Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mallarmé, Valéry et Claudel traducteurs

 | 
Pauline Galli-Andreani

III. Valéry traducteur : « C’est là devoir danser étant chargé de chaînes »

Valéry, traducteur ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Virgile de mes classes, qui m’eût dit que j’aurais encore à barboter en toi ?
Paul Valéry, « Variations sur les Bucoliques1 »

Défiance vis-à-vis de la traduction

La question du corpus

Une bien maigre œuvre de traducteur

La présence de Valéry dans ce corpus de poètes-traducteurs peut sembler contestable, dans la mesure où il n’a que très peu traduit et écrit sur la traduction. À côté de traductions ponctuelles et incomplètes2, un travail se distingue : il s’agit d’une version française des Bucoliques de Virgile, sur laquelle Valéry travaille de 1942 à 1944, c’est-à-dire durant les dernières années de sa vie. Parler de Valéry en tant que traducteur revient donc à s’attacher à une part minime de sa production littéraire, une part dont, précisément, tout le reste de son œuvre semble condamner l’existence jusqu’en 1942, date à laquelle débute l’élaboration de ces Bucoliques valéryennes qui semblent rédimer, sur le tard, l’activité de traduction.

Or, celles-ci ne relèvent pas d’une initiative p...

© Presses universitaires de Vincennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540