Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Ile joyeuse

 | 
Christian Doumet

Avant-propos

Michèle Lagny, Marie-Claire Ropars-Wuilleumier et Pierre Sorlin

Texte intégral

1 L’entrée tardive d’un De musica dans une collection centrée sur l’esthétique, hors cadre il est vrai, à de quoi étonner. Alors que nous avons proposé de nombreux essais sur les arts visuels ou la littérature, le délai témoigne déjà d’une singularité musicale, qui tient à la fois à l’étrangeté de l’objet, résistant au discours, et à l’exigence manifeste d’une approche plurielle. D’où le paradoxe d’avoir différé ce qui relevait au plus près de notre projet théorique, mais qui a dû pour prendre corps, au seul plan de la musique, multiplier les approches et diviser les points de vue.

2 En demandant à Christian Doumet d’écrire sur l’esthétique musicale, c’est une figure latérale du musicien que nous souhaitions mettre en jeu : un musicien amateur et interprète, oreille attentive à l’écoute et corps plié à la discipline instrumentale, mais sans recours aucun à l’expérience de la composition. En excluant la posture du créateur, nous voulions privilégier le rapport sensible qui s’établit entre l’auditeur et l’œuvre. La centralité de l’interprète, en accentuant ce troisième terme, a fait reconnaître la nécessité d’une médiation où se projettent à la fois la visée créative et la jouissance de l’audition. C’est donc une figure de délégation et de tensions qui constitue le cœur de l’unité musicale.

3 Non résolue, malgré les rencontres, la tension persiste et porte à la jubilation. C’est dire que l’île joyeuse, où nous rêvons d’aborder, reste toujours en vue et hors de notre portée : terre d’exil à laquelle l’analyse dans l’écoute, l’exécution pour la création, la partition comme trace du scriptural ne cessent de nous convier, et en même temps de nous soustraire.

© Presses universitaires de Vincennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540