Version classiqueVersion mobile

Le Voyage et la danse

 | 
Siegfried Kracauer

Tout autour du Reichstag

Texte intégral

1Tout le secteur entourant le monument du Reichstag est aujourd’hui barré par des policiers et l’on est obligé de faire un grand détour si l’on veut apercevoir le bâtiment. Un bout de Unter den Linden, la nouvelle Wilhelm-Strasse, le Schiffbauer-damm jusqu’au théâtre Lessing, puis par la Roonstrasse et le côté ouest de la Siegesallee, retour à la porte de Brandenbourg : tel est l’itinéraire accessible le plus proche. Au milieu, solitaire, le Reichstag. Des quatre côtés, on a la même vue sur sa coupole qui se dresse maintenant assez tristement dans le ciel. Elle a l’air échevelé. Ses surfaces vitrées ont brûlé en grande partie, et partout on aperçoit des trous noirs béants à travers le squelette clair de ses côtes. Il porte sa splendide lanterne d’or, demeurée intacte, et qui ressemble désormais à un triomphateur abandonné par sa suite. Elle étincelle encore fièrement dans le ciel d’hiver, mais le socle sur lequel elle se dresse est endommagé. Les colonnes brillent comme toujours et les cavaliers de bronze du toit ont aussi échappé aux flammes.

2Une interminable procession humaine s’étire autour du bâtiment isolé. Employés, bourgeois, ouvriers, chômeurs, soldats de la Reichswehr, jeunesse scolaire – ils veulent tous voir les traces de l’incendie, qui était plus qu’un incendie ordinaire. Ils descendent des trams et des autobus pour suivre le parcours de la visite. Ce qui semble étrange en eux, c’est le silence persistant. S’il surprend à ce point, c’est parce qu’en général tout malheur public éveille justement le besoin de communication dans les masses. Des êtres ne se connaissant pas se joignent les uns aux autres, forment des groupes et discutent à perte de vue de l’événement. Cet incendie, à l’inverse, rend la foule muette. Sans un mot, les passants vont leur chemin ou bien regardent fixement le Reichstag, sur lequel il n’y a rien à découvrir. Tout au plus perçoit-on par moments quelques chuchotements. Mais ils interrompent rarement la contemplation de cette construction dévastée, qui retient tous les regards par la force magique d’un symbole agressé. Les regards traversent ce symbole et replongent dans l’abîme ouvert par sa destruction.

3Un avion tournoie au-dessus du bâtiment, d’où sortent encore maintenant de légers nuages de fumée. Devant l’un des portails stationnent des voitures de pompiers. À un angle de la Siegesallee, là où les gens sont les plus nombreux à se presser, un astucieux vendeur à la sauvette propose des bonbons à l’eucalyptus. « Contre le rhume et le mal de gorge », s’écrie-t-il sans arrêt. Bien qu’il règne effectivement un vrai temps à prendre froid, personne ne fait attention à la température, ni au rhume, ni à l’homme. Sans cesse de nouvelles troupes de scolaires se mêlent aux adultes. Ils flairent l’excitation et se réjouissent innocemment de la sensation. Quand ils seront grands, l’histoire leur apprendra quel sens devait avoir en réalité l’incendie du Reichstag.

© Presses universitaires de Vincennes, 1996

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search