Version classiqueVersion mobile

Le Voyage et la danse

 | 
Siegfried Kracauer

Publicité lumineuse

Texte intégral

1La publicité lumineuse s’élève dans un ciel où il n’y a plus d’anges, mais qui n’est pas non plus uniquement le lieu des affaires. Elle jaillit par delà le monde de l’économie, et ce qui se veut publicité devient illumination. C’est ce qui arrive quand les commerçants se mettent aux effets lumineux. La lumière reste la lumière et, quand en plus elle a des reflets de toutes les couleurs, elle sort alors des voies qui lui ont été désignées par ses commanditaires. Des lettres multicolores pour annoncer du linge blanc ne sont pas tout à fait à leur place, même si elles couvrent leurs cinq étages. Dans l’empire des ampoules électriques, la compétence du chef de la publicité a ses limites et les signaux qu’il envoie changent subrepticement de signification. Ainsi, la juxtaposition des boutiques crée un fourmillement de lumière dont l’éclatant désordre n’est pas purement terrestre. Dans ce fourmillement, on peut encore distinguer des mots et des signes, mais ces mots et ces signes sont ici détachés de leurs buts pratiques, leur entrée dans la diversité colorée les a fragmentés en morceaux brillants qui s’assemblent d’après d’autres lois que les lois habituelles. La fine pluie de réclames que déverse la vie économique se mue en constellations dans un ciel étranger.

2De grandes étoiles enfantines s’allument les unes au-dessus des autres, des blanches et des jaunes, jusque dans la voie lactée. Elles disparaissent et, à leur place, une fontaine jaillissante s’élève vers le ciel. Elle disparaît, et il se produit un tremblement lumineux et de ce tremblement surgit une image en plusieurs éléments, le nom de la firme, qui se lit verticalement.

3Recouvert de légers filaments, il demeure un instant et disparaît. La tour Eiffel.

4Il faut la voir depuis la place de la Concorde, qui fait penser à la mer à Capri, sur laquelle, la nuit, les lanternes des barques de pêcheurs se confondent avec les étoiles. Parmi ses innombrables points lumineux, solidement ancrés, d’autres se meuvent, innombrables, des foules d’autos croisent sans cesse le gigantesque bassin. Et toujours réapparaissent là les étoiles blanches et jaunes – elles ressemblent aux décorations chez des peuples à demi civilisés –, les fontaines jaillissantes et les jeux de lettres ; une formidable banderole de fête, qui défie toute connaissance en astronomie. Elle est l’avant-garde, et derrière, dans un vaste champ, dans une nébuleuse où c’est à peine si l’on distingue encore les maisons et les rues, s’allume la publicité lumineuse de Paris.

5Ses modèles sont aussi jolis que les manières dans ce pays. Presque comme un mouvement spontané ; les lignes élancées dominent, des courbes douces, presque dans le style 1900. On veut faire de la réclame, assurément, on fait flamber ampoules et tubes pour enflammer, mais il existe une convention, un sentiment, à la fois hérité et appris, des voies et des moyens de la communication. Ce sentiment fait aussi qu’on insère souvent le rose. Il atténue le rouge vif, il accompagne volontiers les bandes vertes et souvent il se plaît seul, en douceur. Sa mission est celle d’une médiatrice féminine, il émane de lui un charme comme celui de la violette. Avec ce rose également, on commence par entourer de guirlandes les duretés des méthodes américaines en affaires, là où elles cherchent à s’introduire. Le chic règne sur la terre et au ciel de la réclame.

6Feu d’artifice figé, ornement liquéfié ; ainsi brûle la publicité lumineuse au-dessus des grands boulevards. Une jungle de couleurs, des rugissements viennent des cimes, des serpents bleuâtres bondissent, jouant à se poursuivre. Ils glissent à travers des rivières de perles et des colliers de grenats, suspendus à des hauteurs inaccessibles. Une couronne scintille, sous laquelle s’étale une longue tresse comme une traîne, on garde les anciens éléments d’apparat. Des flèches indiquent le chemin, ornées de queues ou de plumes, mais elles montrent toutes les directions et ne sont peut-être là que pour égarer. Pour pénétrer à travers cette forêt de conte de fées il faut savoir s’y prendre.

