Version classiqueVersion mobile

Le Voyage et la danse

 | 
Siegfried Kracauer

L’ornement de la masse

Texte intégral

Diverses sont les lignes de la vie,
Comme divers les chemins et des montagnes les limites,
Ce qu’ici nous sommes, un Dieu là-bas peut le parfaire,
Avec des harmonies, et la paix, récompense éternelle.
Hölderlin

1

1Le lieu qu’une époque occupe dans le processus historique se détermine de manière plus pertinente à partir de l’analyse de ses manifestations discrètes de surface, qu’à partir des jugements qu’elle porte sur elle-même. Ceux-ci, en tant qu’expression des tendances du temps, ne sont pas des témoignages concluants sur l’état d’esprit global du siècle. Les premières, de par leur caractère inconscient, donnent directement accès au contenu fondamental de la réalité existante.

2Inversement, leur interprétation est liée à la connaissance de celui-ci. Le contenu fondamental d’une époque et ses mouvements demeurés inaperçus s’éclairent mutuellement.

2

3Dans le domaine de la culture physique, qui s’empare même des journaux illustrés, il s’est opéré imperceptiblement un changement de goût. Cela a commencé avec les tiller girls. Ces produits des usines de distraction américaines ne sont plus des jeunes filles individuelles, mais des groupes indissolubles de jeunes filles dont les mouvements sont des démonstrations mathématiques. Si, dans les revues, elles se constituent en véritables figures, ce qui se déroule sur le sol australien ou indien, sans parler de l’Amérique, ce sont toujours, dans le même stade bondé, des représentations d’une égale précision géométrique. Et la moindre petite localité où elles ne sont pas encore parvenues est informée à leur sujet par les actualités de la semaine. Un simple regard sur l’écran montre que les ornements se composent de milliers de corps, des corps en maillots de bain, asexués. La régularité des motifs qu’ils décrivent est acclamée par la foule répartie dans les tribunes.

4Il y a longtemps que ces spectacles, qui ne sont pas seulement organisés par les girls et les habitués du stade, sont devenus une forme consacrée. Ils ont atteint une reconnaissance internationale. L’intérêt esthétique se tourne vers eux.

5Le support des ornements, c’est la masse. Non pas le peuple : en effet, s’il arrive à celui-ci de créer des figures, elles ne demeurent pas en l’air, car elles naissent au sein de la communauté. Un flot de vie organique se déverse depuis les groupes qu’un même destin relie vers leurs ornements, qui apparaissent comme une magie nécessaire et sont tellement chargés de signification qu’ils ne se laissent pas réduire à la minceur de simples assemblages de lignes. De même, les humains qui se sont séparés de la communauté, ayant conscience d’être des individus possédant une âme propre, se montrent inaptes à la formation de ces figures nouvelles. S’ils participaient à la représentation, l’ornement buterait sur eux. Cela donnerait une composition colorée qui ne serait pas calculable de bout en bout, car ses pointes, comme les crochets du râteau, s’enfonceraient dans les couches intermédiaires de l’âme, qui présenterait encore un reste. Les motifs des stades et des cabarets ne trahissent rien de tel. Ils sont composés d’éléments qui sont de simples pierres à bâtir et rien d’autre. Pour construire l’édifice, ce qui importe, c’est la dimension et le nombre des pierres. Et c’est la masse qui est impliquée. En tant que membres de la masse uniquement, – non en tant qu’individus convaincus d’être façonnés de l’intérieur –, les humains sont des morceaux d’une seule et même figure.

6L’ornement est à soi-même sa propre fin. Le ballet, autrefois, fournissait aussi des ornements qui se mouvaient comme dans un kaléidoscope. Mais, après avoir dépouillé leur signification rituelle, ceux-ci demeuraient toujours une expression artistique de la vie érotique qui les engendrait à partir d’elle-même et déterminait leurs traits. Le mouvement de masse des girls, en revanche, est suspendu dans le vide : un système de lignes qui ne veut rien exprimer d’érotique, mais tout au plus désigne le lieu de l’érotique. De même, les constellations vivantes dans les stades n’ont pas la signification d’évolutions militaires. Si régulier qu’eût été l’ordonnancement de celles-ci, leur régularité était considérée comme un moyen en vue d’une fin ; le défilé de la parade naissait des sentiments patriotiques, et éveillait à son tour des sentiments chez les soldats et les sujets. Les constellations ne visent rien en dehors d’elles-mêmes, et la masse d’où elles s’élèvent n’est pas, comme la compagnie, une unité morale. On ne peut même pas aborder ces figures comme des ornements secondaires accompagnant le travail de discipline de l’éducation physique. Les unités de girls s’exercent plutôt à produire un grand nombre de lignes parallèles, et ce que l’on souhaiterait, c’est l’entraînement de masses humaines les plus étendues possible, afin d’obtenir un motif de dimensions inouïes. À la fin, il y a l’ornement, et pour constituer son espace clos se sont vidées les structures porteuses de substance.

