Version classiqueVersion mobile

Filmer les frontières

 | 
Corinne Maury
, 
Philippe Ragel

Partie II. Géoesthétique des frontières

Pomme de discorde

Le Cachemire dans le cinéma populaire hindi

Amandine D’Azevedo

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1947, l’Inde accède à l’indépendance. Ses frontières sont dessinées par les Britanniques qui, dans l’urgence et pour répondre aux revendications des nationalistes musulmans, ont créé le Pakistan en découpant deux morceaux du territoire1. Six millions de musulmans se dirigent ainsi vers leur nouvelle nation dans le nord-ouest du pays et vers le Pakistan oriental, tandis que neuf millions d’hindous quittent ces mêmes espaces afin de « descendre » vers l’Inde nouvelle. Le million de morts qui accompagna les vagues de migration d’un côté à l’autre de cette ligne imaginaire ne fut que le prélude de tensions toujours plus vives entre les communautés religieuses indiennes2. Les « trains de la mort », qui déplaçaient ces populations, tout comme les longues colonnes de migrants sur les routes, ont marqué à jamais l’imaginaire indien. L’indépendance du pays, après des centaines d’années d’invasions, de régence, puis de colonisation étrangères, est donc intrinsèquement mêlée à un bain de sa...

Auteur

Amandine D’Azevedo, docteur en études cinématographiques et audiovisuelles de l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, travaille sur les cinématographies indiennes contemporaines. Sa thèse porte sur la résurgence des motifs mythologiques dans le cinéma hindi, mais ouvre plus largement sur la culture populaire indienne. Ancienne ATER à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle. Elle y enseigne au département cinéma et audiovisuel et est un membre fondateur du groupe de recherche de l’IRCAV « Les cinémas indiens ».

© Presses universitaires de Vincennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search