Version classiqueVersion mobile

Luis Buñuel. Le jeu et la loi

 | 
Marie-Claude Taranger

Repères

Texte intégral

1. Relevés des séquences

1À titre d’aide-mémoire et pour appuyer les références aux films faites au cours du texte, est proposé ci-après un relevé des séquences de chacun des films étudiés. Chaque séquence est brièvement racontée, et désignée par une lettre (parfois suivie d’un chiffre).

2Rappelons que les découpages et dialogues des trois films ont été publiés dans L'Avant-scène Cinéma no 94-95, juillet-septembre 1969 (La Voie lactée), no 135, avril 1973 (Le Charme discret de la bourgeoisie), et no 151, octobre 1974 (Le Fantôme de la liberté).

La Voie lactée

3A. Prégénérique : carte ancienne du pèlerinage à Compostelle, plans de la ville ; commentaire off sur la légende de saint Jacques et l’histoire du pèlerinage.

4B. Générique, sur les plans de route et d’autoroute.

5Ca. Les deux pèlerins, Pierre et Jean, font de l’autostop. Ils rencontrent un homme vêtu d’une cape noire, qui devine qu’ils vont à Saint-Jacques et leur fait de surprenantes injonctions.

6J1. Récit de Pierre : le Christ veut se raser ; Marie l’en dissuade.

7Cb. Les deux pèlerins rencontrent un étrange enfant, qui porte les stigmates du Christ et arrête pour eux une Chevrolet noire qui va justement en Espagne. Jean en jure de contentement et le chauffeur les débarque aussitôt.

8D. Dans une auberge où arrivent bientôt les deux pèlerins, un prêtre et un gendarme discutent sur la religion et l’Eucharistie. Le prêtre change brusquement d’opinion puis se fâche. Ambulance et infirmiers viennent le chercher : c’est un « fou » évadé.

9El. De nuit, dans une forêt, les deux pèlerins rencontrent un berger qui leur parle latin.

10E2. Dans la forêt, on assiste à un étrange rituel présidé par un évêque (Priscillien). À la fin de la cérémonie, hommes et femmes s’enlacent et s’éloignent.

11E3. Toujours dans la forêt, Pierre et Jean regardent l’orage. Pierre défie Dieu de le foudroyer : la foudre tombe et le manque de peu.

12Fl. À la gare de Tours, arrivée de Pierre et Jean, qu’on retrouve demandant l’aumône devant la cathédrale.

13F2. Pierre et Jean arrivent près d’un restaurant de luxe où maître d’hôtel et garçons discutent de l’athéisme, de l’existence de Dieu et de la nature du Christ. Dans cette discussion sont enchâssés les trois syntagmes G, J2 et J3.

14G. Dans un cachot, un élégant marquis adresse à une jeune fille enchaînée et blessée des considérations sur l’existence de Dieu et le mal empruntées à des textes de Sade.

15J2. Jésus essoufflé, en retard, répond avec irritation à un serviteur qui lui parle de sa mère et de ses frères.

16J3. Au banquet des noces de Cana, Jésus raconte la parabole de l’« intendant malhonnête ».

17H. À la fête champêtre — pique-nique et spectacle — d’un pensionnat (l’Institution Lamartine), les deux pèlerins assistent à un petit prologue où des écolières sages récitent des canons de concile. Le public reprend en choeur la formule de condamnation : « Anathème ». Cette séquence est entrecoupée par : I. Plans rapides et répétés d’un groupe d’hommes armés menés par une jeune femme. Ils avancent d’un pas décidé, puis fusillent un pape.

18H (suite) À un des pique-niqueurs que fait sursauter le bruit de la salve, Jean explique : « C’est moi, je m’imaginais qu’on fusillait un pape ».

19K. Tribunal de l’Inquisition : un hérétique est condamné (« Anathème ») et emmené. Un jeune moine doute puis s’incline.