7L’ornement n’est pas pensé par les masses qui le réalisent. Si linéaire soit-il, aucune ligne ne sort des particules de la masse pour rejoindre la figure entière. Il ressemble aux vues aériennes de paysages et de villes en ceci qu’il ne naît pas de l’intérieur des phénomènes, mais qu’il apparaît au-dessus d’eux. Les acteurs de théâtre n’ont pas non plus la mesure de toute la scène, mais ils prennent consciemment part à sa construction, et même dans les figurines de ballet, la figure demeure ouverte vis-à-vis de ceux qui la représentent. Mais plus la relation entre ceux qui la forment se dépouille pour devenir purement linéaire, plus la figure se soustrait à leur conscience immanente. Elle n’en est pas pour autant touchée par un regard qui serait plus décisif, et personne ne la verrait, n’était la foule des spectateurs assise face à l’ornement, laquelle a une relation esthétique à lui et ne représente personne.

8L’ornement détaché de ses supports doit être saisi rationnellement. Il est constitué de lignes et de cercles, comme on les trouve dans les manuels de géométrie euclidienne ; il englobe aussi les structures élémentaires de la physique, les ondes et les spirales. Il rejette l’exubérance des formes organiques et le rayonnement de la vie spirituelle. Les tiller girls ne se laissent plus reconstituer après coup en êtres humains, les exercices physiques de masse ne sont jamais le fait de corps dans leur totalité, dont les courbes se refusent à la compréhension rationnelle. Bras, cuisses, et autres sections de corps sont les plus petits éléments constitutifs de la composition.

9La structure de l’ornement de masse reflète celle de la situation d’ensemble aujourd’hui. Étant donné que le principe du procès de production capitaliste ne relève pas purement de la nature, il doit faire éclater les organismes naturels qui sont pour lui des moyens ou des obstacles. Communauté populaire et personnalité s’effacent devant l’exigence de calculabilité ; l’homme comme simple particule de la masse peut sans difficulté grimper dans les statistiques et servir les machines. Le système, insensible aux différences de formes, mène de lui-même à l’effacement des particularités nationales et à la fabrication de masses ouvrières qui se laissent engager de la même façon en tous points de la terre. – Le procès de production capitaliste est à lui-même son propre but comme l’ornement de masse. Les marchandises qui sont issues de lui ne sont pas à proprement parler produites pour être possédées, mais pour le profit, qui se veut sans limites. Sa croissance est liée à celle de l’entreprise. Le producteur ne travaille pas pour le gain personnel, dont il ne peut jouir que dans une faible proportion – les excédents, en Amérique, sont versés à des conservatoires spirituels comme des bibliothèques, des universités, etc., où l’on conduit à maturité des intellectuels qui par leur activité future rembourseront au centuple le capital avancé – ; le producteur travaille pour l’accroissement de l’entreprise. S’il fabrique des valeurs, ce n’est pas pour ces valeurs elles-mêmes. Si, auparavant, leur production et leur consommation étaient dans une certaine mesure le but du travail, elles sont devenues maintenant de simples effets secondaires, au service du processus de production. Les activités qui s’y impliquent ont dépouillé leurs contenus substantiels. – Le procès de production se déroule publiquement dans le secret. Chacun exécute son geste devant la chaîne, exerce une fonction partielle, sans avoir la connaissance de l’ensemble. Tel le motif du stade, l’organisation surplombe les masses, figure monstrueuse que son auteur soustrait à la vue de ceux qui la portent sans être lui-même vraiment capable de la contempler. Elle a été conçue selon des principes rationnels, dont le taylorisme ne fait que tirer la conséquence ultime. Aux jambes des tiller girls correspondent les mains dans les usines. Par-delà les capacités manuelles, on cherche aussi à évaluer les dispositions psychiques au moyen de tests d’aptitude psychotechniques. L’ornement de masse est le reflet esthétique de la rationalité recherchée par le système économique dominant.

