Version classiqueVersion mobile

Théorie littéraire

 | 
Jonathan Culler

Le langage performatif

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans ce chapitre, je vais m’attacher à un cas particulier de « théorie » en examinant de près un concept qui s’est imposé dans le champ de la théorie littéraire et culturelle et dont le sort illustre la manière dont les idées évoluent lorsqu’elles intègrent le domaine de la « théorie ». Le problème du langage performatif met en lumière des questions relatives à la signification et aux effets du langage, et conduit à des interrogations concernant l’identité et la nature du sujet.

Les performatifs d’Austin

Le concept d’énonciation performative a été élaboré dans les années 1950 par le philosophe britannique J. L. Austin. Austin a proposé une distinction entre deux types d’énonciations : les énonciations constatives – telles que « Georges a promis de venir » – qui font une déclaration, décrivent une situation et sont vraies ou fausses, et les énonciations performatives (ou les performatifs) qui ne sont ni vraies ni fausses mais accomplissent l’action à laquelle elles font référence. Dire...

© Presses universitaires de Vincennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search