Version classiqueVersion mobile

Les français en Égypte

 | 
Daniel Lançon

Voix de femmes

Le harem des voyageuses et des résidentes : un Ailleurs radical

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le xixe siècle marque l’apogée de la traite en terre d’islam ; traite qui est à l’origine même du système du harem. Sans doute deux millions de personnes ont-elles été concernées en Égypte par ce commerce dont plus de la moitié provenait de la vallée du Haut-Nil (actuels Soudan et Éthiopie-Somalie). Pour la seule année 1867, trente mille esclaves furent exportés du Soudan vers l’Égypte via le Nil ou la mer Rouge, en majeure partie des jeunes filles. Dans le même temps, plusieurs centaines de femmes arrivaient du Caucase via Istambul, dont la destination n’était pas de devenir esclaves dans le harem mais néanmoins de faire partie du système comme concubines des maîtres. Le xixe siècle est également le siècle de la longue lutte constamment contrariée menant à l’abolition de l’esclavage dans l’Empire ottoman, entre 1870 et 1900, donc à la disparition des harems, cadre d’unions permettant d’assurer la reproduction des dynasties au pouvoir, que celui-ci soit exercé au sommet de l’État ou...

© Presses universitaires de Vincennes, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search