Version classiqueVersion mobile

Le « Moment » de La Comédie humaine

 | 
Isabelle Tournier
, 
Claude Duchet

Traces et échos : quelques documents

Les obsèques d’Honoré de Balzac

Note de l’éditeur

Les deux oraisons funèbres prononcées le 18 août 1850 par Victor Hugo et Louis Desnoyers. L’Événement des 22 et 23 août 1850, p. 1.

Texte intégral

…….

1Le convoi s’est dirigé vers le cimetière du Père-Lachaise, salué au passage par une foule respectueuse et sympathique.

2Lorsqu’il est arrivé au cimetière, on a fait le cercle autour de la fosse, et M. Victor Hugo a pris la parole en ces termes :

3« Messieurs,

4» L’homme qui vient de descendre dans cette tombe était de ceux auxquels la douleur publique fait cortége. Dans les temps où nous sommes, toutes les fictions sont évanouies. Les regards se fixent désormais non sur les têtes qui règnent, mais sur les têtes qui pensent, et le pays tout entier tressaille lorsqu’une de ces têtes disparaît. Aujourd’hui, le deuil populaire, c’est la mort de l’homme de talent ; le deuil national, c’est la mort de l’homme de génie.

5» Messieurs, le nom de Balzac se mêlera à la trace lumineuse que notre époque laissera dans l’avenir.

6» M. de Balzac faisait partie de cette puissante génération des écrivains du dix-neuvième siècle qui est venue après Napoléon, de même que l’illustre pléiade du dix-septième est venue après Richelieu, – comme si, dans le développement de la civilisation, il y avait une loi qui fît succéder aux dominateurs par le glaive les dominateurs par l’esprit.

7 » M. de Balzac était un des premiers parmi les plus grands, un des plus hauts parmi les meilleurs. Ce n’est pas le lieu de dire ici tout ce qu’était cette splendide et souveraine intelligence. Tous ses livres ne forment qu’un livre, livre vivant, lumineux, profond, où l’on voit aller et venir et marcher et se mouvoir, avec je ne sais quoi d’effaré et de terrible mêlé au réel, toute notre civilisation contemporaine ; livre merveilleux que le poète a intitulé comédie et qu’il aurait pu intituler histoire, qui prend toutes les formes et tous les styles, qui dépasse Tacite et qui va jusqu’à Suétone, qui traverse Beaumarchais et qui va jusqu’à Rabelais ; livre qui est l’observation et qui est l’imagination ; qui prodigue le vrai, l’intime, le bourgeois, le trivial, le matériel, et qui par moment, à travers toutes les réalités brusquement et largement déchirées, laisse tout à coup entrevoir le plus sombre et le plus tragique idéal.

8» A son insu, qu’il le veuille ou non, qu’il y consente ou non, l’auteur de cette œuvre immense et étrange est de la forte race des écrivains révolutionnaires. Balzac va droit au but. Il saisit corps à corps la société moderne. Il arrache à tous quelque chose, aux uns l’illusion, aux autres l’espérance, à ceux-ci un cri, à ceux-là un masque. Il fouille le vice, il dissèque la passion. Il creuse et sonde l’homme, l’âme, le cœur, les entrailles, le cerveau, l’abîme que chacun a en soi. Et, par un droit de sa libre et vigoureuse nature, par un privilége des intelligences de notre temps, qui, ayant vu de près les révolutions, aperçoivent mieux la fin de l’humanité et comprennent mieux la Providence, Balzac se dégage souriant et serein de ces redoutables études qui produisaient la mélancolie chez Molière et la misanthropie chez Rousseau.

9» Voilà ce qu’il a fait parmi nous. Voilà l’œuvre qu’il nous laisse, œuvre haute et solide, robuste entassement d’assises de granit, monument ! œuvre du haut de laquelle resplendira désormais sa renommée. Les grands hommes font leur propre piédestal ; l’avenir se charge de la statue.

10» Sa mort a frappé Paris de stupeur. Depuis quelques mois, il était rentré en France. Se sentant mourir, il avait voulu revoir la patrie, comme la veille d’un grand voyage on vient embrasser sa mère !

11» Sa vie a été courte, mais pleine ; plus remplie d’œuvres que de jours !