10Les gens cultivés, dont la catégorie ne s’éteint pas, ont mal accepté l’arrivée des tiller girls et des images de stade. Ce qui amuse la foule, ils le condamnent comme distraction de la foule. Contrairement à ce qu’ils pensent, le plaisir esthétique que l’on prend à ces mouvements ornementaux de masse est légitime. Ils font partie en réalité de ces réalisations isolées propres à notre époque, qui prêtent forme à un matériau préexistant. La masse qui se répartit en eux est tirée des bureaux et des usines ; le principe formel d’après lequel elle est modelée est celui qui la détermine aussi dans la réalité. Quand de grands contenus de réalité sont soustraits à la visibilité de notre monde, l’art doit s’accommoder des éléments qui lui restent, car une représentation esthétique est d’autant plus réelle qu’elle est moins privée de réalité à l’extérieur de la sphère esthétique. Si faible que soit la valeur qu’on attribue à l’ornement de masse, il se situe, selon son degré de réalité, au-dessus des productions artistiques qui continuent à cultiver des sentiments sublimes périmés dans des formes du passé ; même s’il ne signifie rien d’autre.

3

11C’est la raison faible et lointaine qui mène le procès de l’histoire contre les puissances de la nature que les grands mythes faisaient régner sur la terre et le ciel. Après le crépuscule des dieux, les dieux n’ont pas renoncé, la nature ancienne, dans l’homme et en dehors de lui, continue à s’affirmer. Elle a engendré les grandes cultures des peuples, lesquelles, comme toute création de la nature, sont mortelles ; c’est d’elle que naissent les superstructures de la pensée mythologique qui confirme la nature dans sa toute puissance. Cette pensée, si diverses que soient ses structures qui varient avec les époques, respecte toujours les limites imparties par la nature. Elle reconnaît l’organisme comme modèle originel, elle se brise sur la forme inhérente à l’étant, elle s’incline devant le règne du destin ; dans toutes les sphères, elle reflète les données de la nature, sans se rebeller contre leur permanence. La doctrine organique de la société, qui érige l’organisme naturel en modèle pour l’organisation sociale, n’est pas moins mythologique que le nationalisme, qui ne connaît pas d’unité plus haute que celle, fatidique, de la nation.

12La raison n’évolue pas dans le cercle de la vie naturelle. Son but est d’instituer la vérité dans le monde. Son empire est préfiguré en rêve dans les véritables contes, qui ne sont pas des histoires merveilleuses mais visent le merveilleux avènement de la justice. Il y a une profonde signification historique dans le fait que Les Mille et une nuits ont justement trouvé leur chemin dans la France des Lumières, que la raison du XVIIIe siècle a reconnu la raison des contes comme son égale. Dans les tout premiers temps de l’histoire déjà, le conte supprime la pure nature pour faire triompher la vérité. La puissance naturelle est vaincue par l’impuissance du bien, la fidélité triomphe des effets de la magie.

13Pour servir à l’irruption de la vérité, le processus historique devient un processus de démythologisation, opérant la destruction radicale des positions sans cesse reprises par le naturel. Les Lumières françaises constituent un bel exemple de ce conflit entre la raison et les leurres mythologiques avancés jusque dans les domaines religieux et politique. Ce conflit se poursuit, et dans le cours de l’évolution historique il n’est pas impossible que la nature, toujours plus dépouillée de sa magie, devienne de plus en plus transparente à la raison.

4

14L’époque capitaliste est une étape sur la voie de cette démystification. La pensée en corrélation avec le présent système économique a permis une maîtrise et une exploitation de la nature close sur elle-même comme aucune période antérieure n’avait encore eu les moyens de le faire. Mais le décisif, ce n’est pas que cette pensée rende capable d’exploiter la nature – si les humains étaient seulement des exploiteurs de la nature, la nature aurait seulement vaincu la nature – mais c’est que cette pensée rend de plus en plus indépendant des conditions naturelles, créant ainsi un espace pour l’intervention de la raison. C’est à la rationalité de cette pensée, en partie issue de la raison des contes, mais pas seulement à elle que l’on doit les révolutions bourgeoises des cent cinquante dernières années, qui ont réglé leurs comptes avec les puissances naturelles de l’Église impliquée dans le monde, de la monarchie et de la féodalité. L’irrésistible décomposition de ces liens – et d’autres encore – de nature mythologique est la chance de la raison, car le conte ne se réalise que sur les lieux de désagrégation des unités naturelles.