20L. Sur la route vers Bayonne, les pèlerins font à nouveau de l’autostop. Une DS blanche passe sans s’arrêter. Jean la maudit et elle s’écrase un peu plus loin. Pierre et Jean s’en approchent : ils trouvent le conducteur mort mais découvrent un mystérieux jeune homme qui leur tient d’étranges propos sur l’enfer.

21M. À l’issue d’une cérémonie janséniste dans une église (une religieuse se fait crucifier), un janséniste et un jésuite se battent en duel à coups d’épées et d’affirmations contradictoires sur la grâce et le libre-arbitre. Pierre et Jean sont témoins et poursuivent la même discussion.

22N1 La frontière espagnole. Plans du début du voyage des deux pèlerins en Espagne.

23N2. Ils rencontrent deux « étudiants du XVIe siècle » qui leur confient un âne.

24N3. Épisode historique : un village médiéval dévasté par la guerre. Un évêque préside à une cérémonie purificatrice (les restes d’un évêque hérétique sont exhumés et livrés aux flammes) et réaffirme solennellement le dogme sur la Trinité. Les deux étudiants viennent le contredire publiquement. Poursuivis par les soldats, ils réussissent à s’enfuir.

25N4. Dans la forêt, les deux étudiants échangent leurs vêtements contre les vêtements de chasseurs contemporains.

26N5. L’un d’eux tire sur un rosaire trouvé dans la poche de la veste qu’il a revêtue.

27N6. La nuit, la Vierge apparaît aux deux hommes et leur donne un rosaire.

28N7. Dans l’auberge où arrivent bientôt les deux jeunes gens (et où les attendent les deux pèlerins), un prêtre raconte le récit d’un autre miracle de la Vierge Marie.

29N8. Étranges scènes nocturnes : les deux jeunes gens, mis en garde par l’aubergiste, refusent l’entrée de leurs chambres au prêtre qui prétend être revenu pour poursuivre son enseignement sur la Vierge. À leurs côtés sont mystérieusement apparus une belle jeune fille et un homme sentencieux. En repartant, le prêtre laisse tomber un sabre caché sous sa soutane.

30N9. Pierre et Jean quittent nuitamment l’auberge en volant un jambon. Arrêtés et confondus par les gardes civils, ils les convainquent facilement et curieusement de leur innocence.

31O1. Plans de Saint-Jacques-de-Compostelle : commentaire off des deux pèlerins qui arrivent.

3202,1. Aux abords de Saint-Jacques, ils rencontrent une prostituée qui leur apprend que Saint-Jacques est désert (on a découvert que les restes sont ceux de Priscillien) et les emmène « s’amuser dans l’herbe » en reprenant les paroles initiales de l’homme à la cape.

3302,2. Arrivent deux aveugles, puis le Christ et ses apôtres. Le Christ prêche la guerre et « guérit » les aveugles.

34P. En surimpression sur le dernier plan apparaît un texte qui affirme l’exactitude de « tout ce qui, dans ce film, concerne la religion catholique et les hérésies qu’elle a suscitées ».

35Il n’y a pas de mot FIN.

Le Charme discret de la bourgeoisie

36A. Générique : une luxueuse automobile roule dans la nuit.

37B. Premier malentendu : Alice Sénéchal n’attendait que le lendemain les quatre amis qui arrivent pour dîner chez elle (l'ambassadeur, les époux François et Simone Thévenot, et Florence, la soeur de Simone).

38C. Second contretemps : le même soir dans l’auberge où ils sont finalement venus dîner, les amis découvrent une veillée funèbre autour du patron, mort subitement.

39D. À l’ambassade de Miranda, l’ambassadeur, Raphaël, livre de l’héroïne à ses amis et tire sur une jeune « terroriste » de son pays. Nouvelle invitation pour le samedi suivant.

40E. Le samedi, nouveaux contretemps : départ précipité du couple Sénéchal, dont la libido ne peut attendre, puis de leurs invités, qui craignent la police. Arrivée de l’évêque, chassé ou fêté suivant son habit, et finalement engagé comme jardinier.

41RI. Plans des six personnages marchant sur une route déserte.

