Version classiqueVersion mobile

Les francophonies littéraires

 | 
Christiane Chaulet Achour

Écrivains sous colonisation. Écrivains en postcolonies

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dates des implantations coloniales et des limites temporelles de la colonisation française :
Martinique et Guadeloupe (1635-1946) – Madagascar (1642-1674 puis 1896-1960) – Saint-Louis du Sénégal (1654) – Saint-Domingue (1697-1804) – Algérie (1830-1962) – AOF (1895-1960) – AEF (1910-1960) – Indochine (1859-1954) – Tunisie (1881-1956) – Maroc (1912-1956)…

On s’étonne que nous n’écrivions pas en arabe alors que nous n’avons pas appris l’arabe et si l’on ne nous conteste pas le droit d’écrire en français, on s’extasie devant nos œuvres qui ne sont pas des chefs-d’œuvre : « comment peut-on être persan ? » (Feraoun, 1957-1972 : 58).

Que des écrivains écrivant en français émergent sous la colonisation est une évidence qu’il n’est pas inutile de rappeler. Dans ce cadre colonial, la création littéraire se manifeste quand le programme d’assimilation culturelle par l’école, et donc l’acquisition linguistique, a donné ses premiers résultats. Ces nouveaux auteurs – qu’on nomme volontiers aujourd’h...

© Presses universitaires de Vincennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search