Version classiqueVersion mobile

Filmer les frontières

 | 
Corinne Maury
, 
Philippe Ragel

Partie III. Espaces d'attente et lieux de survie

Le pays de nulle part. Frontières aéroportuaires dans le cinéma d’Atom Egoyan

Tristan Grunberg

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Atom Egoyan, cinéaste d’origine arménienne, naît au Caire en 1960 avant d’émigrer au Canada dans les premières années de son existence. De cette géographie intime, où l’histoire personnelle se mêle aux troubles politiques du xxe siècle, où l’expérience de l’exil et du déracinement se conçoit comme un héritage, ses films portent l’empreinte douloureuse et fertile. Le désir viscéral de retrouver la terre ancestrale, mêlé à la difficulté, voire à l’impossibilité d’une telle entreprise, y est frontalement mis en scène dans Calendar (1993) et Ararat (2002), ou métaphorisé, notamment dans les films Next of Kin (1984)et Family Viewing (1987). Le retour en Arménie y est rendu d’autant plus problématique qu’entre le Canada et la terre promise, il n’existe aucune frontière tangible qu’il s’agirai...

© Presses universitaires de Vincennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search