Version classiqueVersion mobile

Le Voyage et la danse

 | 
Siegfried Kracauer

La fin de Saint-Pétersbourg

Texte intégral

1On peut dire du grand film de Poudovkine ce qui vaut pour les quelques autres films russes montrés en Allemagne – et qu’il dépasse tous, à l’exception du Potemkine : sa valeur artistique est liée au présupposé d’une attitude déterminée. La révolution est magnifiée dans le film, et la représentation tout entière est portée par la pensée qui conduit à la révolution et l’approuve. Il y a un bien et un mal dans ce film et toute chose a ici son caractère déterminé. Loin de défigurer la pure création artistique en la réduisant à l’illustration d’une tendance, cette opinion est justement ce qui rend possible la performance esthétique. En effet, pour saturer les objets de signification, comme le fait l’œuvre d’art, il faut que cette signification soit reconnue. Les objets, eux, peuvent avoir une signification multiple, et même les films à la Fridericus-Rex savent ce qu’ils veulent. Mais il y a des connaissances justes et d’autres fausses, et si les forces créatrices sont réellement présentes, la création artistique animée de la connaissance juste s’affirmera, tandis que l’œuvre fabriquée dans l’ignorance s’effondrera.

2Tout ce qui apparaît dans le film est déterminé à partir de l’attitude révolutionnaire. Comme aussi est révélée la vacuité des constructions d’apparat qui sont au service des puissants ! Il suffit que surgisse un fronton à l’antique, il est aussitôt jugé. Le principal symbole de la classe supérieure est fourni par la statue équestre monumentale qui repasse constamment, vue d’en haut et d’en bas, de droite et de gauche. Elle triomphe et elle resplendit, et à ses pieds se déploie la misère. Les arrière-cours et les casernes locatives parlent elles aussi directement. Par la perspective, par l’éclairage et le cadrage, toutes les manifestations humaines sont appréhendées en profondeur.

3Tout comme les bâtiments, la population et les représentants de la classe des seigneurs se font face. Inutile de s’étendre sur le choix inouï des types. Chaque personnage est réel, on ne dirait pas qu’il joue, mais qu’il est. La représentation est d’autant plus puissante qu’elle renonce à la facilité de rabaisser les hommes de l’autre bord – le fabricant, un officier, des bourgeois – au rang de caricatures unidimensionnelles. Georg Grosz en son temps s’est rendu la tâche plus facile que les Russes, qui en toutes circonstances demeurent réalistes. Certes les partisans du tsar sont marqués par la haine qui découvre, par exemple, la ressemblance entre le fabriquant et la statue équestre. Des figures phares, issues du peuple : un paysan obtus, venu chercher du travail à Saint-Pétersbourg, et une femme d’ouvrier dont la dureté ne fondra qu’à la fin. L’art avec lequel ils traversent l’œuvre n’a pas son pareil. Lui aussi repose sur le fait qu’on est saisi par l’événement révolutionnaire. Le fondement humain y participe.

4L’imagination artistique qui a présidé au tournage du film est en tous points digne d’admiration. On y a développé avant tout la technique des associations. Au milieu des impressions qui se succèdent rapidement, exprimant la concomitance des événements, certains motifs sont repris : outre la statue équestre, la grande roue et les cors de la fanfare. Ces leitmotive nouent les fils du tissu et montrent la direction. Parmi les moyens d’expression les plus éminents : l’espace. Nous avions déjà eu l’occasion, à propos d’un film russe, de louer la maîtrise de l’espace dans ces films. Il est ici maîtrisé de manière incomparable. La magie du Palais d’hiver, l’horreur d’une rue, l’abandon d’un pâté de maisons n’avaient pour ainsi dire encore jamais été aperçus. C’est très souvent à travers des modifications minimes que le sens des épisodes est brutalement démasqué. Exemplaires, les scènes où la guerre est décidée : on voit des uniformes débordant d’ors, des cuts noirs et des mains qui gesticulent, mais jamais les têtes leur appartenant.

5Sans doute le film ne se maintient-il pas de bout en bout à la hauteur de ses moments principaux. De même, si la continuité du temps est en général assurée, il y a cependant plusieurs faits, manifestement dans un souci d’exhaustivité, qui sont traités par trop précipitamment. L’allusion aux batailles aurait été superflue, le parallèle entre les transactions sur le front et à la Bourse demeure superficiel. Ici et là pointe quand même la simple thèse, qui a un effet bien plus faible que ces parties où la thèse est présente en tant qu’attitude fondamentale. (Ce sont précisément ces passages auxquels Piscator semble s’être principalement tenu, dans ses films d’accompagnement, les prenant pour modèle.) Que la statue équestre se mette à pleurer devant l’enthousiasme guerrier, est amusant, mais quelque peu facile.

© Presses universitaires de Vincennes, 1996

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search