42F. Les trois amies dans un salon de thé où, curieusement, il n’y a plus rien qui puisse leur être servi. Un jeune lieutenant vient leur raconter son enfance tragique [G]. Son récit est enchâssé dans la séquence.

43G. Récit du lieutenant : comment, pour venger sa mère, il a empoisonné son « père ».

44H. Vaudeville chez l’ambassadeur : arrivent sa maîtresse (Simone), puis le mari qu’elle trompe. Rien ne se passe mais une nouvelle invitation à dîner est transmise pour le soir même. Survient ensuite la jeune « terroriste », finalement emmenée par des hommes de main de Raphaël.

45I. Soirée chez les Sénéchal. Arrivée puis départ précipités du colonel et de ses troupes en manœuvres. Entretemps, un sergent raconte son rêve (séquence enchâssée).

46J. Récit du rêve du sergent : il rencontre sa mère au-delà de la mort.

47K. Soirée chez le colonel : mais les invités se retrouvent sur une scène de théâtre.

48L. Après le réveil de Sénéchal qui rêvait, deuxième version de la soirée chez le colonel. L’ambassadeur abat le colonel.

49M. Réveil de Thévenot dans son lit.

50RII. Plans des six personnages marchant sur la route.

51N. Dans le parc des Sénéchal : conversation entre l’évêque et Alice, interrompue par l’arrivée d’une paysanne qui cherche un prêtre pour assister un mourant. L’évêque se propose.

52O. L’évêque reconnaît dans l’agonisant l’assassin de ses parents. Il lui donne l’absolution, puis le tue.

53P. Déjeuner des six amis chez les Sénéchal, interrompu par la police qui vient les arrêter pour trafic de drogue.

54Qa. Au commissariat, où les six amis sont sous les verrous, un agent raconte à son collègue l’histoire du 14 juin et du « brigadier sanglant ».

55S. Récit de l’agent : une séance de torture dirigée par le brigadier.

56Qb. Retour au commissariat, que tous les policiers fuient. À minuit, le « brigadier sanglant » vient délivrer les prisonniers.

57T. Réveil du commissaire, qui rêvait. Un coup de téléphone du ministre demande la libération des prisonniers.

58U. Dîner chez les Sénéchal. Irruption d’un groupe d’hommes armés qui abattent tous les convives, sauf Raphaël, qui continue à manger sous la table.

59V. Réveil de Raphaël, qui rêvait dans son lit. Il se lève et va manger dans sa cuisine.

60RIII. Plans des six personnages marchant sur la route.

61W. Générique final.

62Il n’y a pas de mot FIN.

Le Fantôme de la liberté

63A. Début du générique et carton introductif (en surimpression) sur le « Tres de mayo » de Goya.

64Al. Tolède, 1808. Auprès d’une église, des soldats français fusillent des prisonniers espagnols qui tombent aux cris de « j Vivan las cadenas ! » A2. Dans l’église, un capitaine français profanateur d’hosties s’apprête à baiser les lèvres d’une belle statue funéraire, quand il est frappé par la statue voisine d’un chevalier.

65A3. Plus tard, dans le cercueil qu’il a fait exhumer, le capitaine découvre une femme, très belle, qui semble dormir.

66B1. Sur un banc, dans un parc, « de nos jours », la femme qui est en train de lire l’histoire du capitaine interrompt sa lecture. Les deux fillettes qui l’accompagnent sont ensuite abordées par un homme louche qui leur offre des « images » en leur recommandant de ne les montrer à personne.

67B2. Chez un couple bourgeois. L’homme (Foucauld) est déprimé. Arrivent bientôt la femme et la fillette du parc. L’enfant montre les « images » à ses parents qui s’en scandalisent. Tandis qu’on découvre qu’il s’agit de photos de monuments et édifices divers (Arc de triomphe, Sacré-Coeur...), la bonne est renvoyée.

68B3. La nuit, Foucauld voit défiler dans sa chambre un coq, une femme en noir, un facteur à bicyclette qui lui remet une lettre, une autruche.

