Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mallarmé, Valéry et Claudel traducteurs

 | 
Pauline Galli-Andreani

III. Valéry traducteur : « C’est là devoir danser étant chargé de chaînes »

Traduire, malgré tout

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Esquisse d’une théorie de la traduction

Les « Cantiques spirituels »

En 1941 paraît, simultanément dans la Revue des deux mondes et comme préface aux Cantiques spirituels de saint Jean de la Croix1, un texte dans lequel Valéry présente l’œuvre du poète espagnol mais revient également sur sa traduction en français par le R.P. Cyprien2, qu’il juge « de la plus certaine et de la plus pure qualité3 ». Cette réflexion sur le travail de traduction proposé par le père Cyprien prend rapidement le pas sur ses propos concernant la poésie de saint Jean de la Croix.

Cet éloge s’ouvre sur le récit d’un véritable coup de foudre poétique – « Je vis, je lus […] Oh !… me dis-je, mais ceci chante tout seul4 !… » –, signe, selon Valéry, de la valeur de ce texte : il s’agit d’une véritable reconnaissance. C’est seulement après la découverte de ces vers que Valéry, par curiosité, dit-il, lut le texte espagnol. La confrontation de la traduction avec l’original est alors l’occasion d’une admiration nouvelle ...

© Presses universitaires de Vincennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540