Version classiqueVersion mobile

Art(s) et fiction

 | 
Pierre Sorlin
, 
Marie-Claire Ropars-Wuilleumier
, 
Michelle Lagny

Avant-propos

Marie-Claire Ropars-Wuilleumier et Pierre Sorlin

Texte intégral

1 La fiction peut-elle qualifier l’art ? Cette question ambiguë suppose de dégager le double sens possible d’un tel rapport : la fiction donne à l’art la liberté de se développer, l’art se réfléchit à travers l’idée de fiction. En d’autres termes, dans une voie comme dans l’autre, le couple réversible art/fiction désignerait paradoxalement et la force et la défaillance conceptuelle de l’esthétique, nourrissant de fictions le principe de création et ne recueillant de celui-ci qu’une image à son tour fictionnelle.

2 L’hypothèse est risquée, et c’est ce risque qu’on a tenté d’éprouver en menant de front une réflexion sur l’intervention de la fiction dans les arts et une pensée de l’esthétique comme portée par un principe de fiction. La difficulté réside d’abord dans la diversité des pratiques artistiques – si largement étendues qu’elles engloberont ici la littérature et la poésie avec la musique ou les expériences plastiques : un éventail aussi déployé peut-il s’inscrire dans une définition unifiée de la fiction ? Une autre difficulté tiendrait à l’équation jamais élucidée et toujours impliquée entre la variété des arts et l’unité plurielle de l’art.

3 En pariant sur l’unicité de la fiction, notre démarche a homogénéisé le champ de la recherche. Il s’agit ici fondamentalement de filtrer l’idée d’art à travers l’idée de fiction. Dans le cadre d’un séminaire nous avons, pendant un an, fait intervenir plusieurs chercheurs en leur demandant d’explorer le concept de fiction. Jean Bessière, dont le texte ouvre ce volume, a bien voulu faire la synthèse de nos travaux et, sur la base de ce matériel, proposer une vue plus systématique du fait fictionnel.

4 Nos débats nous avaient conduits à formuler une série de questions. La création poétique ne repose-t-elle pas sur la feinte du poème ? Quelle place pour la fiction dans l’esthétique musicale ? L’abstraction est-elle la mort de la fiction ou la relance d’une autre fiction de l’art ? Une fiction non narrative est-elle possible au cinéma ? À l’horizon de cette traversée se profilait la visée sous-jacente à l’ensemble de la démarche : peut-on penser l’art sans passer par le détour de la fiction ?

5 Nous avons soumis ces interrogations à des chercheurs extérieurs au groupe qui ont accepté d’évaluer la place de la fiction dans différents champs artistiques. Partant de leurs communications, deux journées de colloque ont mis en cause les premières définitions et prolongé l’enquête dans des directions imprévues. Pour souligner les changements de perspectives ainsi opérés, des participants au séminaire ont tenté, une fois chaque texte rédigé, de faire une brève mise au point et de relancer la discussion sans la clore. Une double ligne de réflexion se développe donc au long de l’ouvrage, dans le dialogue entre les exposés systématiques, largement développés, et les échos qu’ils inspirent.

6 Il n’était pas question, pour aucun des membres de l’équipe initiale, d’assurer une synthèse que l’on voulait libre et inventive. Une des invitées a bien voulu jouer ce rôle difficile, qui consiste à renvoyer l’image d’une recherche sans avoir participé à son élaboration : le croisement proposé à terme, et l’hypothèse qui le sous-tend, dégagent une perspective qui n’était pas engagée à l’origine de cette rencontre et qui donc précipite l’ouverture nécessaire à un propos en expansion.

7 L’ensemble du processus – séminaire préparatoire, appel à des interventions extérieures et reprises après coup – déborde les limites d’un colloque, qui fut seulement une étape pour susciter un livre.

© Presses universitaires de Vincennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search