Version classiqueVersion mobile

Le Voyage et la danse

 | 
Siegfried Kracauer

Les chauffeurs saluent

Texte intégral

1Les chauffeurs de taxi et les agents qui règlent la circulation sont entre eux sur le pied des salutations mutuelles. Les premiers, d’un petit geste, portent la main à la casquette quand ils passent dans leur taxi devant l’un des policiers postés aux grands carrefours ; les seconds répondent à ce geste. Exceptionnellement, ils se font tous deux un signe de la tête. Il y a sûrement des chauffeurs qui ont des connaissances ou même des amis parmi les policiers, mais le fait de saluer n’est pas lié à une relation de cette nature, qu’on pourrait qualifier d’intime. L’événement se produit entre représentants de deux professions. Le chauffeur salue toujours l’agent de la circulation, à l’extérieur comme à l’intérieur de sa propre ville.

2Difficile de mesurer avec quelle rapidité le salut s’effectue. Le policier est occupé par ces mouvements de bras compliqués qu’il doit exécuter d’après des prescriptions précises, mûrement réfléchies. Le chauffeur, disons A, doit partager son attention entre son volant et ces gestes de service du policier. Celui-ci ne doit pas quitter sa place, A passe devant lui sans s’arrêter. Toute rencontre entre ces deux organes publics est exclue ; il peut arriver, dans l’agitation de la grande ville, qu’ils ne se voient même pas. Et cependant ils se saluent.

3L’apparition de ce salut dans le spectacle des rues est d’autant plus étrange qu’elle se produit sans raison manifeste. Si le policier était un supérieur, le conducteur de la voiture automobile aurait en tous lieux à lui témoigner du respect. D’ailleurs, A ne fait pas de salut militaire, mais un simple bonjour de la main, et s’il arrive que l’agent, en sa qualité de fonctionnaire d’autorité, ait à recueillir des déclarations sujettes à caution de A, alors le salut n’a pas lieu, ni d’un côté ni de l’autre. Il faut exclure l’éventualité que le chauffeur veuille faire entendre à la police qu’il est en réalité un monsieur. Certes, il arrive souvent que des bourgeois nantis demandent l’heure à l’agent pour ensuite, d’un geste bienveillant, lui tendre un cigare. L’agent remercie et salue, le monsieur, satisfait, répond au salut. Mais il n’est pas donné à ce conducteur d’automobile de s’approprier cette mine protectrice, sinon il ne serait pas chauffeur de taxi ; si d’aventure il se donne lui-même des airs de grand monsieur, alors il fonce sans saluer. On ne peut pas dire non plus qu’entre les deux hommes qui se saluent la relation soit collégiale. L’un est un petit fonctionnaire de l’État, l’autre travaille à son compte. L’un actionne bruyamment sa corne sans se faire entendre des durs d’oreilles, l’autre fait des signaux sans pouvoir de son côté communiquer avec les mal voyants. Sans parler de la différence des uniformes.

4Qu’est-ce qui fait donc qu’ils soient entre eux sur ce pied des salutations mutuelles ? On n’y trouve aucune raison ; et pourtant, par chance, elle existe, encore que dans l’abstrait. Ce qui lie les chauffeurs aux agents, c’est l’usage constant de la chaussée au service de l’universalité de la circulation ; à la bonne marche de cette dernière, ces catégories professionnelles contribuent plus que nulle autre. Les piétons, par exemple, vont sur leurs propres passages et traversent de temps en temps seulement le trafic de la chaussée. Ils sont partout chez eux ; en revanche, ceux qui échangent ces salutations n’ont pas d’abri. On ne peut même pas les comparer aux conducteurs de tramway. Ceux-là observent des arrêts en des emplacements déterminés et doivent souvent sur leurs trajets tenir compte d’un réseau de voies obligées. Les chauffeurs, eux, sont liés par des obligations de lieux et de temps. On peut avancer la proposition qu’ils sauront se rendre partout où il y a normalement des agents. Les uns et les autres sont placés sous le signe de la circulation. C’est en tant qu’emblèmes de celle-ci qu’ils se saluent.

5La circulation aujourd’hui est de plus en plus entrée dans son ère propre. Tout est en circulation dans tout, toutes limites abolies, pour les autos on construit des voies à part. Rapidité, voilà la devise. En ce sens, on ne pourra refuser à cet échange de salutations entre les fonctionnaires de la circulation une signification profondément symbolique.

© Presses universitaires de Vincennes, 1996

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search