Version classiqueVersion mobile

Les français en Égypte

 | 
Daniel Lançon

Aventureux utopistes

L’égyptophilie de Prisse d’Avennes : une mémoire des altérités

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Entre sentiment national et mémoire des Ailleurs

Prisse arrive en Égypte en avril 1827 à l’âge de vingt ans et s’emploie à des tâches d’enseignant et d’ingénieur pendant près de dix ans. Il remet au gouvernement de Muhammad ‘Alî un Mémoire sur les travaux les plus importants à exécuter dans la Basse Égypte (1829) et un Mémoire sur l’assèchement et la culture des lacs de la Basse Égypte (1835)1. Ses notes inédites attestent de la considération qu’il avait pour ses compatriotes saint-simoniens qui s’installent quant à eux en 1833, « apôtres d’une religion nouvelle », « hommes d’une haute capacité »2. Lui-même figure au nombre de ces jeunes idéalistes, fervents d’orientalisme pratique pourrait-on dire, comme Prosper Marilhat, Nicolas Perron ou Fulgence Fresnel. Prisse noue des contacts réguliers avec Henri Alrich, Jules Sonnerat, Charles Lambert (futur Lambert-Bey), Ismaÿl Urbain, et participe aux banquets du « barrage » sur le Nil. Pour autant la vocation qui se fait jour chez lui semb...

© Presses universitaires de Vincennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search