Version classiqueVersion mobile

Filmer les frontières

 | 
Corinne Maury
, 
Philippe Ragel

Partie II. Géoesthétique des frontières

Déterritorialisation-reterritorialisation de la frontière dans le cinéma sud-coréen

Frédéric Monvoisin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La péninsule coréenne est, depuis plusieurs siècles, marquée par la certitude de son unité culturelle et le souhait d’une unité politique indépendante des puissances extérieures. Cependant, la Corée, dont l’identité géopolitique apparaît à la fin du xixe siècle avec notamment la création de son drapeau, ne connaîtra cette cohérence politique qu’en de brèves périodes d’indépendance. Alors que la péninsule s’initie à la démocratie républicaine (1945-1950), la guerre de Corée engage à hauteur du 38e parallèle un partage politique qui perdure depuis 1953.

Depuis lors, la frontière est ainsi en Corée du Sud le foyer d’un difficile consensus historique où se recoupent différents enjeux. D’abord celui relatif à un espace premier, l’Empire du grand Han unifié, Deyhanminguk, qui reste en coréen le nom officiel de la Corée du Sud et dont les frontières territoriales correspondent aux limites naturelles offertes par la géographie de la péninsule : les mers à l’est et à l’ouest, l’océan au sud, ...

Auteur

Frédéric Monvoisin est docteur en cinéma, chercheur associé à l’IRCAV et enseignant à l’Université Paris 3. Il a effectué son postdoctorat au Centre de recherches international en études japonaises de Kyoto. Spécialiste des cinémas d’Asie, il a participé au Dictionnaire mondial du cinéma (Larousse) et est l’auteur de deux livres : l’un d’analyse revisitant les cinémas d’Asie (Cinémas d’Asie, analyse géopolitique, 2013), l’autre retraçant leurs 120 ans d’histoire (Cinémas d’Asie, d’hier et d’aujourd’hui, 2015).

© Presses universitaires de Vincennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search