Version classiqueVersion mobile

Pour la poésie

 | 
Corinne Blanchaud
, 
Cyrille François

Chapitre 2. La poésie objet d'une affirmation identitaire

Poésie africaine et écriture de l’histoire

Raphaël Ngwe

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Relevant la spécificité de l’art nègre par rapport à l’art gréco-latin, Léopold Sédar Senghor affirme que « l’art nègre n’est réellement esthétique que dans la mesure de son utilité, de son caractère fonctionnel1. » Selon le chantre de la négritude, la notion d’esthétique chez le Négro-africain est loin de rimer avec ce déploiement descriptif de la beauté naturelle propre à l’école occidentale, notamment à sa branche parnassienne dont l’esprit est rendu par la célèbre formule de « l’art pour l’art ». L’esthétique négro-africaine est un positionnement – très souvent par opposition – dans le champ existentiel du peuple qui s’exprime à travers l’œuvre de l’artiste : « Parce qu’elle est engagée, l’œuvre d’art est toujours d’actualité, encore qu’elle ne tombe jamais dans l’anecdote. L’artiste est de son époque : il ne travaille pas pour l’éternité, mais pour sa société, historiquement et géographiquement située2 ».

L’engagement spécifique à l’art nègre trouve l’une de ses plus belles expr...

Auteur

Enseignant associé à l’Université de Yaoundé I au Cameroun (Faculté des arts, lettres et sciences humaines, Département de littérature et civilisations africaines) et à l’Université Évangélique du Cameroun (Faculté des sciences de l’éducation, Département de français). Il s’intéresse aux questions de violence et de construction mémorielle dans la littérature africaine qu’il aborde selon une approche sociopolitique et historique. Derniers articles publiés : « Les foules en marche dans la littérature africaine : entre exaltation et engagement » (dans Le Peuple dans la littérature africaine contemporaine, Paris, L’Harmattan, 2015, p. 83-107) ; « La débrouillardise comme paradigme définitoire de la modernité camerounaise » (dans De la parole à l’écriture en Afrique, Paris, L’Harmattan, 2014, p. 129-146) ; « L’écriture tératologique comme signe des temps » (dans Le Printemps arabe. Prémisses et autopsie littéraires, Paris, L’Harmattan, 2012, p. 85-107).

© Presses universitaires de Vincennes, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search