Version classiqueVersion mobile

Le Voyage et la danse

 | 
Siegfried Kracauer

Course de trot à Mariendorf : Ceci n’est pas un compte rendu sportif

Texte intégral

1Mariendorf : un faubourg de Berlin, au sud de Tempelhof. On y arrive par une de ces rues interminables, toutes droites et bien trop larges, comme on en trouve dans les faubourgs de toutes les grandes villes. La circulation des véhicules y est aussi irrégulière que les constructions. À gauche à l’arrière-plan, l’aéroport, plus loin, des cités, une sorte de grand building, la rase campagne. À l’arrivée se pressent trams, bus, automobiles ; on dirait qu’ils tiennent un congrès de voitures. Marchands de glace et marchandes de bretzels, vendeurs de journaux résistent sous la chaleur de fin d’après-midi, qui est à couper au couteau et ne se dissipe pas. Quelques personnes dressées sur la pointe des pieds s’agglutinent autour d’un trou de la largeur d’une feuille dans la clôture en planches, derrière laquelle on entend le trot des sabots de chevaux.

2Je n’ai encore, soit dit à ma honte, jamais assisté à une course de chevaux, à plus forte raison à une course de trot. C’est bien de ne rien connaître du tout d’une chose, il arrive alors qu’on la comprenne beaucoup mieux. Dans l’espace vert qui fait comme un parc à l’entrée, je déploie le journal des courses que je viens d’acquérir, mais il ressemble à s’y méprendre à la rubrique commerciale du journal quotidien ; une page couverte de sigles et de colonnes dont les secrets ne sont tout simplement pas à ma portée. Plus connues déjà, et même quasi familières me paraissent les tribunes, la petite tour de bois et de verre, le rond de gazon avec la toile verte des arbres à l’horizon et le vaste ciel par-dessus. Où nous sommes-nous déjà rencontrés ? En général, ma grande fréquentation du cinéma me met à l’abri des surprises, et des paysages exotiques, par exemple, n’auraient absolument rien pour m’étonner. Ici, en revanche, ce que l’on reçoit, ce sont moins des impressions cinématographiques que des images impressionnistes. Ces groupes de plein air, ces verrières, ces gammes de couleurs : je les ai déjà aperçus dans bien des tableaux. L’impressionnisme pour qui la plupart des objets avaient égale valeur a si profondément exploré le monde des courses qu’il est désormais impossible de les considérer avec un autre œil.

3Une course commence, c’est-à-dire qu’elle est encore loin de commencer, mais les jockeys se déplacent en tous sens sur la piste, des jockeys dotés de numéros, en rouge, en jaune, en vert, sur de petites voitures basses. À proximité de l’importante petite tour, on hisse en l’air deux grands panneaux blancs, et les parieurs font des coches devant des noms et des chiffres dans le journal incompréhensible. Enfin, en un endroit éloigné, on compte jusqu’à trois et, comme dans une course de taureaux, on agite un chiffon rouge. Près de la barrière, je suis le piétinement des chevaux. L’un d’eux fait une impression particulièrement forte sur moi, mais c’est justement celui qui est disqualifié, parce qu’il saute, alors que seul le trot est permis. Près de moi, une femme parie sur un jockey qui demeure toujours à l’arrière. « Vous ne le connaissez pas », dit-elle par dessus ma tête à mon voisin, « c’est uniquement de la tactique. » La femme ne fait absolument pas attention à moi ; manifestement, il y a des signes secrets qui font que les *habitués se reconnaissent entre eux. Peut-être le jockey a-t-il réellement gagné, je n’en sais rien, car la course est terminée avant d’avoir vraiment commencé. Ensuite, le résultat est annoncé par haut-parleur et les morceaux de musique recouvrent toute l’étendue du public. D’anciennes marches équestres et des extraits de la Cavalliera. On peut à peine s’imaginer encore le monde sans haut-parleurs.

4Les pauses durent incomparablement plus longtemps que les courses elles-mêmes, sans pour autant manquer de contenu. Le public à lui tout seul les remplit déjà suffisamment. Il y a pour ces courses un curieux alliage de personnes intéressées des deux sexes et d’une masse moins mondaine, ostensiblement en costume des jours de fête. Un monsieur costaud, au visage carré, se propulse vers le stand du pari mutuel qui ressemble à un vestiaire pour objets abstraits. Il va y porter le billet denté qu’il a sorti, longtemps avant d’arriver au but, de la poche arrière de son pantalon. Ira-t-il vraiment ? Il le tient à la main, recule à nouveau, s’arrête hésitant, caresse le ticket, puis, au bout d’un grand combat intérieur, se met à trotter victorieusement de l’avant. Des hommes de sa corpulence, il y en a beaucoup sur la place, et je continue à m’étonner de leur aspect de gens habitués aux batailles, jusqu’à ce qu’un spécialiste m’apprenne que le sport de la course de trot, c’est connu, est né dans les cercles des gens des abattoirs et de la boulangerie. Ils ont amené toute leur suite : mères, tantes, nièces, que personne ne croirait capables de la routine avec laquelle elles jugent les événement du gazon. Opinions et contre-opinions fusent tout haut depuis un charmant jardin-restaurant imaginé par Endell, une installation en terrasse, composée de telle sorte qu’une rangée de fleurs alterne toujours avec une rangée de têtes humaines. Depuis les tables, on domine la piste à la forme régulière, sur laquelle justement une voiture arrosoir envoie son jet d’eau transportable. Dans l’air on entend un bruit de moteur, bien qu’il n’y ait par hasard aucun avion en vue. Mais il y a tant de motocyclettes de par le monde.

5Tandis que la soirée fait ses préparatifs, une course a lieu, qui tire les cous des spectateurs hors de leurs corps et leur fait sortir les yeux de la tête. Le favori est un célèbre moreau qui a, entre le départ et le but, cent mètres à rattraper. Son jockey triomphe sous les acclamations des tribunes. Il a réellement la tactique : au début, il fonce, puis il économise ses forces, et à la fin seulement il déploie toutes ses réserves. Dans l’obscurité qui menace maintenant de supplanter le jour, les lampes à arc électriques s’allument. Alors commence un magnifique spectacle : la piste de course s’illumine, elle est un gigantesque anneau lumineux qui flotte librement dans le bleu profond du ciel. Une tour au nord se met à rutiler, des guirlandes de perles brillantes scintillent sur les pavillons, les jockeys chatoient de toutes les couleurs, et la nuit s’emplit de bruits étranges. Je m’en vais avant la fin. Sur la tribune bon marché près de la sortie se pressent des jeunes gens ; sans doute des ouvriers des usines. Les trams, les bus et les automobiles à l’extérieur tiennent toujours leur congrès. Mais c’est comme ça dans tous les congrès : les gens ne savent pas s’arrêter de parler.

© Presses universitaires de Vincennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search