Version classiqueVersion mobile

Le Voyage et la danse

 | 
Siegfried Kracauer

Les actualités cinématographiques

Texte intégral

1Qu’elles soient fabriquées par l’Ufa, Fox ou Paramount, les actualités cinématographiques n’ont pas de plus grande ambition que d’embrasser le monde entier. Cependant le monde, dans ces comptes rendus hebdomadaires, n’est pas du tout le monde même, mais ce qu’il en reste quand tous les événements importants en ont été écartés : un misérable reliquat, et l’industrie cinématographique prend effectivement cela pour le cosmos, ou alors elle ne le sert au public que pour soustraire le monde réel à sa vue. En tout cas, l’argument avancé, dans les milieux producteurs eux-mêmes, pour la défense des actualités courantes, selon lequel la petitesse des moyens les obligerait à se limiter aux événements qu’on nous montre, me paraît bien peu solide. Ce ne sont pas les économies qui obligent nos chroniqueurs à fuir le monde ; c’est la peur, inavouée ou même consciente, de son désenchantement. En effet, si l’on représentait les choses telles qu’elles sont ou comme elles se passent habituellement aujourd’hui, les spectateurs du cinéma pourraient en concevoir de l’inquiétude et se mettre à douter de l’excellence de notre présent ordre social. C’est bien sûr ce que l’industrie cinématographique, qui y trouve son intérêt, veut éviter à tout prix. Et comme elle n’est pas à même de procurer du pain au peuple, elle lui prodigue au moins les jeux du cirque, qui le sous-alimentent avec des illusions.

2Une partie du répertoire permanent est constituée par les catastrophes naturelles. On peut admettre que puits de pétrole en flammes, catastrophes ferroviaires et grandes inondations participent des entreprises cinématographiques les plus rentables : la reconnaissance de cette réalité ne permet pas pour autant de justifier le retour régulier de ces thèmes, ni de nier la possibilité qu’il en existe d’autres, pour le moins aussi rentables, et dont la présentation serait bien plus instructive. Si les fabricants d’actualités cinématographiques n’exploitent pas de telles chances et s’en tiennent de préférence aux tremblements de terre et aux coups de grisou, cela correspond avant tout à leur désir d’éviter les événements qui se déroulent au sein de la société des humains. À travers ces images d’une nature bouleversée, auxquelles on a sans cesse recours, on fait naître en même temps chez le spectateur l’idée que les événements sociaux sont tout aussi inéluctables que l’inondation. Lui qui se voit constamment servir aux actualités les débordements des puissances naturelles, projette involontairement leur causalité sur les circonstances humaines, et finit nécessairement par assimiler la crise du système capitaliste à un tremblement de terre. Cet effet produit par les actualités cinématographiques n’est peut-être pas intentionnel, il n’en est pas moins bienvenu à ceux qui y trouvent leur intérêt. Il équivaut à une mythologisation de la vie sociale, fait croire à l’inamovibilité de nos institutions et paralyse toute intention de les changer.

3Des scènes enfantines et animales relaient cette activité des forces élémentaires. Il ne se passe pas de semaine sans que la zoologie ne fête quelque triomphe ou qu’un bébé ne provoque le ravissement du public. L’apparition occasionnelle de ces êtres n’appartenant pas, ou pas encore, au milieu social, constituerait certes une distraction acceptable, mais leur reproduction incessante est le signe d’un détournement hors de la réalité des adultes. Pour ne pas être contraints à dévoiler cette réalité dont nous sommes malades, on s’évade dans le monde de l’enfance : la perpétuelle intrusion de ce dernier dans les actualités de la semaine témoigne aussi de l’aspiration du public, si volontiers satisfaite par le producteur, à se mirer dans la préconscience de l’enfant. L’offensive des bébés correspond à cette tendance, bien répandue dans de larges couches de la population, à se dépouiller de la maturité qui les obligerait à pénétrer d’un regard lucide les conditions sociales. Pour des raisons aisées à comprendre, elles répugnent à un renversement de l’état des choses existant, et, au lieu de regarder virilement la misérable réalité en face, elles se tournent vers toutes les créatures qui n’en ont encore aucun pressentiment. Je me souviens d’un film animalier, accompagné d’un commentaire de Hagenbeck, qu’il faut bien qualifier de puéril. Non pas que je veuille lui faire reproche par exemple d’appeler tout de go une femelle éléphant madame la maman. Simplement, le ton employé prouve ce qui est ici mon seul propos, à savoir que le plaisir qu’on prend aux enfants et aux animaux s’explique par l’infantilisme déjà présent au sein des masses, ou qu’on leur a inculqué. À cet engouement artificiel pour l’enfance répond à merveille l’incorrigible naturomanie qui, en dehors des séquences sur le déchaînement des éléments, est satisfaite jusqu’à la nausée par la récente mode des films d’expéditions.

4En vertu d’un droit coutumier non confirmé, la semaine cinématographique accorde aussi une place attitrée à la représentation des rencontres sportives. À côté des inaugurations de monuments, des vaisseaux de guerre, des grandes manœuvres et autres événements prestigieux, – lesquels parviennent rarement à passionner vraiment, mais, en revanche, présentent d’autant plus souvent une tendance réactionnaire, à moins que comme bouche-trous ils ne soient tout simplement insignifiants – ces manifestations sportives surgissent avec une obstination qui confine presque à la monotonie. Partout en Allemagne, aux États-Unis, en Angleterre, ont lieu sur les mêmes scènes et toujours parmi la foule énorme des masses enthousiastes, des match de football, des courses de motos ou de chevaux dont le tournage ne nous est jamais épargné. Ces vues sportives stéréotypées, que l’on connaît avant même de les voir, sont là sans aucun doute non seulement pour satisfaire les intérêts spécialisés du public, mais aussi pour renforcer cette attitude d’où naissent les inquiétantes exagérations du sport. En prêtant au sport une importance que, par comparaison avec l’activité sociale et politique, il ne mérite pas, le retour par trop fréquent de ces images à l’écran empêche la présentation de maints événements qui, en un sens décisif, sont plus actuels que les événements sportifs. Ce retour remplit donc à peu près le même objectif que l’incessante répétition des images animales et enfantines. En outre, la rapidité de la plupart des commentaires sportifs prouve bien qu’ils sont l’expression de cette stupidité dont le seul souci est de nous emplir les yeux et les oreilles afin de nous rendre aveugles et sourds.

5Il y a quelque temps, une association cinématographique radicale – disparue depuis – avait tenté de mettre sur pied, à partir du matériau disponible dans les archives d’images, des actualités cinématographiques qui soient vraiment une plongée dans nos propres affaires. Elle a dû accepter des coupures de la censure et n’a pas fait long feu. Cette expérience nous apprend en tous cas que, composées différemment déjà, les images des actualités cinématographiques y gagneraient une plus grande acuité de vue. Il me semble en outre que l’industrie cinématographique pourrait se permettre, sans courir de risque notable, de nous présenter du monde une part plus grande que ce qu’il lui plaît actuellement d’embrasser. Il y a encore beaucoup à tourner en Allemagne, il est probable que le public n’aurait absolument rien contre le fait d’être informé de temps en temps des conditions humaines ou inhumaines dans lesquelles nous vivons.

© Presses universitaires de Vincennes, 1996

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search