Versione classicaVersione mobile

Simone de Beauvoir

 | 
Pierre-Louis Fort

Chapitre 3. L’écriture : une activité de longue date

I formati HTML, PDF, ePub sono accessibili agli utenti delle biblioteche e degli istituti che hanno richiesto la licenza OpenEdition Freemium per Books. Ad ogni modo, l'opera potrà essere acquistata online tramite le nostre librerie affiliate, nei formati PDF e ePub. Se la versione a stampa è disponibile sono proposti dei link verso le librerie in questa stessa pagina.

Estratto del testo

En 1972, dans Tout compte fait, l’un de ses derniers textes autobiographiques, Simone de Beauvoir évoque les « liens très anciens [de sa vie] qui ne se sont jamais brisés » et souligne l’existence de « deux choses [qui] lui confèrent essentiellement son unité ». La première est « la place que Sartre n’a pas cessé d’y tenir » et la deuxième est « la fidélité à [s]on projet originel : connaître et écrire ». Un peu plus loin, elle revient sur l’importance première de l’écriture en notant que « de bonne heure, c’est l’idée d’écrire qui éclaira [s]on avenir » (TCF, 46).

Ce penchant pour l’écriture commence effectivement très tôt. Si l’on en croit les Mémoires d’une jeune fille rangée (1958), la volonté de devenir un écrivain reconnu remonte à l’adolescence : « […] quand à 15 ans j’inscrivis sur l’album d’une amie les prédilections, les projets qui étaient censés définir ma personnalité, à la question : “Que voulez-vous faire plus tard ?” je répondis d’un trait : “Être un auteur célèbre” »...

© Presses universitaires de Vincennes, 2016

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search