Version classiqueVersion mobile

Le Voyage et la danse

 | 
Siegfried Kracauer

The Gold Rush

Texte intégral

1Charlie Chaplin, l’auteur de La Ruée vers l’or, traverse sa propre création poétique comme une représentation de l’humain tirée de sources presque enfouies. C’est le sens que l’on donne à l’humain dans les contes, chez un Jean le benêt et ces autres héros de contes qui ne sont pas des héros ; c’est peut-être le sens du dicton de Laotseu : le plus faible fait bouger le monde.

2Les chasseurs d’or au milieu desquels surgit Chaplin ont une volonté, ils se disputent l’or et les femmes, rudes géants comme on en rencontre dans les livres d’aventure. Lui n’a pas de volonté, à la place de l’instinct de conservation, de l’appétit de pouvoir, il n’y a en lui qu’un seul et même vide, aussi étincelant que les champs de neige de l’Alaska. D’autres hommes ont une conscience de leur moi et vivent dans des relations humaines ; lui a perdu son moi, c’est pourquoi il ne peut vivre ce qu’on appelle la vie. Il est un trou où tout tombe, ce qui d’habitude est relié en un tout éclate en heurtant le fond et se défait en ses propres morceaux.

3Cet homme doit nécessairement paraître lâche, faible et comique dès qu’il se trouve projeté parmi les hommes. Face aux puissants chercheurs d’or, il est assurément encore moins à la hauteur que devant des corps d’un plus petit format. Ne possédant pas de moi, comment pourrait-il se défendre contre ces gros fagots de moi solidement ficelés ? Il recule d’effroi devant la porte qui claque derrière lui, car elle est aussi un moi ; tout ce qui s’affirme, objets inanimés comme êtres vivants, tout cela possède en soi-même un pouvoir sur lui, devant lequel il lui faut tirer son petit chapeau, aussi tire-t-il toujours son petit chapeau. Les hommes mangent, il faut bien manger à la fin, mais seul celui qui se tient lui-même en estime mange la nourriture qu’il faut, pour lui, c’est une galoche : qu’ensuite elle va lui manquer, cela ne l’effleure pas, car il ne se soucie pas de lui-même, qui n’existe pas. Une fois, il danse avec la fille, c’est encore pareil, son art de la danse ne s’accomplit que lorsqu’en rêve il fait danser ses fourchettes devant elle.

4Un être sans surface, sans possibilité de contact avec le monde. En pathologie, on dirait clivage du moi, schizophrénie. Un trou. Mais de ce trou rayonne le purement humain, délié – c’est toujours délié qu’il est insufflé dans l’organisme, seulement par morceaux : l’humain qui d’habitude étouffe sous la surface, et ne peut transparaître à travers les pelures de la conscience de soi. La fidélité émane de lui, la disposition permanente à venir en aide auréole cette figure altruiste. La fille que Chaplin aime – peut-on appeler cela de l’amour ? – est agressée, et lui, le perpétuel agressé, lui si faible et si lâche, voudrait être le chevalier servant qui la protège contre les grossièretés. On rit, on pleure, on sait que la surface est déchirée. Mais puisqu’ici l’humain est ainsi représenté, il est dans l’ordre des choses qu’il en advienne pour lui comme dans le conte. Devant ce vermisseau Chaplin, qui se traîne désemparé et totalement seul à travers la tempête de neige et la ville des chercheurs d’or, les forces élémentaires reculent. À point nommé toujours un hasard fond sur lui et l’arrache aux dangers qu’il ne mesure pas. Même l’ours est bien disposé envers lui, comme un ours de conte de fée. Son impuissance est de la dynamite, son comique subjugue les rieurs et n’est pas simplement touchant, car il touche à l’existence de notre monde.

© Presses universitaires de Vincennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search