7Des noms se présentent, en hauteur et en longueur, dans cette étincelante forêt vierge. Grands ou petits, étroits ou larges ; il faut se hisser tout le long, comme sur une échelle de corde, ou sautiller au péril de sa vie, de lettre en lettre. Leurs différences de taille chassent leur signification. Ne demeurent que les traits isolés du dessin des mots. Le O se promène attaché par trois, avide de gloire le M s’implante au-dessus de l’obscurité. Les éléments de la langue connue se sont assemblés en des compositions dont on ne peut plus déchiffrer le sens.

8L’inconstance est leur caractéristique essentielle. Elles tressautent dans la hâte et s’interrompent, des surfaces s’estompent. Constamment, les figures exprimées sont reprises, comme si on en avait déjà trop dit. Là où, en bas, des montres font tic-tac, au-dessus les cercles se défont et les gloires au-dessus des robes du soir sont un film sous la pluie. Ici on peut flâner comme sur les boulevards, car à tout instant ces figures s’en vont en poussière et dans leur jeu de trompe-l’œil personne ne s’y retrouve. À la fin on se sentirait abandonné sous un ciel étranger. Seules les images géométriques luisent comme des idoles au bord du chemin : cercles, carrés, ondulations.

9Sur une table de bar dans le quartier ouvrier de Grenelle sont posés trois gramophones qui ont leurs haut-parleurs dirigés vers l’entrée. Leurs entonnoirs sont entourés d’ampoules allumées et tandis que ça braille dans les caisses, la tramée de lumière tournoie dans les creux. L’accord des détonations et des reflets colorés ne pourrait être plus parfait.

10La rue Pigalle elle-même est un seul et même hautparleur de ce genre, cette grande rue du plaisir, à Montmartre, où les Américains viennent payer cher des sensations bon marché. Ici, ivresse et désirs sont à la hausse. Comme ils sont sans contours, ils se traduisent plus facilement dans le langage des lumières artificielles que les cravates et les parapluies. Assurément, le vertige des couleurs ne veut pas seulement dire libération des instincts animaux, il lui fait écho cependant. Noms et significations se dissolvent à travers lui ; l’air, lui-même dissous, se retrouve dans les couleurs vives. L’éclat multicolore, qui décompose tout objet formant une unité saisissable, confirme la nature fragmentaire de la poussée vers l’aventure.

11Les publicités lumineuses de ce quartier sont des incendies mécaniques, tremblant de sensualité vénale. Des diagonales de feux de Bengale, qui se croisent sous un baldaquin, pointent clairement en direction du centre vers lequel se dirige ici tout ce flot, et la roue du Moulin rouge qui tourne là-bas ne moud pas de grain. Le rouge commande, il est chez lui. On croit entendre les grincements des billes brillantes qui se frottent les unes contre les autres, elles roulent sans arrêt autour d’une affiche dont le doux éclat a le goût des glaces panachées des vendeurs de rue. Au beau milieu de ces simili ornements plane un vitrail d’église, délices colorées dans un cercle étroit ; on ne prie pas là derrière. Tout ce bégaiement est si insistant qu’il masque le ciel. De là haut, une tête d’enfant se penche en souriant, venant de se laver. Avec un savon recommandable.

12Traversée de rayons, la masse humaine s’avance, toujours nouvelle, dans la zone ardente. Mais elle n’est pas détournée par ces ornements, elle ne s’attarde pas non plus dans la splendide absurdité du feu d’artifice captif. Sans se troubler, elle continue son chemin. Tandis que, pourvue de montres, de cannes, de cravates, elle se glisse en avant, son bien se dissipe au-dessus d’elle en une bruine de mots et de signes, qui surgissent devant un ciel étranger pour y disparaître à la fin.

© Presses universitaires de Vincennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search