12» Hélas ! ce travailleur puissant et jamais fatigué, ce philosophe, ce penseur, ce poète, ce génie, a vécu parmi nous de cette vie d’orages, de luttes, de querelles, de combats, commune dans tous les temps à tous les grands hommes. Aujourd’hui, le voici en paix. Il sort des contestations et des haines ; il entre, le même jour, dans la gloire et dans le tombeau. Il va briller désormais au-dessus de toutes ces nuées qui sont sur nos têtes, parmi les étoiles de la patrie !

13» Vous tous qui êtes ici, est-ce que vous n’êtes pas tentés de l’envier ?

14» Messieurs, quelle que soit notre douleur en présence d’une telle perte, résignons-nous à ces catastrophes. Acceptons-les dans ce qu’elles ont de poignant et de sévère. Il est bon peut-être, il est nécessaire peut-être, que dans une époque comme la nôtre, que de temps en temps une grande mort communique aux esprits dévorés de doute et de scepticisme un ébranlement religieux. La Providence sait ce qu’elle fait lorsqu’elle met ainsi le peuple face à face avec le mystère suprême, et quand elle lui donne à méditer la mort qui est la grande égalité et qui est aussi la grande liberté.

15» La Providence sait ce qu’elle fait, car c’est là le plus haut de tous les enseignemens. Il ne peut y avoir d’austères et sérieuses pensées dans tous les cœurs quand un sublime esprit fait majestueusement son entrée dans l’autre vie ! Quand un de ces êtres qui ont plané longtemps au-dessus de la foule avec les ailes visibles du génie, déployant tout à coup les autres ailes qu’on ne voit pas s’enfonce brusquement dans l’inconnu.

16» Non, ce n’est pas l’inconnu ! Non, je l’ai déjà dit, dans une autre occasion douloureuse, et je ne me lasserai pas de le répéter, non ce n’est pas la nuit, c’est la lumière ! Ce n’est pas la fin, c’est le commencement ! Ce n’est pas le néant, c’est l’éternité ! N’est-il pas vrai, vous tous qui m’écoutez ? De pareils cercueils démontrent l’immortalité ; en présence de certains morts illustres, on sent plus distinctement les destinées divines de cette intelligence qui traverse la terre pour souffrir et pour se purifier et qu’on appelle l’homme, et l’on se dit qu’il est impossible que ceux qui ont été des génies pendant leur vie ne soient pas des âmes après leur mort ! »

17Après ce discours, qui a produit sur tous les assistants une inexprimable émotion, M. Louis Desnoyers, le spirituel feuilletoniste du Siècle, a pris la parole au nom de la commission des gens de lettres. Le temps nous manque pour pouvoir donner dès ce soir les touchantes paroles que M. Desnoyers a prononcées.

18Après ces adieux solennels, qui étaient déjà pour Balzac les premiers échos de la postérité, la foule choisie qui avait reconduit le grand artiste dans son dernier voyage s’est retirée au milieu du plus profond recueillement.

…….

19[23 août 1850]

20Voici l’excellent discours prononcé hier par M. Louis Desnoyers, président de la société des gens de lettres, sur la tombe d’Honoré de Balzac :

21« La société des gens de lettres, messieurs, avait sa place doublement marquée dans la triste cérémonie qui nous rassemble tous, parents, amis, admirateurs et confrères.

22» L’admiration, en effet, l’eût pieusement conduite auprès de cette tombe, quand bien même la gratitude ne lui eût pas rappelé que le nom d’Honoré de Balzac a figuré parmi ceux de ses fondateurs.

23 » Elle ne pouvait donc vouloir que sa propre douleur ne se mêlât pas hautement à l’adieu suprème qu’une voix si éloquente vient de nous faire entendre.

24» Qu’il me soit seulement permis, messieurs, de déplorer qu’elle n’ait pas choisi une parole plus imposante que la mienne, pour interpréter plus dignement son affliction profonde. Un regret silencieux eût convenu beaucoup mieux à mon obscurité. Mais l’honneur qu’elle a bien voulu faire à son président, est de ceux que la modestie la plus sincère ne saurait décliner, car cet honneur est un devoir. Ce n’est pas l’expression d’une douleur individuelle que j’apporte ici : c’est l’expression de la douleur commune, et, si j’ose m’y faire entendre, c’est que j’y parle au nom de tous.

