Version classiqueVersion mobile

Les français en Égypte

 | 
Daniel Lançon

Le voyage des romantiques

Le voyage égyptien des Français (1820-1881) : fragile entreprise de mémoire vive

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Selon Platon, si les Égyptiens ont accru leur savoir, leur science et leur mémoire grâce à l’écriture, ils ont confié leur âme à « des empreintes étrangères » pour faire « acte de remémoration » alors qu’ils auraient pu choisir la « mémoire vive »1. Par analogie, il faut se demander comment le voyageur du xixsiècle pouvait atteindre cette mémoire avec et contre la malle d’ouvrages qui l’accompagnait, « livres, parmi lesquels se trouvent beaucoup de relations de voyages », présentés par Joseph Michaud « comme une caravane choisie »2.

Une quête des origines lointaines

Le voyage en Égypte, « contrée qui, avec l’Inde, partage le titre de berceau des arts et de la civilisation3 », répond à une quête de la civilisation humaine. Pour Henri Cornille, « elle apparaît avec une dignité originelle, derrière les âges fabuleux qui se sont intercalés dans les siècles4 ». Se souvenir, c’est associer ses propres jours là-bas, dans un ailleurs spatial et temporel décidé originaire : « Durant plusieur...

© Presses universitaires de Vincennes, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search