Version classiqueVersion mobile

Le Voyage et la danse

 | 
Siegfried Kracauer

Berlin photographié

Texte intégral

1Dans la cour intérieure du Musée des arts décoratifs, sont exposées 1 000 vues de Berlin, qui ont été photographiées par A. Vennemann. Elles sont collées sur de braves cartons blancs et donnent à voir tous les détails possibles de la vie berlinoise tournée vers le public. Qu’elles aient l’air un peu figées, comme si on les avaient laissées plantées là, cela s’explique sans nul doute par notre manière de voir, modifiée par le cinéma. Le cinéma nous a habitués à ne plus considérer les objets depuis un point fixe, mais, en glissant pour les contourner, à avoir le libre choix de nos perspectives. Ce que peut le cinéma, fixer des objets en mouvement, est interdit à la photographie. C’est pourquoi elle apparaît, là où elle prétend encore à l’autonomie, comme une forme qui commence à appartenir à l’histoire. Elle se détache lentement du présent et prend déjà un air suranné. Elle ressemble en cela au chemin de fer qui est à l’avion ce qu’est la photographie à la bande-film. Chemin de fer et photographie : tous deux sont contemporains, et apparentés entre eux en ceci que leurs formes sont achevées et constituent depuis longtemps le premier stade de formes nouvelles. Aujourd’hui, nous nous sommes détachés des rails, de la même façon que de la position fixe, autrefois indispensable à la caméra. Et si la photographie appartient encore tout à fait à notre aujourd’hui, déjà se projettent sur elle ces ombres qui enveloppent toute possession ayant atteint son achèvement.

2Ont été photographiés presque uniquement des objets connus pris dans notre quotidien. Vieilles maisons berlinoises, châteaux et palais, des rues et encore des rues, des enfants qui jouent, restaurants, travailleurs dans les métiers les plus divers, passants, promeneurs du week-end, parcs et beaux sites dans les environs, gares, fabriques et constructions modernes – il serait difficile d’en faire un inventaire complet. Toutes ces images parlent avant tout au souvenir. Elles font resurgir des impressions que nous avons éprouvées sans nous en rendre compte, elles conjurent de vieilles choses familières qui nous ont accompagnés tout au long du temps. Les enseignes lumineuses sont notre compagnie du soir, et il nous a même semblé quelquefois qu’il en était de même avec le gamin de la rue qui s’amuse à gratter entre les pavés. Toutes les photographies ne font en réalité que nous remettre en mémoire les éléments optiques qui se sont incorporés à notre existence. Rien de plus normal que le fait qu’elles nous rendent présent justement le monde que nous possédons. Car c’est ce monde-là, et non un monde nouveau restant encore à conquérir, qui est l’objet de la photographie. Une image photographique ne peut effectivement pas donner une idée complète de tel ou tel objet que celui qui regarde l’image n’a pas encore vu. L’original d’une photo ne se laisse jamais déduire à partir de celle-ci, et les innombrables reproductions photographiques d’œuvres d’art ne répandent pas la connaissance des œuvres : elles démontrent seulement que l’art, reproduit, a perdu son effet saisissant. Une carte postale insuffisante, rapportée d’un voyage, remplit bien mieux la fonction qui revient à la photo que la photographie somptueuse de régions où l’on n’est pas allé. Il serait utile d’étudier un jour de plus près jusqu’à quel point les prises de vues que charrient les journaux illustrés étouffent dans le public la capacité de prise en compte du monde visible. La photographie ne fournit pas les significations, dont il nous faut faire l’expérience pour qu’un objet devienne notre objet – elle ne fait que refléter cet objet arraché à tout contexte d’expérience. Ce qui entre dans l’image photographique, ce n’est pas l’extérieur de l’objet, mais une abstraction de celui-ci, qui n’engage à rien. Donc, la photographie ne représente pas un objet, mais elle est tributaire de l’objet déjà représenté rien que pour pouvoir le montrer. Son champ principal est le connu englouti. Et en effet, dans l’exposition, elle sert réellement de Guide à travers le souvenir. En nous aidant à faire une masse étonnante de retrouvailles, elle nous procure enfin le pouvoir de disposer des choses, des figures avec lesquelles nous vivons inconsciemment.

3Particulièrement réussies sont des images du Tiergarten. Elles font ressortir l’aspect humide, oublié, du Tiergarten, du fait qu’elles pénètrent à peine plus haut que la naissance du feuillage, et suppriment entièrement le ciel. Ainsi la nature sauvage à l’extérieur est tenue à distance et marqué le caractère d’intérieur de ce parc artificiel. Coupé du présent, il semble déjà être entré dans le passé. Il fait l’effet d’un symbole de la photographie elle-même, et peut-être celle-ci ne l’imite-t-elle si facilement que parce qu’elle aussi se tient sur le seuil d’hier.

© Presses universitaires de Vincennes, 1996

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search