Version classiqueVersion mobile

Entre film et photographie

 | 
Barbara Le Maître

Avant-propos

Christian Doumet, Michèle Lagny, Marie-Claire Ropars-Wuilleumier et Pierre Sorlin

Texte intégral

1 Le regard esthétique unit et désunit, distingue et combine, borne et transgresse. Ou peut-être faudrait-il dire autrement : qu’en lui, la séparation et la combinaison deviennent un seul et même geste ; qu’il ne limite que pour mieux déborder les limites ; qu’il est essentiellement paradoxal.

2 Après un volume consacré à la question du cadre (Effets de cadre. De la limite en art, 2003), la collection « Esthétiques hors cadre » poursuit son investigation du champ esthétique avec l’analyse d’un cas particulier de déplacement : la présence des images photographiques au sein du discours filmique.

3 Chacun de nous a éprouvé ce trouble de l’identification qui naît au surgissement d’un cliché sur l’écran. Image arrêtée, vision suspendue qui soudain viennent dénoncer le mouvement cinématographique, et le ramener à sa composante élémentaire, à sa matière première, à son illusionnisme, comme un discret indice critique dans le déploiement des grandes machines à faire croire… Celles qui sont ici convoquées appartiennent d’ailleurs à une tradition rare. Et il faut rendre hommage à Barbara Le Maître d’accorder son attention à des œuvres aussi différentes et aussi singulières que celles de Johan van der Keuken, d’Atom Egoyan ou de Jean Eustache.

4 Pour comprendre quel genre de relation s’établit entre les deux médiums visuels mis en jeu dans de tels films, l’auteur de cet essai entend revenir aux sources de l’attachement qui nous lie aux images ; et précisément, à cette fabrique du désir dont Freud a analysé les mécanismes en y faisant apparaître l’importance du manque et de l’empreinte. Car c’est en de tels termes, selon la logique d’une « économie plastique du désir », que se présente ici la question du regard filmique, lorsque la soudaine effraction du photographique dans le cinématographique contraint le spectateur à reconnaître l’hétérogénéité de ces traces affleurant dans le corps même du film. Reprenant le texte freudien d’un point de vue esthétique, Barbara Le Maître propose une lecture originale du jeu instauré à travers la duplicité des empreintes visuelles, et retourne l’indice d’une faille en symptôme d’une élaboration désirante oeuvrant à même la machinerie figurative. Le manque travaille, tel le rêve, et le filmique déploie, avec et contre le photographique qui menace de l’interrompre, la plasticité libre de l’image portée par la mémoire de l’empreinte.

5 La question du regard esthétique revient donc sous un autre visage Ce sont ces rebondissements inattendus qui trament l’enquête ouverte dans la série d’ouvrages dont on propose ici le dix-huitième volume. L’horizon de ce questionnement demeure unique, mais il n’est sans doute pas d’autre façon de l’aborder que sous les espèces de la pluralité et de la différence. Cinéma et photographie ont entre eux bien des parentés : la confrontation n’en est, comme chaque fois qu’il s’agit de penser des proximités, que plus révélatrice de la profonde mobilité, de l’essentielle instabilité même, dans lesquelles nous place la représentation en art.

© Presses universitaires de Vincennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search