69B4. Dans le cabinet du médecin à qui il était en train de raconter la scène, Foucauld proteste qu’il ne s’agit pas d’un rêve et exhibe pour preuve la lettre du facteur. À ce moment, l’assistante du médecin interrompt l’entretien ; elle montre un télégramme et demande à partir voir son père malade.

70Cl. Sur la route, de nuit, la jeune assistante médicale rencontre des soldats qui chassent le renard avec un tank et lui annoncent que la coute est coupée.

71C2. Elle s’arrête pour la nuit dans une auberge où se trouve un groupe de moines.

72C3. Dans l’auberge, près des chambres, jeu d’allées et venues autour de la porte des lavabos.

73C4. Le groupe des moines vient dans la chambre de l’assistante médicale prier avec elle pour la santé de son père devant une image miraculeuse de saint Joseph.

74C5. Même chambre : la jeune femme et les moines jouent au poker. Médailles et scapulaires servent de mises.

75C6. Toujours dans l’auberge, scène d’amour entre un jeune homme et sa tante, d’un certain âge. Après une série d’acceptations et de refus, elle consent à se mettre nue : le jeune homme découvre le corps d’une belle jeune femme mais essuie un nouveau refus. Menaces et violences, puis il quitte la chambre.

76C7. Il rencontre dans le couloir un autre client, « chapelier à Nîmes », qui l’invite à un « petit impromptu » où se retrouvent aussi les moines et l’assistante médicale. Le chapelier et sa collaboratrice offrent à leurs invités horrifiés le spectacle d’une flagellation sado-masochiste.

77C8. Le jeune homme retrouve sa tante qui l’attire à lui (« Tout ce que tu voudras ! »).

78C9. Au matin, l’assistante médicale, en partant, emmène un passager à Argenton.

79D1. Le passager, arrivé à destination, fait à une classe de gendarmes un cours où il donne un exemple de ce que pourrait être « un complet renversement des moeurs ». La présentation de l’exemple (syntagme enchassé D2) se termine avec le départ des deux élèves gendarmes.

80D2. L’exemple : une réception mondaine où l’on défèque en compagnie et où l’on mange au « petit coin ».

81D3. Les deux gendarmes arrêtent pour excès de vitesse un homme qui a rendez-vous chez un médecin.

82El. Lors de la consultation, l’automobiliste (Richard Legendre) gifle son médecin quand il apprend qu’il a un cancer du foie.

83E2. Legendre rejoint sa femme. Un coup de téléphone leur apprend que leur petite fille a disparu.

84E3. À l’école : on recherche la petite fille, qui est pourtant là et que ses parents emmènent.

85E4. Le commissaire de police reçoit les époux Legendre qui viennent, avec leur fille, signaler sa disparition.

86F1. À l’échoppe d’un cireur de chaussures, on retrouve un brigadier entrevu au commissariat, puis on suit un autre client.

87F2. Ce client monte à la tour Montparnasse et se met à viser des victimes au hasard dans la ville. Il est finalement repéré.

88F3. Verdict à la fin du procès du « tueur-poète » : condamné à la peine de mort, il est aussitôt libéré, félicité, fêté.

89G1. Un commentaire off introduit le retour à la fillette disparue : le préfet de police annonce à la famille qu’elle a été retrouvée ; au moment de donner explications et détails, il part pour un rendez-vous très urgent.

90G2. Le préfet de police arrive dans un bar pour jouer aux dominos et aborde une jeune femme à qui il raconte qu’elle est le vivant portrait de sa défunte soeur.

91G3. Récit du préfet : un jour d’été, sa soeur, nue, joue du piano pour lui.

92G2 (fin). Retour au bar ; le préfet reçoit un coup de téléphone de sa soeur (morte) qui l’invite à se rendre à minuit dans le caveau de famille.

93G4. Au cimetière : le préfet est arrêté par la police au moment où il s’apprête à ouvrir le cercueil de sa soeur.

94G5. Au commissariat : le préfet de police fait valoir sa qualité mais personne ne semble le croire. Le commissaire (cf. E4) téléphone au préfet de police. Un autre préfet lui répond du même bureau vu précédemment [G1] et demande qu’on lui amène le prisonnier (le « premier préfet »).