15Cependant, la ratio du système économique capitaliste n’est pas la raison elle-même, mais une raison troublée. À partir d’un certain point, elle abandonne la vérité, de laquelle elle participe. Elle n’inclut pas l’humain. Le déroulement du procès de production n’est pas réglé sur sa prise en considération, pas plus que l’organisation économique et sociale ne s’édifie à partir de lui et que le fondement de l’humain ne constitue en un endroit quelconque le fondement du système. Le fondement de l’humain : en effet, il n’est pas question que la pensée capitaliste s’attache à l’être humain comme à une création ayant grandi dans un processus historique, ni qu’elle doive nécessairement lui laisser une personnalité indemne et satisfaire les aspirations de sa nature. Les représentants de cette conception-là font au capitalisme le reproche que son rationalisme violente l’humain, et ils souhaitent un nouvel avènement d’une communauté qui, mieux que la société capitaliste, préserve ce qui est censé être l’humain. Outre l’effet retardateur de telles figures régressives, elles passent à côté de ce qui constitue le noyau même de la faiblesse du capitalisme. Il ne rationalise pas trop, mais trop peu. La pensée dont il est le support s’oppose à tout accomplissement dans la raison qui parle à partir du fondement de l’humain.

16Ce qui marque le lieu où se situe la pensée capitaliste, c’est son caractère abstrait. La prédominance de ce dernier aujourd’hui instaure un espace mental qui couvre l’ensemble de ses manifestations. L’objection soulevée à l’encontre du mode de penser abstrait, à savoir qu’il ne serait pas capable de saisir les contenus véritables de la vie et devrait donc céder la place à une observation concrète des phénomènes, indique certainement les limites de l’abstrait ; cependant, elle est soulevée trop vite, si elle l’est au bénéfice de cette fausse concrétude mythologique qui voit son aboutissement dans l’organisme et la forme. Un retour à cela reviendrait à abandonner la capacité d’abstraction atteinte, non à surmonter l’abstrait. Celui-ci est l’expression d’une rationalité qui se bute. Les déterminations de contenus de sens, opérées dans une généralité abstraite – comme les déterminations dans le domaine économique, politique ou moral – ne rendent pas à la raison ce qui appartient à la raison. L’empirie demeure non pensée par elle, on peut tirer n’importe quelle application des abstractions vides de sens. C’est seulement derrière ces abstractions qui font barrage que se trouvent les connaissances rationnelles singulières qui correspondent à la particularité de chaque situation envisagée. Malgré la substantialité qui doit en être exigée, ces connaissances ne sont concrètes que dans un sens dérivé ; mais en tous cas, pas concrètes au sens trivial, qui utilise le terme concret pour désigner les conceptions prisonnières de la vie naturelle. – Le caractère abstrait de la pensée contemporaine est ainsi à double sens. Du point de vue des doctrines mythologiques, dans lesquelles la nature s’affirme naïvement, le processus d’abstraction comme, par exemple, le pratiquent les sciences de la nature, représente un gain de rationalité qui porte préjudice à la splendeur des objets de la nature. Depuis une perspective rationnelle, le même processus d’abstraction paraît déterminé par la nature ; il se perd dans un formalisme vide qui sert de couverture pour donner libre cours au naturel, car il ne laisse pas passer les connaissances rationnelles qui seraient capables de saisir le naturel. L’abstraction régnante montre que le processus de démythologisation n’est pas parvenu à son terme.

17La pensée actuelle se trouve devant le dilemme de s’ouvrir à la raison ou de continuer à dériver sans ouverture sur elle. Elle ne peut dépasser les limites qu’elle s’est elle-même imposées sans transformation essentielle du système économique qui est son infrastructure ; la continuité de ce dernier entraîne la sienne. L’évolution ininterrompue du système capitaliste conditionne donc la croissance ininterrompue de la pensée abstraite (ou bien elle oblige la pensée à sombrer dans une fausse concrétude). Mais plus l’abstraction se consolide, moins l’homme se trouve surmonté par la raison. Il est à nouveau soumis à la domination des forces naturelles, dès que sa pensée, se tournant à mi-chemin vers l’abstrait, refuse l’émergence des véritables contenus de savoir. Au lieu de soumettre ces puissances, la pensée fourvoyée provoque elle-même leur soulèvement en glissant par dessus la raison qui seule pourrait les affronter et les faire plier. Simple conséquence de l’extension effrénée du système économique capitaliste : la nature obscure revendique de manière de plus en plus menaçante, et empêche l’avènement de l’humain qui relève de la raison.

