Version classiqueVersion mobile

Toni Morrison

 | 
Maryemma Graham
, 
Andrée-Anne Kekeh-Dika
, 
Janis A. Mayes

III. Ramifications

“Neo-slave Narratives” and Literacies of Maroonage1 : Rereading Morrison with Dionne Brand, George Jackson, and Assata Shakur

Les nouveaux récits d’esclaves, écritures du marronnage : relire Morrison en compagnie de Dionne Brand, George Jackson et Assata Shakur.

Greg Thomas

Résumé

Cet article entend explorer ce que je nomme «  Écritures du marronnage dans les diasporas africaines » ; cette notion se rattache à l’histoire des mouvements de résistance et des fuites collectives qui ont eu lieu dans les Amériques : les Palmarès au Brésil, la figure de Queen Nanny en Jamaïque, les mouvements de résistance dans les marécages de Virginie ou de Caroline du Nord (The Great Dismal Swamp). Je souhaite élargir une acception trop restrictive du genre du «  nouveau récit d’esclave » (neo-slave narrative) et y inclure des récits du passé et du présent qui s’inscrivent dans le sillage de ce que George Jackson appelait le «  nouvel esclavage ». Mon propos est de revisiter Beloved de Toni Morrison à partir de cet angle du marronnage qui a été laissé de côté par la critique et l’historiographie classiques et de rendre visible les filiations avec d’autres types de récits de résistance, notamment ceux de Dionne Brand, du «  camarade » George Jackson, d’Assata Shakur, sans oublier Évelyn Trouillot et Sherley Anne Williams. Toni Morrison, figure désormais incontournable dans le canon littéraire et ancienne directrice de collection chez l’éditeur Random House, peut ainsi être aussi réinscrite dans le cadre plus large d’une tradition d’écriture militante pour laquelle la notion de marronnage est un instrument nécessaire.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Maroon (english) ; marron (french) ; cimarrón (spanish) :
domestic cattle that had taken to the hills in Hispaniola ;
Indian slaves [who] had escaped from the Spaniards ; afro-american runaways : strong connotations of “fierceness,” of being “wild” and “unbroken.”
Richard Price2

Sitting at the New York City offices of Random House, upon the publication of A Mercy (2008), Toni Morrison states in an interview for Poets & Writers upon the publication of A Mercy (2008) : “To say slavery is over is to be ridiculous.”3 The reference is to literary themes, specifically. Another author of great renown today in the global African tradition, Dionne Brand, invokes her childhood in Trinidad from Canada and writes of black communities “marooned in diaspora” for her memoir A Map to the Door of No Return : Notes to Belonging (2001).4 Like their most prized fiction, the nonfiction statements of Morrison and Brand link slavery and antislavery across time and space with a mixture of historicity and ur...

Auteur

© Presses universitaires de Vincennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search