95G6. Les deux préfets de police se retrouvent et se comportent bientôt comme s’ils n’étaient qu’une seule personne.

96G7. Les deux préfets viennent présider à la répression d’une manifestation. Plans divers d’animaux du zoo. Off : bruits de tirs et cris (« j Vivan las cadenas ! »).

97G8. Générique final sur un flou.

98Il n’y a pas le mot FIN.

2. Génériques

99 La Voie lactée (France, 1969).

100101 minutes, Eastmancolor.

101SCÉNARIO ET DIALOGUES : Luis Buñuel et Jean-Claude Carrière. ASSISTANTS-REALISATEURS : Pierre Lary et Patrick Saglio. IMAGES : Christian Matras. DÉCORS : Pierre Guffroy. SON : Jacques Gallois. EFFETS SONORES : Luis Buñuel. MONTAGE : Louisette Hautecoeur. PRODUCTION : Serge Silberman pour Greenwich Films Production (Paris), Fraia Film (Rome). INTERPRÉTATION : Paul Frankeur (Pierre), Laurent Terzieff (Jean), Alain Cuny (l’homme à la cape), Édith Scob (la Vierge Marie), Bernard Verley (Jésus), François Maistre (le curé malade mental), Claude Cerval (le brigadier), Julien Bertheau (Richard), Muni (une religieuse), Ellen Bahl (Mme Garnier), Michel Piccoli (le marquis de Sade), Agnès Capri (la directrice de l’institution Lamartine), Michel Etcheverry (le président), Pierre démenti (l’ange de la mort), Georges Marchai (le jésuite), Jean Piat (le comte), Denis Manuel (Rodolphe), Daniel Pilon (François), Claudio Brook (l’évêque), Jean-Claude Carrière (Priscillien), Marcel Pérès (un curé), Delphine Seyrig (la prostituée), Augusta Carrière (une religieuse), Claude Jetter (la Vierge dans l’auberge espagnole), Pierre Lary (le jeune moine), Christine Simon (la jeune fille enchaînée), Pierre Maguelon (le caporal), Bernard Musson (l'aubergiste), Julien Guiomar (le prêtre espagnol).

102 Le Charme discret de la bourgeoisie (France, 1972).

103101 minutes, Eastmancolor.

104SCÉNARIO ET DIALOGUES : Luis Buñuel et Jean-Claude Carrière. ASSISTANTS-RÉALISATEURS : Pierre Lary et Arnie Gelbart. IMAGES : Edmond Richard. DÉCORS : Pierre Guffroy. SON : Guy Villette. EFFETS SONORES : Luis Buñuel. MONTAGE : Hélène Plémianikov. PRODUCTION : Serge Silberman pour Greenwich Films Production (Paris), Jet Film (Barcelone) et Dear Film (Rome). INTERPRÉTATION : Fernando Rey (Rafael Acosta), Paul Frankeur (François Thévenot), Delphine Seyrig (sa femme, Simone), Bulle Ogier (Florence, la soeur de Simone), Jean-Pierre Cassel (Henri Sénéchal), Stéphane Audran (sa femme, Alice), Julien Bertheau (l'évêque), Claude Piéplu (le colonel), Michel Piccoli (le ministre), Muni (la paysanne), Georges Douking (le jardinier moribond), Pierre Maguelon (le brigadier), François Maistre (le commissaire), Miléna Vukotic (Inès, la bonne), Maria Gabriella Maione (la guérillera), Bernard Musson (le garçon du salon de thé), Ellen Bahl, Claude Jaeger, Pierre Lary, Alix Mahieux.

105 Le Fantôme de la liberté (France, 1974).

106103 minutes, Eastmancolor.