5

18L’ornement de la masse est de la même ambiguïté que l’abstraction. D’un côté, sa rationalité est une réduction du naturel qui n’entraîne pas une diminution de l’humain mais qui, au contraire, si elle était menée jusqu’au bout, ferait purement ressortir ce qu’il a d’essentiel. Le support de l’ornement ne figure pas en tant que personnalité totale, union harmonieuse entre nature et « esprit », dans laquelle la première aurait trop reçu et le second pas assez, et c’est justement pour cela qu’il devient transparent à l’humain déterminé par la raison. La figure humaine impliquée dans l’ornement de masse a commencé à émigrer hors de la splendeur organique expansive et de la tendance à prendre figure individuelle vers cet anonymat dans lequel elle se dépouille quand elle est dans la vérité, et que les connaissances rayonnant à partir du fondement humain dissipent les contours de la figure naturelle visible. Que dans l’ornement de masse la nature soit désubstantialisée, cela justement indique un état où, de la nature, peut seul s’affirmer ce qui ne s’oppose pas à l’illumination par la raison. Ainsi, sur les vieilles peintures de paysages chinois, arbres, étangs, montagnes ne sont plus que de modestes signes ornementaux simplement esquissés à l’encre. Le centre organique a été évidé et les restes séparés ont été composés selon les lois fournies par un savoir, quelque soit son conditionnement par l’époque, concernant la vérité ; et non composés selon les lois de la nature. Ce sont aussi de simples restes du complexe humain qui passent dans l’ornement de masse. Leur choix et leur réunion dans le médium artistique se fait selon un principe qui représente la raison faisant éclater la forme, plus purement que ces autres principes qui conservent l’humain en tant qu’unité organique.

19Quand on considère l’ornement de masse du côté de la raison, il se révèle comme un culte mythologique se dissimulant sous un vêtement abstrait. La conformité de l’ornement avec la raison est donc l’apparence que prend l’ornement par comparaison avec des représentations corporelles possédant une immédiateté concrète. En réalité, c’est la manifestation brute de la nature inférieure. Elle peut se mouvoir d’autant plus librement que la ratio capitaliste est séparée de manière plus décisive de la raison et, sans s’arrêter à l’humain, va se perdre dans le vide de l’abstrait. Sans se soucier de la rationalité du motif de masse, le naturel se dresse avec lui dans son impénétrabilité. Certes, l’humain en tant qu’être organique a disparu de l’ornement ; cependant le fondement humain n’en apparaît pas pour autant, et la particule de masse qui reste se ferme à lui comme un quelconque concept général de type formel. Certes les jambes des tiller girls se lèvent parallèlement, mais non les corps dans leur unité naturelle ; certes les milliers de gens dans le stade forment une seule constellation, mais cette constellation ne brille pas et les jambes des tiller girls sont la désignation abstraite des corps. Là où la raison détruit la cohérence organique et déchire la surface naturelle si cultivée soit-elle, là elle parle, là elle ne décompose la figure humaine que pour que la vérité sans masque, d’elle-même, remodèle l’homme. Dans l’ornement de masse elle n’a pas pénétré, ses motifs sont muets. La ratio qui le produit est assez forte pour convoquer la masse et effacer la vie de ses figures. Elle est trop faible pour trouver les humains dans la masse et rendre les figures transparentes à la connaissance. Étant donné qu’elle fuit dans l’abstrait devant la raison, la nature incontrôlée se dresse puissamment sous le couvert du mode d’expression rationnel et utilise les signes abstraits pour se représenter elle-même. Elle ne peut plus, comme chez les peuples primitifs et au temps des cultes religieux, se transposer dans des créations douées d’un pouvoir symbolique. Une telle force du langage des signes a disparu de l’ornement de masse, sous l’influence de la même rationalité qui interdit de briser son mutisme. C’est donc la simple nature qui se livre en lui, la nature qui se refuse en même temps à l’énoncé et à la formation de sa propre signification. C’est la forme rationnelle vide du culte, dénuée de tout sens explicite, qui se représente dans l’ornement de masse. Par là, il s’avère bien comme étant une rechute dans la mythologie telle qu’on peut à peine en imaginer une plus grande – une rechute qui à son tour trahit la fermeture de la ratio capitaliste à la raison.

