Version classiqueVersion mobile

Les français en Égypte

 | 
Daniel Lançon

Voix de femmes

Le voyage de Blanche Lee Childe (1881-1882) ou les conservatismes à l’épreuve des altérités

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans le corpus de près de trois cents récits de voyage en Égypte publiés au fil du siècle, seule une dizaine l’est par des voyageuses1. Un hiver au Caire, sous-titré journal de voyage en Égypte, publié chez Calmann-Lévy en 1883, apparaît comme révélateur des nombreuses ambivalences des Occidentales vis-à-vis de l’Orient2. Son auteur, Blanche Lee Childe, est la fille du baron Henri de Triqueti, sculpteur français connu sous le Second Empire. L’aristocrate, mariée à Edward Lee Childe, neveu du général sudiste, est connue des milieux littéraires et artistiques. Elle, qui reçoit dans un riche appartement décoré à l’orientale, a ses entrées chez les éditeurs en vue ce qui explique sans doute que la Revue des deux mondes ait d’abord publié son récit3. Notre auteur a même joué un certain rôle dans la reconnaissance de Pierre Loti à partir de 18824, date à laquelle elle lui adresse, quelques mois après être rentrée d’Égypte, une première lettre sous le pseudonyme de Oirda (la rose, en langu...

© Presses universitaires de Vincennes, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search