107SCÉNARIO ET DIALOGUES : Luis Buñuel avec la collaboration de Jean-Claude Carrière. ASSISTANTS-RÉALISATEURS : Pierre Lary, Jacques Fraenkel. IMAGES : Edmond Richard. DÉCORS : Pierre Guffroy. SON : Guy Villette. EFFETS SONORES : Luis Buñuel. MONTAGE : Hélène Plémianikov. PRODUCTION : Serge Silberman pour Greenwich Films Production (Paris). INTERPRÉTATION : Adriana Asti (la soeur du préfet de police et la dame en noir), Julien Bertheau (le premier préfet de police), Jean-Claude Brialy (Foucauld), Monica Vitti (sa femme), Adolfo Celi (le docteur), Paul Frankeur (l’aubergiste), Michael Lonsdale (le chapelier), Pierre Maguelon (le gendarme Gérard), François Maistre (le professeur), Hélène Perdrière (la vieille tante), Michel Piccoli (le deuxième préfet de police), Claude Piéplu (le commissaire de Police), Jean Rochefort (Legendre), Bernard Verley (le capitaine de dragons), Miléna Vukotic (l’infirmière), Jenny Astruc (la femme du professeur), Pascale Audret (Mme Legendre), Ellen Bahl (la nurse), Philippe Brigaud (le satyre), Agnès Capri (la directrice de l’école), Jean Champion (le premier médecin), Anne-Marie Deschott (Édith Rosenblum), Paul Le Person (père Gabriel), Pierre Lary (le tueur acquitté), Alix Mahieux (une hôtesse), Muni (la bonne des Foucauld), Gilbert Montagne (le jeune moine), Bernard Musson (père Raphaël), Marcel Pérès (un moine), Marie-France Pisier (Mme Calmette), Pierre-François Pistorio (François), Jean Rougerie (l’hôte à la réception mondaine), Claude Jaeger (le colonel de gendarmerie), Augusta Carrière (la bonne du square), Hummel (le corps nu de la vieille tante), Orane Demazis (la mère du premier préfet de police), Luis Buñuel, Serge Silberman, José Bergamin, José-Luis Barros (les condamnés à mort).

3. Chronologie des films de Luis Buñuel

1929

Un Chien andalou (France) (17 minutes).

1930

L’Âge d’or (France) (61 minutes).

1932

Las Hurdes ou Tierra sin pan (Terre sans pain) (Espagne) (27 minutes).

1946

Gran Casino (Tampico) (Mexique).

1949

El Gran calavera (Le Grand noceur) (Mexique).

1950

Los Olvidados (Pitié pour eux) (Mexique).

1950

Susana/Demonioy came (Suzanne la perverse) (Mexique).

1951

La Hija del engaño (Don Quintín l’amer) (Mexique).

1951

Una Mujer sin amor/Cuando los hijos nos juzgan (Pierre et Jean).

1951

Subida al cielo (La Montée au ciel) (Mexique).

1952

ElBruto (L'Enjôleuse) (Mexique).

1952

Las Aventuras de Robinson Crusoe (Les Aventures de Robinson Crusoé) (Mexique-U.S.A.).

1952

Él (Tourments) (Mexique).

1953

Abismos de pasiôn/Cumbres borrascosas (Les Hauts de Hurlevent) (Mexique).

1953

La Ilusión viaja en tranvía (On a volé un tram) (Mexique).

1954

El Río y la muerte (Le Fleuve et la mort) (Mexique).

1955

Ensayo de un crimen (La Vie criminelle d'Archibald de la Cruz) (Mexique).

1955

Cela s‘appelle l'aurore (France/Italie).

1956

La Mort en ce jardin (France/Mexique).

1958

Nazarín (Mexique).

1959

La Fièvre monte à El Pao (France/Mexique).

1960

The Young one (La Jeune fille) (Mexique/U.S.A.).

1962

El Ángel Exterminador (L'Ange Exterminateur) (Mexique).

1963

Le Journal d’une femme de chambre (France).

1965

Simón del desierto (Simon du désert) (Mexique) (42 minutes).

1966

Belle de jour (France).

1969

La Voie lactée (France).

1970

Tristana (France/Espagne/ltalie).

1972

Le Charme discret de la bourgeoisie (France).

1974

Le Fantôme de la liberté (France).

1977

Cet obscur objet du désir (France).

