Version classiqueVersion mobile

Filmer les frontières

 | 
Corinne Maury
, 
Philippe Ragel

Partie IV. Si loin, si proche

Godard frontalier

La syncope et le siphon

Alain Bergala

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La question de la frontière est au cœur même de la « création Godard ». La frontière dont je vais parler n’est pas celle, générique, que dégage Deleuze dans L’Image-temps et qui définit à ses yeux la méthode de l’entre-deux, de la coupure devenue interstice, où il voit l’essence même de la poétique godardienne. « Chez Godard, écrit-il, l’interaction de deux images engendre ou trace une frontière qui n’appartient ni à l’un ni à l’autre1. » La frontière dont il va être question ici est une figure beaucoup plus localisée dans les films de Godard, et qui concerne une situation bien précise. Elle relève de la syncope et non de l’interstice. Elle est syncope du film lui-même, et les deux bords de cette syncope ne sont pas dans un rapport de différenciation ni de disparation mais séparés par un trou noir temporel, une absence du film à son propre déroulement. La syncope n’est pas l’ellipse. Dans l’ellipse, on garde la conscience du morceau de temps qui manque. Dans la syncope, le temps qui...

Auteur

Alain Bergala est maître de conférences honoraire de l’Université de Paris 3 – Sorbonne Nouvelle et enseignant à la FEMIS. Grand spécialiste de l’œuvre de Jean-Luc Godard (Nul mieux que Godard, Godard au travail), il a par ailleurs consacré de nombreux ouvrages aux cinéastes Rossellini, Bergman et Kiarostami. Commissaire d’exposition, il réalise depuis quelques années des expositions de cinéastes pour les musées, dont Abbas Kiarostami/Victor Erice. Correspondances (2007) et tout dernièrement Pasolini Roma.

© Presses universitaires de Vincennes, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search