Version classiqueVersion mobile

Le Voyage et la danse

 | 
Siegfried Kracauer

La tâche du critique de cinéma

Texte intégral

1Le congrès, à Francfort, des propriétaires de palais du cinéma me fournit une bonne occasion de m’exprimer une fois de manière un peu plus générale sur les tâches d’une critique cinématographique indépendante : de la critique cinématographique que, depuis des années, nous nous efforçons de pratiquer au Frankfurter Zeitung.

2Dans l’économie capitaliste, le film est une marchandise comme une autre. Il est produit – à l’exception de quelques outsiders – non dans l’intérêt de l’art ou de l’éducation des masses, mais pour le profit qu’il promet de dégager. En tous cas, cela vaut pour la grande masse des films dont le critique a constamment à s’occuper.

3Comment doit-il se comporter à leur égard ? Ces films sont plus ou moins bien agencés et, selon la quantité de moyens et de forces investis, fabriqués avec plus ou moins de faste. Il va de soi que la critique – justement la critique quotidienne – doit soigneusement prendre en compte de telles différences, et, de fait, bien des critiques, dans l’appréciation d’un film quel qu’il soit, se bornent à relever tout ce qu’ils peuvent de détails correspondant, ou ne correspondant pas, à leur propre goût.

4Mais une telle attitude qui, de surcroît, part le plus souvent de sensations absolument pas élucidées, ne peut en aucun cas épuiser le travail qui revient au critique cinématographique en présence de la production standard. En effet, si les productions cinématographiques standard ne demandent pas à être jugées en tant qu’œuvres d’art, elles ne sont pas davantage des marchandises indifférentes qu’il suffirait de juger simplement d’après son propre goût. Car ces productions exercent bien plutôt des fonctions sociales extrêmement importantes, qu’aucun critique cinématographique digne de ce nom ne peut se permettre de ne pas prendre en considération.

5En fait : plus la plupart des films d’opérettes, des films militaires, des comédies, etc. est pauvre en contenus capables de soutenir un jugement d’ordre strictement esthétique –, plus leur signification sociale, qui ne saurait être surestimée, joue un rôle de poids. La moindre localité aujourd’hui a son cinéma et, par mille canaux, tout film à peu près viable est apporté aux masses, à la ville et à la campagne. Que transmet-il à ces masses de public et dans quel sens les influence-t-il ? Ce sont là les questions cardinales que l’observateur responsable doit poser aux productions standard.

6On pourrait objecter ici que, si bien des films poursuivent explicitement des tendances politiques et sociales, le gros de la production, lui, a simplement pour but le divertissement de qualité ou la distraction facile. L’objection est à la fois pertinente et non pertinente. Certes, les films typiques, justement, semblent s’appliquer à cultiver la neutralité ; mais cela ne veut absolument pas dire qu’ils ne représentent pas, indirectement, certains intérêts sociaux. Il faut bien qu’il en soit ainsi. D’une part, parce que les producteurs, ancrés dans le système économique régnant, ne peuvent pas sortir de leur propre peau, et, d’autre part, parce qu’ils sont obligés, pour de meilleurs débouchés, de satisfaire les désirs et les besoins des couches de la société encore quelque peu capables de payer : donc de consommateurs dont le destin est également lié, en gros, au maintien de la situation sociale actuelle.

7La tâche du critique cinématographique à la hauteur est donc selon moi d’analyser, en partant d’elles-mêmes, ces intentions sociales qui s’affirment de manière souvent dissimulée dans les films standard, et de les montrer à la lumière du jour, que bien souvent elles redoutent. Il devra montrer par exemple quelle image de la société composent les innombrables films où une petite employée s’élève à des hauteurs insoupçonnées, ou bien dans lesquels un quelconque grand monsieur n’est pas seulement riche mais aussi plein de sensibilité. En outre, il devra confronter le monde apparent présenté dans des films de ce genre ou d’autres encore, à la réalité sociale, et révéler dans quelle mesure ils la falsifient. Bref, un critique de cinéma au niveau de sa tâche n’est pensable que comme critique de la société. Sa mission : dévoiler les représentations et idéologies sociales cachées dans les films standard et, à travers ce dévoilement, rompre l’influence même des films partout où cela est nécessaire.

8Je n’ai traité, intentionnellement, que de l’attitude critique qui s’impose par rapport à la production standard. Les films recelant de véritables contenus ont été et demeurent une rareté. En les considérant, l’accent, naturellement, ne doit pas porter seulement sur l’analyse sociologique, mais cette dernière doit se pénétrer de l’analyse esthétique immanente. Sur les difficultés d’une telle interpénétration, il n’est cependant plus possible de s’étendre ici.

© Presses universitaires de Vincennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search