Version classiqueVersion mobile

Simone de Beauvoir

 | 
Pierre-Louis Fort

Chapitre 3. L’écriture : une activité de longue date

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1972, dans Tout compte fait, l’un de ses derniers textes autobiographiques, Simone de Beauvoir évoque les « liens très anciens [de sa vie] qui ne se sont jamais brisés » et souligne l’existence de « deux choses [qui] lui confèrent essentiellement son unité ». La première est « la place que Sartre n’a pas cessé d’y tenir » et la deuxième est « la fidélité à [s]on projet originel : connaître et écrire ». Un peu plus loin, elle revient sur l’importance première de l’écriture en notant que « de bonne heure, c’est l’idée d’écrire qui éclaira [s]on avenir » (TCF, 46).

Ce penchant pour l’écriture commence effectivement très tôt. Si l’on en croit les Mémoires d’une jeune fille rangée (1958), la volonté de devenir un écrivain reconnu remonte à l’adolescence : « […] quand à 15 ans j’inscrivis sur l’album d’une amie les prédilections, les projets qui étaient censés définir ma personnalité, à la question : “Que voulez-vous faire plus tard ?” je répondis d’un trait : “Être un auteur célèbre” »...

© Presses universitaires de Vincennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search