Version classiqueVersion mobile

Toni Morrison

 | 
Maryemma Graham
, 
Andrée-Anne Kekeh-Dika
, 
Janis A. Mayes

I. Dans le creux des mots…"A Mercy"

Paroles de pierre  : lire A Mercy (avec Derrida)

“Stone talk” : Reading A Mercy (with Derrida)

Claudine Raynaud

Résumé

A Mercy problématise bien plus directement que les autres œuvres de Morrison les thématiques de l’écriture et de la parole au centre de la pensée derridienne. Écrire et (ra)conter sont, dès le départ, présentés comme les éléments d’une opposition binaire que le roman systématiquement déconstruit, privilégiant cette fois-ci l’écriture et non la voix. L’esclave Florens n’est pas illettrée. Elle écrit sa confession sur les murs de la maison du maître. Les parois-textes disent le rôle et la fonction de l’écriture, la voix qui l’excède et la refoule vers une préhistoire de l’écriture. Le texte se lit à voix haute car il est adresse. Il est aussi traduction depuis d’autres langues à partir de l’effacement-absence de la langue originelle de la mère. Un don se fait alors l’écho de l’opposition entre écriture et archi-écriture, thème que le roman explore en profondeur et dont le lecteur suit le cheminement dans le «  grain » du texte lui-même. Florens s’écrit à elle-même. L’écriture se parle à elle-même. Finalement, l’espace d’un don («  a mercy ») s’insinue entre la parole vive, libérée du texte, et le lecteur ou la lectrice qui l’accueille pour (re)faire le monde.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Merci, miséricorde.
Dans miséricorde il y a l’idée de misère  ;
c’est la misère qui touche notre cœur.
Merci ne renferme aucune idée de ce genre  ;
il signifie proprement faveur,
et indique la faveur que nous faisons en épargnant.
C’est pour cela qu’on dit figurément être à la merci des flots,
et non à la miséricorde des flots.
Dictionnaire Littré (c’est nous qui soulignons)

Il n’y a pas de protection, mais il y a de la différence.
A mercy1

Nombreux sont les critiques qui ont relevé les affinités électives qui unissent les romans de Toni Morrison et le penseur de la déconstruction et de la différance. Sula (1973) déconstruit en profondeur les oppositions binaires (bien/mal, individu/communauté, je/autre, Noir/Blanc). Jazz (1992), dont le personnage principal a pour nom «  Trace » – et, selon Michel Fabre, le plus derridien des romans de Morrison –, a été lu au prisme de la grammatologie, du postmodernisme et de la syncope2. Le dernier roman de la trilogie qu’inaugure Beloved, Paradis (1998),...

Auteur

Claudine Raynaud est professeur (études anglophones) à l’Université Paul-Valéry, Montpellier 3. Elle a enseigné en Angleterre (Birmingham et Liverpool), aux États-Unis (Michigan, Northwestern et Oberlin). En 2005, elle a été «Fellow» au Du Bois Institute à Harvard ; vice-présidente du CEEA alors sous la présidence de Michel Fabre, elle a dirigé le GRAAT (Groupe de recherches sur les études afro-américaines) à Tours ; elle est aussi membre du CNRS ; auteur de Toni Morrison: L’Esthétique de la survie (1995) et de nombreux articles sur le genre de l’autobiographie noire (Hurston, Wright, Baldwin, Lorde), sur Joyce et sur la théorie féministe. Parmi ses publications récentes, « Coming of Age in the African American Novel », The Cambridge Companion to the African American Novel (2004), une anthologie d’articles sur The Autobiography of Miss Jane Pittman d’Ernest Gaines (CRAFT, 2005), « Beloved or the Shifting Shapes of Memory », The Cambridge Companion to Toni Morrison (2007) . Elle a codirigé un recueil d’articles sur Gloria Naylor (L’Harmattan, 2012).

Professor of English and American Studies at the Université Paul-Valéry, Montpellier 3, Claudine Raynaud has taught in England (Birmingham and Liverpool) and in the United States (Michigan, Northwestern and Oberlin). A Fellow at the Du Bois Institute (Harvard, Fall 2005), she was vice president of the CEAA when Michel Fabre was its president, has headed GRAAT and the nationwide African American Studies Research Group in Tours and works at the CNRS. She is the author of Toni Morrison: L’Esthétique de la survie (1995) and numerous articles on black autobiography (Hurston, Wright, Baldwin, Lorde), Joyce and feminist theory. Her most current publications are “Coming of Age in the African American Novel,” in The Cambridge Companion to the African American Novel (2004), an anthology of articles on Gaines’s The Autobiography of Miss Jane Pittman (CRAFT, 2005), ”Beloved or the Shifting Shapes of Memory,” in The Cambridge Companion to Toni Morrison (2007) and the co-edition of collection of essays on Gloria Naylor (L’Harmattan, 2012).

© Presses universitaires de Vincennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search