Version classiqueVersion mobile

Écrire l'espace

 | 
Marie-Claire Ropars-Wuilleumier

II. Lisières

II. Lisières

Texte intégral

Le temps de me retourner et c’est ma fièvre qui m’emporte
Au plus loin du rivage où trouver mon refuge
J’ai déjà du poisson enferré la démarche oblique
Une couronne d’algues sur ma tête en flammes, je détale.
L.-R. des Forêts, Les Mégères de la mer.

1Une ville, une campagne, un paysage... Une chambre, une cellule, un escalier. Intérieur ou extérieur, de jour ou de nuit, anonyme ou signé – la quête d’espace a traversé bien des lieux, mais pour dégager, en chaque place, ce qui la fait espace et non pas lieu : la forme d’un mouvement, la faille d’un non-raccord, la complexité des rapports avec le regard, l’homme, l’autre lieu – en un mot tout ce par quoi le lieu se retire de soi pour donner lieu à une pensée d’espace. Or une réflexion frontale sur la notion elle-même, conçue comme troisième genre duplice, renverse la perspective : l’espace n’est pas le lieu, mais il est impossible d’aborder l’espace sans revenir à la figure du lieu où il agit et se dérobe. Il nous faut donc repartir de ce jeu de doublure – et tenir à la fois le tracé (local) et l’extraction (spatiale). Si l’espace a double visage, c’est au contraire de tout Janus offrant à tour de rôle l’une ou l’autre de ses faces. Dans le cas qui nous occupe ici, les traits d’un visage se défigurent en incluant d’autres traits, sans figure possible.

2Ce retour au lieu va donc de pair avec la pensée d’un retournement qui s’exercerait dans chaque terme du rapport, sans pour autant l’inverser : le lieu se retourne en espace au moment même où il est perçu, l’homme devient solidaire des lieux qu’il pratique, mais en demeurant étranger aux codes de la culture comme de la subversion, le temps s’ouvre à l’espace, en détournant son cours. Le geste du retournement, qui signe une notion touchant au neutre, affecte en priorité la relation de l’espace à l’écriture : ce n’est pas par simple métaphore que le terme peut désigner le désœuvrement littéraire ; si l’espace est d’essence métaphorique, comme le suggère la postérité de Platon, il entretient avec l’écriture un rapport privilégié, non pas seulement parce qu’il s’écrit, mais bien aussi parce qu’il écrit. Cela ne signifie pas qu’entre l’espace et l’écriture une pure homologie sera possible. Il s’agit plutôt de considérer, dans le rapport d’un terme à l’autre, la capacité de l’espace à réfléchir l’écriture, mais en la retournant hors d’elle-même, selon le principe d’extériorité qui le qualifie.

3Revenir au lieu, mais dans sa défiguration, interroger les signes suivant leur double fonction spatiale et scripturale : l’enjeu est désormais de se tenir au bord d’une relation problématique, qui place l’écriture à la lisière des lieux, là où elle cède à l’espace.

© Presses universitaires de Vincennes, 2002

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search