20Que l’ornement de masse soit une engeance du naturel pur, est encore confirmé par le rôle qu’il joue dans la vie sociale. Les gens intellectuellement bien pourvus qui sont, sans se l’avouer, l’appendice du système économique dominant, n’ont même pas encore décelé que l’ornement de masse est le signe de ce système. Ils nient ce phénomène, afin de continuer à s’édifier dans des représentations artistiques non encore touchées par la réalité qui est présente dans le modèle du stade. La masse, auprès de laquelle celui-ci s’est imposé spontanément, est supérieure à ceux qui le méprisent, dans la mesure où elle reconnaît sans voile les faits à l’état brut. La même rationalité qui domine les supports de ces modèles dans la vie réelle les fait s’abîmer dans le corporel et pérenniser ainsi la réalité du moment. Aujourd’hui, il n’y a pas qu’un Walter Stolzing pour chanter les louanges de la culture physique. Il est facile de percer à jour leur caractère idéologique, même si le concept de culture physique allie de manière tout à fait légitime deux mots apparentés par le sens. L’importance illimitée que l’on attribue au corporel ne saurait se déduire de la valeur limitée qui lui revient. Elle s’explique uniquement à partir de la connivence que la pratique de l’éducation physique, en partie à l’insu de ses pionniers, entretient avec la réalité existante. L’entraînement physique confisque les forces ; production et consommation irréfléchie des figures ornementales détournent de la transformation de l’ordre établi. L’accès à la raison est rendu plus difficile quand les masses dans lesquelles elle devrait pénétrer s’adonnent aux sensations fournies par ce culte mythologique sans dieux. La signification sociale de ce dernier est rien moins que celle des jeux de cirque chez les Romains, qui furent institués par les détenteurs du pouvoir.

6

21Les tentatives sont nombreuses, afin de parvenir à une sphère plus haute, de vouloir renoncer à la rationalité et au niveau de réalité atteints par l’ornement de masse. Ainsi, les efforts de la gymnastique rythmique dans le domaine de la culture physique se donnent pour but, par-delà l’hygiène privée, d’exprimer d’élégants contenus spirituels, auxquels les professeurs de culture physique ajoutent souvent des visions du monde. Ces manifestations, sans parler de leur nullité sur le plan esthétique, visent exactement à récupérer ce que l’ornement de masse a heureusement abandonné derrière lui : le lien organique de la nature avec quelque chose que les natures par trop modestes considèrent comme l’âme ou l’esprit ; c’est à dire l’exaltation du physique au moyen de significations qui naissent de lui et peuvent sans doute être d’ordre spirituel, mais ne portent en elles aucune trace de raison. L’ornement de masse présente la nature muette sans la moindre superstructure, la gymnastique rythmique, elle, selon sa propre opinion, réquisitionne de surcroît les couches mythologiques supérieures, renforçant ainsi d’autant plus la nature dans sa domination. Elle sert d’exemple pour tant d’autres efforts, tout aussi désespérés, de parvenir à partir de cette masse à la vie supérieure. De tels efforts, on peut dire que, dans leur majorité, ils se réfèrent de manière véritablement romantique à des formes et à des contenus qui ont depuis longtemps succombé à la critique, en partie juste, par la ratio capitaliste. Ils veulent à nouveau enchaîner l’homme à la nature plus solidement encore que par son appartenance présente, ils pensent que l’accès à la sphère supérieure ne se fait pas par la relation à la raison non encore réalisée dans ce monde, mais par le retour à des contenus mythologiques. Leur destin est l’irréalité ; en effet, si en un point du monde la raison transparaît, la figure qui la masque, si sublime soit-elle, doit disparaître. Les entreprises qui, sans tenir compte de notre lieu historique, cherchent à reconstruire une forme d’État, une communauté, un mode de création artistique dont le support est un humain déjà touché par la pensée d’aujourd’hui – un humain qui n’existe plus en droit –, de telles entreprises ne font pas le poids face à l’ornement de masse dans sa trivialité : se tourner vers elles n’est pas s’élever au-dessus de sa platitude vide et extérieure, mais c’est fuir devant sa réalité. Le processus consiste à traverser l’ornement de la masse, non à revenir en arrière. Il n’avancera qui si la pensée limite la nature et construit l’humain tel qu’il est en vertu de la raison. Alors la société se transformera. Et l’ornement de la masse disparaîtra, la vie humaine prendra elle-même les caractères de l’ornement dont elle s’imprègne dans les contes, face à la vérité.

© Presses universitaires de Vincennes, 1996

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search