Version classiqueVersion mobile

Mallarmé, Valéry et Claudel traducteurs

 | 
Pauline Galli-Andreani

I. Mallarmé traducteur : « Traduire ! Le silence »

Genèse d’une œuvre de traducteur

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Présentation de l’ensemble du corpus

Le corpus de traduction de Mallarmé est hétéroclite. Il comprend un nombre conséquent de textes, au sein desquels apparaît rapidement une répartition évidente entre les poèmes de Poe et le reste des traductions. D’une part, trente-six poèmes d’un même auteur, publiés par les soins de leur traducteur ; d’autre part, quatre poèmes, cinq contes, deux textes non littéraires et trois ouvrages pédagogiques – un assortiment de textes hétéroclites, dans bien des cas non publiés. L’opposition entre le premier ensemble, cohérent, développé et élaboré avec précision, et le second, désordonné et disparate, est saisissante. L’un constitue une partie essentielle de l’œuvre de Mallarmé, en raison notamment de l’attachement tout particulier qu’il portait à Poe. L’autre témoigne, lui, du mode de fonctionnement de la création chez notre poète : il est le reflet des rencontres, du hasard, des circonstances, qui expliquent que Mallarmé n’ait pas mené un travail de tr...

© Presses universitaires de Vincennes, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search