traducteur : « C’est là devoir danser étant chargé de chaînes »

Fonction de la traduction : entre rêverie et pragmatisme

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Rêverie sur la langue

Valeur du latin

Dans sa préface, le traducteur, à la faveur de quelques digressions, propose une réflexion sur la langue de Virgile révélant le potentiel symbolique qui lui est attribué. Le latin est tout d’abord valorisé en tant que langue structurante : sa syntaxe est garante d’une poéticité avérée de la langue. En effet, le latin est une langue plus dense que la nôtre, qui peut dire beaucoup en peu de mots. Sa syntaxe pourtant contraignante dispose de plus d’une latitude rare du point de vue de l’organisation des mots dans le vers. Cette liberté est propice à une versification plus harmonieuse car libérée des entraves grammaticales contraignantes du français1. Le latin n’est en fait pas envisagé en soi, mais toujours en comparaison avec le français. Il s’agit de circonscrire les possibilités de chacune des langues afin de dévoiler leurs décalages et de rendre évidente l’absence de correspondance entre les idiomes.

Le lien est ensuite établi entre liberté syntax...

© Presses universitaires de Vincennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search