Version classiqueVersion mobile

L’art face à la guerre

 | 
Claire Maingon

L’art au service de la guerre

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

N’en déplaise à Théophile Gautier, l’art est parfois mis au service d’autres buts que la beauté. Dans les régimes totalitaires, l’art devient systématiquement un instrument de propagande. La propagande a pour but de convaincre du bien-fondé et de la légitimité d’une théorie, d’une organisation, d’une personne, pour recueillir une adhésion. En soi, elle n’est pas foncièrement négative, à moins d’être employée à des fins d’endoctrinement comme le font les régimes pétris d’autoritarisme. Dans les contextes de guerre, elle devient un outil d’instrumentalisation de l’art. La peinture et l’architecture peuvent être particulièrement utiles à la stratégie de guerre, en offrant des plus-values spécifiques telles que le camouflage ou la construction défensive et offensive. L’imagination, la créativité et parfois la beauté sont au service d’un but précis : celui de la victoire.

L’image-culte du chef de guerre

Parmi les trois panneaux de la Bataille de San Romano de Paolo Uccello (1456), celui co...

© Presses universitaires de Vincennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search