Version classiqueVersion mobile

Les français en Égypte

 | 
Daniel Lançon

Voyage et séjours : l'enjeu du contemporain

Se reparler après Suez : écrivains et intellectuels dans l’Égypte contemporaine

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les années de fer (1956-1965)

Dans un « Hommage » rendu à Fernand Leprette en mai 1956 aux Amitiés françaises, un journaliste (anonyme) parle d’« atmosphère d’extrême cordialité où les ombres de l’heure semblaient s’être évanouies1 ». Fernand Leprette répond sur la « foi dans la valeur humaniste de la langue française », topos bien controversé, et formule des vœux pour l’Égypte « au moment où ce grand pays connaît un nouveau destin ». En réalité, l’époque où la France littéraire et intellectuelle nourrissait les modernistes égyptiens s’achève brutalement à l’automne comme l’écrit Raymond Morineau :

Au moment de l’attaque franco-britannique contre l’Égypte, en novembre 1956, je me trouvais à Alexandrie. La stupide et criminelle politique d’un gouvernement socialiste qui volait, à coups de bombes, au secours des privilèges exorbitants d’une des plus puissantes sociétés financières du monde, m’avait rempli de honte2.

Après la « triple et lâche agression » de Suez, selon la formule vite co...

© Presses universitaires de Vincennes, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search