Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour la poésie

 | 
Corinne Blanchaud
, 
Cyrille François

Chapitre 1. La poésie face aux événements

Oralité et « désir de la voix vive » chez Gaston Miron et Gherasim Luca

Violaine Houdart-Merot

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Avec le développement des scènes de poésie, des festivals, des supports audio-visuels et du numérique (y compris chez des éditeurs comme l’Écrou au Québec1), la voix des poètes se fait davantage entendre depuis le xxe siècle. La dimension d’oralité de la poésie mérite donc d’être à nouveau interrogée. Pour tenter de mieux cerner cette notion ambiguë, je me propose de confronter deux grands poètes francophones pour lesquels la profération des poèmes a été très importante, l’un québécois, Gaston Miron, l’autre roumain d’origine, Ghérasim Luca. Malgré leurs différences profondes, ils ont en effet en commun d’avoir à maintes reprises lu à haute voix leurs poèmes en de multiples lieux.

De ces deux poètes, il nous reste un certain nombre de documents sonores, DVD ou films, qui donnent à entendre leur voix et parfois à découvrir la manière dont leur corps était engagé dans la profération de leurs textes. Ghérasim Luca a participé à trente-deux festivals de poésie, entre 1962 et 1991, aussi ...

Auteur

Professeure de littérature de langue française à l’Université de Cergy-Pontoise, ancienne directrice du Centre de recherche Textes et Francophonies et membre du laboratoire AGORA depuis 2015. Ses recherches actuelles portent sur les littératures française et francophones contemporaines (travaux sur Franketienne, Émile Ollivier, Alain Mabanckou, Assia Djebar, Valère Novarina, Gherasim Luca, Annie Ernaux…), sur la notion de patrimoine littéraire et enfin sur les pratiques et théories de la création littéraire. Elle a notamment publié Annie Ernaux, un engagement d’écriture (avec Pierre-Louis Fort, Presses Sorbonne Nouvelle, 2015), Numérique et écriture littéraire (avec Anne-Marie Petitjean, Hermann, 2015) Rires en francophonie (Encrage, 2013), Pratiques d’écriture littéraire à l’université (avec Christine Mongenot, Champion, 2013), Écritures babéliennes (Peter Lang, 2006).

© Presses universitaires de Vincennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540