Bibliographie

4. Références bibliographiques

Sans reprendre l’ensemble des textes cités ou utilisés, nous donnons seulement ici quelques brèves indications sur : 1) les textes théoriques et les analyses de film qui ont servi le plus directement de référence, 2) les ouvrages actuellement les plus accessibles sur Luis Buñuel.

A) Textes théoriques

Bakhtine (Mikhaïl), L’Œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Age et sous la Renaissance, Paris, Gallimard, 1970, NRF, Bibliothèque des idées ; La Poétique de Dostoievski, Paris, Seuil, 1970.

Barthes (Roland), « Introduction à l’analyse structurale des récits », Communications, Paris, Seuil, 1966, no 8.

Dällenbach (Lucien), Le Récit spéculaire. Essai sur la mise en abîme, Paris, Seuil, 1977, coll. Poétique.

Genette (Gérard), Figures LU, Paris, Seuil, 1972, coll. Poétique ; Nouveau discours du récit, Paris, Seuil, 1983, coll. Poétique.

Lejeune (Philippe), Le Pacte autobiographique, Paris, Seuil, 1975, coll. Poétique.

Todorov (Tzvétan), Introduction à la littérature fantastique, Paris, Seuil, 1968, coll. Poétique.

Watzlawick (Paul), La Réalité de la réalité. Confusion, désinformation, communication, Paris, Seuil, 1976.

Sur le cinéma :

Bailblé (Claude), Marie (Michel) et Ropars (Marie-Claire), Muriel, histoire d’une recherche, Paris, Éd. Galilée, 1974.

Bazin (André), Qu'est-ce que le cinéma ?, Paris, Éd. du Cerf, coll. “Septième Art", 4 vol. (1958, 1959, 1961, 1962).

Bellour (Raymond), L’analyse du film, Paris, Éd. Albatros, 1979.

Burch (Noël), Praxis du cinéma, Paris, Gallimard, 1969, NRF, Le Chemin.

Jost (François), * Le regard romanesque. Ocularisation et focalisation », Hors-cadre, Paris, Presses et Publications de l’Université de Paris VIII-Vincennes à Saint-Denis, printemps 1984, no 2 : Cinénarrable, pp. 67-86.

Metz (Christian), Essais sur la signification au cinéma, Paris, Klincksieck, coll. d’Esthétique, 1968 et 1972 ; Langage et cinéma, Paris, Larousse, 1971, coll. Langue et langage.

Vanoye (Francis), Récit écrit, récit filmique, Paris, CEDIC, 1979, coll. Textes et non textes.

Ouvrages collectifs :

Communications, Paris, Seuil, no 8 : « L’analyse structurale des récits », 1966 ; no 11 : « Le vraisemblable », 1968 ; no 38 : « L’énonciation au cinéma », 1983.

« Cinéma : théorie, lectures », numéro spécial de La Revue d'esthétique (textes présentés et réunis par Dominique Noguez, Paris, Klincksieck, 1978).

Théorie du film {sous la direction de J. Aumont et J.-L. Leutrat Paris, Éd. Albatros, 1980, coll. Ça cinéma).

Théorie de la littérature (textes des formalistes russes réunis, présentés et traduits par Tzvétan Todorov), Paris, Seuil, 1965, coll. « Tel Quel ».

B) Sur Luis Buñuel

Buache (Freddy), Buñuel, Lausanne, L’Âge d’homme, 1980.

Cesarmán (Fernando), L’OEil de Buñuel, Paris, Éd. du Dauphin, 1982.

Drouzy (Maurice), Luis Buñuel, architecte du rêve, Paris, Pierre Lherminier éditeur, 1978, coll. Cinéma permanent.

Kyrou (Ado), Buñuel, Paris, Seghers, Cinéma d’aujourd’hui, 1970.

Lefèvre, Raymond, Luis Buñuel, Paris, Edilig (Filmo 9), 1984.

Oms (Marcel), Don Luis Buñuel, Paris, Éditions du Cerf, 1985, coll. Septième art.

© Presses universitaires de Vincennes, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search