25» Voici bien des fois, peu d’années, messieurs, que la littérature contemporaine mène ainsi le deuil de ses plus illustres représentans. Mais le grand nombre même de ces funèbres solennités n’est-il pas un sujet de noble orgueil pour elle, en même temps, hélas ! que d’amère tristesse ?

26» Glorieux sont les temps qui ont à pleurer beaucoup de gloires !

27» Le nôtre est de ceux-là, et, quoi qu’en disent la routine, l’envie et l’inintelligence, c’est un grand siècle assurément, celui qui, à la moitié de son cours, a dû pleurer déjà, – et nous ne rappelons que ses pertes les plus récentes, – des écrivains tels que Frédéric Soulié, tels que Charles de Bernard, tels que Chateaubriand, tels que Balzac, et qui peut s’enorgueillir de leur voir survivre tant de dignes émules.

28» Ce ne fut qu’un romancier ! dira peut-être je ne sais quelle littérature qui se prétend sérieuse, – par politesse envers elle-même, – et aussi je ne sais quelle politique béate qui cache son impuissance et sa jalousie sous les grands mots de décence et de moralité, s’écriant, à l’exemple de son vertueux modèle : « Cachez-moi ces romans, ces inventions diaboliques !

29« Par de pareils objets les ames sont blessées,

30» Et cela fait venir de coupables pensées. »

31» Mon Dieu ! oui, l’auteur des Treize, de la Recherche de l’absolu, d’Eugénie Grandet, du Père Goriot, du Lys dans la vallée, de la Peau de chagrin, des Parens pauvres et de tant d’autres merveilles de conception, de dessin, de perspective et de couleur, – ce si grand peintre de la vie humaine, Balzac, – Balzac ne fut qu’un simple romancier ; un simple romancier, comme l’Arioste, comme Cervantes, comme Richardson, comme l’abbé Prévost, comme Lesage, comme Walter Scott, comme les sublimes ou charmans conteurs de tous les pays et de tous les temps dont le génie a révélé à l’humanité ses vices et ses vertus, ses joies et ses douleurs ; qui l’ont peinte, qui l’ont amendée, qui l’ont consolée de la réalité par la fiction, et dont les œuvres constituent, en définitive, une des meilleurs parts de sa gloire traditionnelle.

32» Le roman, en effet, n’en déplaise à ses détracteurs, le roman est une des grandes formes de l’art. Le roman marche l’égal de la poésie, du théâtre et de l’histoire elle-même. Et ce n’est que justice. Car le roman, qu’est-ce donc, tout bien considéré, qu’est-ce donc, si ce n’est de l’histoire aussi ? Si ce n’est l’histoire des sentimens, des illusions, des destinées, des travers, des bonheurs et des souffrances intimes de l’humanité, comme, de son côté, l’histoire est le roman de ses passions, de ses fanatismes, de ses ambitions, de ses crimes, de ses prospérités et de ses désastres publics ?

33» Eh bien ! nous ne craignons pas de le dire, jamais ce beau titre de romancier, jamais ce beau titre d’historien de l’ame, de l’esprit et du cœur de l’humaine espèce ne brilla d’un aussi vif éclat que de nos jours. Mais nous ne sommes pas ici pour juger les vivans. Ne nous occupons que des morts.

34» Originalité puissante, observation profonde, sagacité incomparable, sensibilité poignante, comique vigoureux et vrai, style prestigieux, fécondité merveilleuse, telles furent en résumé, les qualités qui distinguèrent Balzac à un degré si éminent, et qui recommandent ses œuvres à l’admiration de l’avenir.

35» Et cependant la France, non ! la politique béate dont je parlais plus haut, les a frappées d’un timbre, d’un droit de patente, d’un impôt de circulation, d’une sorte de passavent, comme on disait naguère en matière de douanes, et comme on dira désormais en matière d’intelligence ! Singulière façon d’encourager les lettres ! Mais l’Europe littéraire, mais le monde tout entier les venge, en ce moment même, par l’unanimité de ses regrets, de la ruineuse protection de leurs étranges Mécènes.

