Version classiqueVersion mobile

Le « Moment » de La Comédie humaine

 | 
Isabelle Tournier
, 
Claude Duchet

Traces et échos : quelques documents

Pierre-Jules Hetzel à Balzac

Note de l’éditeur

Texte et note de l’édition Roger Pierrot de la Correspondance, Garnier, t. IV, 1964, p. 464-465. Aut., Lov., A. 256, fol. 99-100.

Texte intégral

1[Paris, fin juin 1842.]

2Mon cher Balzac,

3Il est impossible de reproduire ces préfaces signées F[élix] Davin. Elles ont le tort d’avoir l’air écrites en grande partie par vous et signées d’un autre. Je les trouve en cela extrêmement maladroites. Leur effet à la tête d’une chose capitale comme notre édition complète serait détestable.

4Ces préfaces ont quelque chose d’académique, bon pour un éloge ou pour un plaidoyer, mais qui manque son but dans une préface qui veut avant tout être simple, naturelle, quasi modeste et toujours bonhomme, sans prétentions littéraires ou autres. Un résumé, une brève explication de la chose, écrite, signée par vous ce qui implique une grande sobriété et une mesure très grande, voilà ce qu’il faudrait.

5Il n’est pas possible qu’une édition complète de vous, la plus grande chose qui se soit osée sur vos œuvres, s’en aille au public sans quelques pages de vous en tête.

6Non. L’opération aurait l'air abandonnée par vous, son père. On dirait un fils renié, ou au moins négligé par son auteur.

7J’ai lu ce que vus aviez commencé. Cela m’a paru mieux que tout le reste d’un ton meilleur. Résumez, résumez, le plus modestement possible. C’est là le vrai orgueil, quand on a fait ce que vous avez fait. Contez votre affaire tout doucement. Figurez-vous, vieux, dégagé de tout, même de vous-même. Parlez comme un de vos héros, et vous ferez une chose utile, indispensable.

8A l’œuvre, mon gros père ; permettez à un maigre éditeur de parler ainsi à votre grosseur. Vous savez que c’est à bonne intention.

9C’est une réclame à faire. Si je savais écrire, je l’écrirais, en matière de réclame, mieux vaut un marchand qu’un poète.

10Comment nous publierions vos livres qui paraîtraient pour la 1re fois sous ce titre d’ensemble

la Comédie humaine,

11et la 1re ligne ne serait pas celle-ci :

12« Je donne ce nom (la Comédie humaine) à mes œuvres complètes pour les raisons que voici : etc., etc. ? »

13Et après, vous ne trouveriez pas à dire que si vous avez été attaqué beaucoup moins dans vos œuvres que dans votre personne, cela prouve peut-être que votre personne est moins connue que vos œuvres ! Qu’assurément vous ne pouvez être votre biographe à vous-même, mais qu’il est pourtant quelques erreurs d’une part, et aussi quelques mensonges, à rectifier ! Qu’on a pu médire de vous comme de tout autre, mais qu’on n’aurait pas dû vous calomnier ! Qu’on a eu tort de le faire parce que c’était facile et sans danger, puisque vous n'avez jamais répondu à une attaque dirigée contre votre personne !

14[Il faut] dire aussi que vous avez eu beaucoup à vous louer de vos critiques qui se sont si mal entendus pour vous louer ou pour vous critiquer, que les uns vous ont accordé ce que les autres vous refusaient et vice-versa. La critique est pleine de fatuité. Quelques-uns ont espéré faire faire un pas à l’humanité, – pour nous servir d’un de leurs mots, – en écrivant la chose en deux colonnes dans un journal, qui crieraient de leur mieux contre un auteur qui dirait la moitié de ces 3 mots : un pas à l’humanité !

15Je bavarde... et vous dis adieu. Je vous ai quitté bien portant, et me suis trouvé très malade pendant 2 jours, je le suis encore.

16Maintenant, gros père, mettez-vous en train d’aller, ou nous nous fâcherons. Attelez-vous à votre machine. Nous sommes les roues, soyez la vapeur.

  • 1 Nous n’avons pas trouvé d’articles de Chaudesaigues, ni d’allusions à Balzac dans la Revue de Paris(...)

17On nous attaque de toutes parts ; Old Nick ici, et là dans la Revue de Paris, ce crapaud de Chaudesaigues.1

18Adieu et tout à vous [J. Hetzel]

Notes

1 Nous n’avons pas trouvé d’articles de Chaudesaigues, ni d’allusions à Balzac dans la Revue de Paris d’avril à juillet 1842, sa signature n’apparaît pas non plus dans la RDM à cette époque ; Hetzel avait peut-être sous les yeux un éreintement du Curé de village publié par l’ancien rédacteur de la Chronique de Paris dans La Revue de Paris du 30 mai 1841. Cette lettre montre bien que l’Avant-propos de La Comédie humaine a été rédigé à l’instigation d’Hetzel. On a retrouvé dans les papiers d’Hetzel trois feuillets in-4°, rédigés de sa main, avec au verso du second de la même main « préface refaite » ; ces feuillets donnent un texte très proche de celui du début de l’Avant-propos (A. Parménie et C. Bonnier de La Chapelle, [Histoire d'un éditeur et de ses auteurs, P.-J. Hetzel (Stahl), Albin Michel, 1953], p. 32-33). Il s’agit probablement de la copie par Hetzel d’un des brouillons de Balzac, ce qui expliquerait la mention de « préface refaite », c’est-à-dire refaite par Balzac peut-être à partir d’un canevas fourni par Hetzel. Balzac travailla longuement son Avant-propos : « Je viens de relire l'Avant-propos qui commence la Comédie humaine. Il a vingt-six pages et ces vingt-six pages m’ont donné plus de mal qu’un ouvrage, car elles prennent, par la circonstance, un caractère de solennité qui effraie celui qui prononce ces quelques paroles en tête d’une collection si volumineuse. Gavault a été mon critique, et mon critique plein de paternité, je dirais presque de maternité. Quand vous lirez ces pages, vous ne me demanderez plus si je suis catholique et quelles sont mes opinions ; elles ne sont que trop tranchées, dans un siècle aussi éclectique que le nôtre » (Lettres à l’Étrangère... du 13 juillet 1842).

© Presses universitaires de Vincennes, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search