Version classiqueVersion mobile

Mallarmé, Valéry et Claudel traducteurs

 | 
Pauline Galli-Andreani

I. Mallarmé traducteur : « Traduire ! Le silence »

Solitude et altérité

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Autre(s) soi(s)

L’altérité, avant de concerner la langue, touche en premier lieu le sujet. L’entreprise de traduction est l’occasion, pour Mallarmé, d’envisager la création poétique en s’interrogeant sur la place du créateur. Elle permet un face-à-face avec un auteur autre : un poète qui n’est pas soi, et qui ne parle pas ma langue, mais avec lequel je dois créer un lien – de quel ordre ? –, car un lien existe nécessairement entre l’auteur traduit et son traducteur. Le jeu de miroir que suppose l’entreprise de traduction permettra à Mallarmé de s’observer en tant que créateur, et ce faisant, d’élaborer progressivement une conception du poète fondée sur la position d’effacement telle que nous l’avons décrite dans le cadre de ses travaux de traducteur. De la technique du calque, à laquelle il a recours dès les années 1860, à la « disparition élocutoire1 » du poète, pensée dans les années 1890, la question de l’altérité, en jeu dans la traduction, joue le rôle de pivot.

Soi, l’autre – ou...

© Presses universitaires de Vincennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search