Version classiqueVersion mobile

Le Voyage et la danse

 | 
Siegfried Kracauer

Le Kurfürstendamm comme Allée de la victoire

Texte intégral

  • * Allée de la victoire à Berlin, qui menait de la Colonne de la victoire (Siegessdule) à la Porte de (...)

1Le Kurfürstendamm est la Siegesalleé* moderne. Au lieu d’être parsemé de monuments de marbre, la jambe en avant, dédiés aux maîtres de ce monde, il l’est de photos de célébrités qui représentent quelque chose, ou du moins le veulent.

2Par ces belles journées d’été où là-bas tous les arbres qu’on n’a pas encore abattus verdissent, où les voitures de luxe remontent et redescendent la chaussée et où les terrasses sont bourrées de monde – c’est maintenant, pendant les heures de l’après-midi, le bon moment pour flâner de photo en photo. Les grands artistes photographes se succèdent, s’emboîtant le pas les uns les autres. Leurs vitrines ornent les piliers des jardins de devant, animent les murs et s’avancent profondément dans l’obscurité des entrées de maisons en simili pierre. Elles sont pleines de portraits, qui ne ravissent pas tant par leurs effets de lumière et d’ombre que, plus encore, par les noms des originaux qui ont été calligraphiés à côté. Quiconque est éternisé dans cette allée de portraits, sa gloire est scellée, il a gagné la course. Et les quelques anonymes qui ont pu parfois se glisser quand même sont accrochés là comme des parents pauvres, ignorés, au milieu des grands.

3On a bien enrôlé aussi des enfants dans la parade de victoire, des enfants innocents qui ne savent encore rien de leur triomphe. Mais ils appartiennent à des parents distingués et portent tous des noms particulièrement jolis. Ina et Grit, Marie-Louise et Régina, Véra et Sylvie – elles sont là dans leurs petits costumes, sourient ingénument et sont déjà sélectionnées par rapport à d’autres enfants. La plupart du temps, il y a aussi une dame qui s’incline vers elles, leur mère, et le tout devient alors un tableau d’amour maternel de bonne maison, empreint de sérénité, comme les journaux illustrés se plaisent à le montrer.

4Fréquemment les dames préfèrent se séparer de ces petits anges et apparaître toutes seules à la surface de l’image. Elles portent des fourrures ou des robes de soirée, et toujours un nom aristocratique. S’il arrive que l’une d’elles soit alliée à un bourgeois riche, afin de pouvoir garder les apparences aristocratiques, alors on ne manque pas de dire expressément qu’elle est née baronne. On sent une exhalaison du grand monde tout autour de ces dames, elles-mêmes ont été respectueusement exhalées par les photographes. Les jeunes se ressemblent à s’y méprendre, les plus âgées rayonnent de condescendance, et toujours on pressent, derrière, une highlife dont les vagues montent encore plus haut que celles qui baignent le Kurfürstendamm.

5Parmi les seigneurs de la création, chacun est naturellement une illustre personnalité, un être de noblesse pour ainsi dire, qu’elle soit de naissance, d’argent ou d’esprit. Diplomates, directeurs généraux et directeurs de cabinet se donnent ici rendez-vous – une société choisie, actuellement présidée, le monocle étincelant, par Son Ex. von Seeckt. Notre Reichspräsident l’a déjà, à plusieurs reprises, honorée de sa présence. Eloignée de tout esprit de caste rigide, elle accorde complaisamment un asile à des écrivains comme Heinrich Mann et Dôblin, qui appartiennent à l’Académie des écrivains, et ne se ferme même pas au poète révolutionnaire Toller. Nous vivons dans un pays démocratique. Les photographes ont voulu prêter aux têtes masculines des traits importants. Certains surgissent démoniaquement de l’ombre, d’autres font impression par les yeux, la splendeur de la chevelure ou des contours précis, bien modelés. S’ils étaient de pierre ou de bronze, ils seraient placés sur un socle, visibles de loin.

6Sa vraie puissance lumineuse, la société la reçoit de ses stars. Marlène Dietrich, Gerda Maurus, Lee Parry ; toutes les déesses du cinéma sont présentes, dans les toilettes féeriques dans lesquelles elles visitent les champs de courses ou apparaissent à la rampe après les premières. Elles ressemblent aux lis dans la prairie, et elles brillent. Près d’elles, l’éclat d’acteurs célèbres, avec d’intéressantes rides au front, des danseurs qui se distordent et des muscles de boxeurs. Quelques artistes, hommes ou femmes, sont exposés à la vitrine d’un coiffeur, à qui ils confirment, en mains propres, la qualité de ses coiffures. Le ciel sur la terre.

7Le marbre est devenu photo – mais qu’est-il advenu de nos gaillards lieutenants ? Eux aussi ils ont des remplaçants. Une espèce de jeunes gens à la mode peuple aujourd’hui le Kurfürstendamm, qui s’intègrent dans la nouvelle Siegesallee tout aussi naturellement que les lieutenants s’intégraient dans l’ancienne. La meilleure expression pour les désigner serait : girls masculines.

8Par ces beaux jours d’été, ils verdissent sous les arbres, flânent en remontant et en redescendant comme des voitures de luxe, et emplissent les terrasses des cafés. Jeunes gens qui se ressemblent à s’y tromper, comme les jeunes filles sur les photographies, mais qui, malgré leur aspect uniforme, donnent l’impression de produits fabriqués de bonne qualité. En tout cas, ils ont été fabriqués avec goût. Les pantalons sont bien tirés autour des hanches, chemises, cravates, chaussures et foulards de soie vont bien ensemble, et la chevelure frisée a été manifestement éclaircie à la super-eau oxygénée. Leurs yeux font un peu penser à ceux des marins, leur attitude est un mélange de grâce et de stade. Aux filles, dont ils ne se soucient guère, ils font plaisir à voir, et plus encore aux hommes, qui les cherchent du regard. Beaucoup d’entre eux ont parcouru différentes parties du monde par goût de l’aventure et en ont rapporté avec eux quelques observations. Ils les écrivent. Ou bien ils vont au cinéma ; ou bien ils vivent sans rien faire. De quoi vivent-ils ? C’est un mystère. C’est comme si le Kurfürstendamm les avaient engendrés. Ils le parcourent comme des vainqueurs. Et les célébrités qui représentent quelque chose les regardent de haut.

Notes de fin

* Allée de la victoire à Berlin, qui menait de la Colonne de la victoire (Siegessdule) à la Porte de Brandenburg (ndt.).

© Presses universitaires de Vincennes, 1996

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search