Version classiqueVersion mobile

Mallarmé, Valéry et Claudel traducteurs

 | 
Pauline Galli-Andreani

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Répondant à l’un de ses traducteurs qui s’étonnait de son choix d’écrire en français, Samuel Beckett, en 1954, invoque pour justifier cette décision son « besoin d’être mal armé1 ». Au-delà de l’apparente légèreté du jeu sur le patronyme de Mallarmé2, cette réponse révèle une attitude radicale face au langage, considéré non comme un outil docile et complice, mais comme un partenaire rétif et ombrageux, difficilement maîtrisable. Souhaiter se sentir mal armé dans le poème, c’est désirer être étranger à la langue que l’on manie cependant. C’est également postuler une relation de confrontation avec celle-ci, un face-à-face dont l’issue demeure incertaine. Être mal armé implique non pas de rendre les armes, ces mauvaises armes dont on dispose, mais de se mettre soi-même en difficulté, en danger, de prendre un risque : celui d’être trahi, dominé, vaincu par le verbe. Ce qui apparaît à travers cette réponse de Beckett est moins un rapport d’hostilité que l’idée d’une indépendance de la la...

© Presses universitaires de Vincennes, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search