Version classiqueVersion mobile

Le Voyage et la danse

 | 
Siegfried Kracauer

Préface

Michèle Lagny, Marie-Claire Ropars-Wuilleumier et Pierre Sorlin

Texte intégral

  • 1 Siegfried Kracauer, Rues de Berlin et d’ailleurs, Gallimard, Le Promeneur, 1995.

1Le nom de Siegfried Kracauer évoque, pour le lecteur français, la première recherche consacrée au nazisme comme phénomène de masse, anticipé et dénoncé par le cinéma. Curieusement, cet ouvrage auquel son auteur n’attachait pas une grande importance, et qui représente une petite partie de son OEuvre, est celui qu’on trouve le plus fréquemment cité. Journaliste, essayiste et sociologue, Kracauer travaillait à la fois dans l’immédiat et dans la longue durée : il vivait et observait la société weimarienne. Un premier choix de ses articles a déjà été publié1. Celui que nous proposons répond à une logique différente : il tente de découvrir, derrière la chronique au jour le jour, la manière dont le journaliste percevait, dans la dynamique d’une ville en plein essor, le mouvement vers une esthétique du changement permanent.

2De Caligari à Hitler offrait au lecteur un curieux mélange de recul historique et de plongée immédiate dans le spectacle. Kracauer cherchait à comprendre comment il avait pu, dans les années 1920 même, analyser la lente dérive des groupes subalternes vers l’autoritarisme, tout en ne voyant dans les films qu’un symptôme de la percée machinique. Si la ligne directrice était très marquée par le climat de l’après-guerre, les lectures de films restaient, à peu de chose près, celles même que Kracauer avait proposées aux lecteurs du Frankfurter Zeitung, comme si le seul objet de la reprise théorique était de réanimer des impressions anciennes pour mieux les systématiser.

  • 2 Philippe Despoix, Ethiques du désenchantement : essais sur la modernité allemande du début du siècl (...)
  • 3 Dont elle a traduit, pour le premier, La Tragédie de la culture et Philosophie de l’argent, pour le (...)

3Dans le volume que nous publions ici, à travers ces critiques de films, comme à travers les croquis, les scènes de rue, les instantanés pris au vol, s’égrène le fil d’une époque ponctuée par l’incendie du Reichstag. L’histoire affleure dans les chroniques de Kracauer ; et pourtant ni le parti du sociologue ni un regard d’historien ne viennent marquer le cours des événements. De texte en texte, qu’il soit de ville, de film ou de pause théorique, c’est avant tout l’exploration d’une nouvelle forme d’art qu’entame le chroniqueur : recherche d’une esthétique à venir, non formulable comme telle, ancrée dans la gestuelle et le mouvement, référée à la foule ou à l’anonyme, sans cesse remodelée, toujours portée par l’écriture. Aussi ces textes pour la plupart inédits en français, choisis et montés par un lecteur attentif de Kracauer2, traduits par une spécialiste des écrits de Georg Simmel et de Horkheimer3, contribuent-ils à élargir le champ d’une esthétique hors cadre : l’invention de l’éphémère, le rapport dérangeant noué entre le quotidien saisi au vif et le politique dessaisi posent à l’esthétique, et aux liens qu'elle tisse avec le social, des questions plus que jamais actuelles.

Notes

1 Siegfried Kracauer, Rues de Berlin et d’ailleurs, Gallimard, Le Promeneur, 1995.

2 Philippe Despoix, Ethiques du désenchantement : essais sur la modernité allemande du début du siècle, L’Harmattan, 1995.

3 Dont elle a traduit, pour le premier, La Tragédie de la culture et Philosophie de l’argent, pour le second Crépuscule. Notes en Allemagne (1926-1931).

© Presses universitaires de Vincennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search