Version classiqueVersion mobile

Écrire l'espace

 | 
Marie-Claire Ropars-Wuilleumier

Avant-propos

Christian Doumet, Michèle Lagny et Pierre Sorlin

Texte intégral

1Lorsque Maurice Blanchot forgeait la métaphore de l’« espace littéraire », il lançait un défi à l’évidence. Marie-Claire Ropars se propose ici de repenser le défi, de le relever s’il se peut, en ouvrant la notion, plurivoque par essence, à tous les champs artistiques (littérature, musique, peinture) de la « modernité ». Opérant un audacieux renversement au sein de notre collection, elle saisit l’esthétique non seulement pour interroger des objets mais pour effectuer un retour critique sur la métaphore spatiale. Son approche va droit au travail de l’écriture, elle dévoile la fragmentation des points de vue, le flottement des signes, la discontinuité des plans.

2Dans un mouvement qu’on osera dire joyeux, tant il manifeste de plaisir à suivre puis à brouiller une série d’itinéraires pris au ras du terrain – à la lettre des textes –, Marie-Claire Ropars s’attache d’abord à des œuvres qui feignent de circonscrire un espace. De très belles analyses explorent en particulier chez Perec ce travail de la langue qui redouble l’étendue sans l’enclore ; chez Stifter, la transgression indéfinie des lieux vers un extérieur inconstituable ; ou chez Varda, l’édification d’un paysage aussi lacunaire qu’inhumain. Suggérée, puis soupçonnée, la notion d’espace se dissout au moment où intervient la question du rapport au lieu. Car tout lieu se reconnaît à ses bords, qui constituent aussi la limite de l’ailleurs – autre lieu. L’un n’est que la face inversée de l’autre : la lisière, envisagée ici essentiellement à partir des écrits de Louis-René des Forêts, n’est saisissable que dans le va-et-vient du dehors et du dedans dont il annonce la rencontre.

3Si l’espace est une forme construite par son énonciation, comment l’écriture la manifeste-t-elle, qu’est-elle en mesure de figurer et qu’échoue-t-elle à nommer ? En s’écrivant, le paysage se fait réseau. Marie-Claire Ropars suit les pistes qui l’encerclent et le travaillent, elle repère à l’œuvre ses indices textuels. Confrontant textes, peintures et partitions, elle s’interroge sur la manière dont certaines œuvres font jouer une perception qui s’imagine spatialisée.

4Le paradoxe de toute figuration de l’espace tient à ce que l’écriture comme le dessin, feignant d’arpenter un territoire en affichant ses caractéristiques, fait miroiter des points insituables ou des emplacements dépourvus de repères, tout en donnant corps à une notion que l’expérience concrète ne suffirait pas à cerner. Telle qu’elle est convoquée dans ce volume, l’esthétique n’est pas simplement un moyen d’aborder les œuvres ; elle met au jour le travail qui, en le disant ou en le peignant, rend l’espace concevable.

© Presses universitaires de Vincennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search