36» L’illustre défunt, messieurs, eut encore un mérite que je ne saurais omettre, puisque j’ai l’honneur de parler au nom d’une société littéraire. Ce mérite, assez difficile, selon beaucoup trop d’apparence, ce fut de rester fidèle jusqu’à sa mort aux travaux qui avaient illustré sa vie ; ce fut dans ce temps d’assez subites métamorphoses, de ne pas même apostasier sa gloire. La littérature ne fut pas une simple étape pour son ambition : ce fut une carrière complète ; elle ne fut pas un vulgaire moyen, elle fut un noble but. Et si le cours irrésistible des événements l’eût entraîné malgré lui de la sphère des idées dans la sphère des faits, il eût imité, sans aucun doute, le consolant exemple que lui donnaient quelques-uns des plus beaux génies de notre époque : l’homme de lettres fût resté intact chez l’homme politique ; son titre le plus cher, le plus précieux, eût continué d’être celui de poète, d’artiste, d’écrivain, de philosophe, de romancier. Le fils de la littérature, en un mot, n’eût pas non plus renié sa mère.

37» Mais à propos de titres, messieurs, permettez-moi d’exprimer le pénible étonnement dont nous étions tous frappés depuis longtemps, que rend bien plus vif encore la solennité de cette dernière heure, Balzac est mort en léguant cinquante chefs-d’œuvre à la postérité, et cependant il est mort comme Charles de Bernard et Frédéric Soulié étaient morts déjà, et comme moururent aussi Jean-Jacques, Beaumarchais et Molière ; – oui, Balzac est mort, sans que le premier corps littéraire de ce littéraire pays ait conquis le droit d’associer ici sa douleur à la nôtre.

38» Donc, ci-gît qui ne fut rien... rien qu’un grand penseur, qu’un grand écrivain, qu’un grand romancier ! » Certes, je ne sais aucun titre qui ajoutât le moindre lustre à une telle épitaphe. Mais si de pareils morts ont pu se passer de nos vains hommages, nous ne saurions nous passer, nous, survivans, de les leur avoir rendus. Il est en effet des hommages qui honorent ceux qui les décernent bien plus encore que ceux qui les reçoivent. Mes paroles, au surplus, n’ont rien d’accusateur ; elles ne renferment qu’un regret pour le passé, qu’un espoir pour l’avenir. Je n'ai ni la mission ni le droit de leur donner un autre caractère. Espérons donc, messieurs, – et ce vœu doit être celui de tous les hommes qui ont au cœur le sentiment du juste, – espérons que cette fois est la dernière où, sur la tombe d’un homme de génie, la partialité, ou tout au moins l’indifférence, aura lieu de s’appliquer ce vers, qui n’était déjà que trop fameux :

39»Rien ne manque à sa gloire : il manquait à la nôtre !

40» Quel serait d’ailleurs le déni de justice que ne pourraient compenser par la cérémonie et le pieux recueillement de l’illustre défunt, que le char funèbre a rencontré partout sur sa route, et le louable hommage que le pouvoir lui-même a cru devoir lui rendre ici, et enfin la présence de cette immense foule qui se presse autour de ce cercueil, et dont la sympathie trouvera un fidèle écho dans celle de tous les peuples civilisés ? Honneur au pays qui peut offrir de semblables spectacles, et dont les douleurs privées deviennent ainsi des douleurs universelles ! Le pays est resté grand parmi les autres. Il n’a changé que de domination. Ce n’est plus par l’épée de ses vaillants soldats qu’il règne, c’est par la plume de ses philosophes, de ses poètes, de ses dramaturges, de ses historiens, de ses romanciers, ce sera par la liberté quelque jour. En attendant, ses victoires aujourd’hui, ce sont des chefs d’œuvre, et son impérissable conquête, c’est l’admiration du monde.

41» Soyons fiers, messieurs, – car cet orgeuil est encore un hommage à la mémoire de Balzac, – soyons fiers d’avoir à proclamer, une fois de plus, sur cette tombe, la souveraineté intellectuelle de la France. C’est un grand conquérant, vous le savez tous, que nous venons d’y déposer dans toute sa gloire ! »

© Presses universitaires de Vincennes, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search