Version classiqueVersion mobile

L'Écoute filmique

 | 
Véronique Campan

Avant-propos

Michèle Lagny, Marie-Claire Ropars-Wuilleumier et Pierre Sorlin

Texte intégral

1 Ce livre n’est pas le premier essai que la collection « Esthétiques hors cadre » consacre au cinéma, mais c’est le premier qui l’aborde en retournant le privilège de l’image pour le soumettre à l’épreuve du son. Par la notion d’écoute, placée au cœur de son interrogation, Véronique Campan fait apparaître le jeu que le sonore introduit dans l’espace cinématographique. Elle déplace ainsi l’approche dominante au sein d’une analyse filmique qui avantage toujours, dans l’étude des bruits et des voix, le rapport de cohérence ou d’éloignement qui les relie à la vision. Prenant au contraire une position de spectateur attentif aux glissements et à la fluidité auditives, elle montre comment le son, lorsqu’il est écouté, dérange les figures de sens que l’image autoriserait à construire. Écouter, ce n’est pas seulement rompre la cohésion visuelle, c’est aussi, par le souvenir et l’anticipation propres aux jeux d’échos, perturber jusqu’à l’entente même de la sonorité.

2 À ce titre, le livre de Véronique Campan prend sa place dans une collection consacrée à la pluralité de l’idée d’esthétique. Parce qu’elle fait jouer le sonore dans un ensemble multiple, la réflexion sur le cinéma contraint à problématiser l’approche perceptive. Elle renforce donc une interrogation sur les notions constitutives de la pensée esthétique : forme, sensorialité, rapports entre écriture, perception, interprétation. La triple figure que Christian Doumet avait placée, par L’Île joyeuse, au cœur d’une esthétique musicale se trouve ainsi relancée vers une recherche sur les contaminations du visible et de l’audible au sein des œuvres comme de leur approche spectatorielle et, plus largement, de leur rapport à la définition de l’art.

3 Reprendre la notion d’aisthésis en la sortant du champ phénoménologique pour la confronter à la singularité d’une perception de type esthétique ; interroger le rôle et le statut de l’hétérogène dans l’art – ce sont les tâches à venir désormais pour une esthétique hors cadre dont la pluralité tient moins à la convocation des multiples formes de l’art qu’à l’idée de pluriel attachée à la pensée de l’art.

© Presses universitaires de Vincennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search