Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le « Moment » de La Comédie humaine

 | 
Isabelle Tournier
, 
Claude Duchet

Acte II. L'imaginaire d'un projet

Mimesis ou autoréférence : les apories des Études analytiques

Catherine Nesci

Texte intégral

L’extrême chaleur, l’extrême malheur, le bonheur complet, tous les principes absolus trônent sur des espaces dénués de productions : ils veulent être seuls, ils étouffent tout ce qui n’est pas eux.
Une fille d’Ève.

  • 1 Dans la célèbre lettre à Mme Hanska du 26 octobre 1834, Balzac expose la conception tripartite de (...)

1En 1846 paraît chez Furne le volume XVI de La Comédie humaine, volume qui se clôt par la Physiologie du mariage. En dépit du programme tracé dans le catalogue de 1845, le texte porte, après la date de 1824-1829, la mention de « Fin des Études analytiques ». On se rappelle qu’en 1834, Balzac avait assigné un rôle fondateur à ces études du troisième type : celui d’exposer les « principes », terme polysémique qui désigne les principes de l’architectonique dramatique ainsi que les fondements d’un système du monde et d’une pratique du langage1. Mais dans l’« Avant-propos », Balzac se contente de préciser brièvement leur position topologique : si les Études de mœurs apparaissent comme l’assise sur laquelle s’élèvent les Études philosophiques,

  • 2 Avant-propos de La Comédie humaine, « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, t. I, 1976, p. 15. (...)

Au-dessus, écrit-il, se trouveront les Études analytiques, desquelles je ne dirai rien, car il n’en a été publié qu’une seule, la Physiologie du mariage. D’ici à quelque temps, je dois donner deux autres ouvrages de ce genre. D’abord la Pathologie de la vie sociale, puis l’Anatomie des corps enseignants et la Monographie de la vertu2

2À la place d’un commentaire explicatif, nous avons un programme qui ne sera jamais rempli. Le geste, on le verra, témoigne d’autant mieux des douleurs de l’entreprise que le manque de justifications ne sera pas comblé : la Physiologie a fait l’objet de remaniements minimes, et aucun propos méta-discursif ne vient motiver l’intégration de ce pseudo-traité d’esclavage conjugal dans l’énorme bâtisse. Tout au contraire : après la triade du Livre mystique, le retour à la médiocrité du quotidien a toutes les allures d’une provocation. Comment cette retombée dans le dérisoire peut-elle jouer en même temps le rôle de couronnement de la totalité architecturale ? Et pourquoi avoir conservé « au faîte » de la somme romanesque une œuvre d’une discursivité pour le moins problématique et dont le titre, en 1842, est un clin d’œil ironique à l’opération commerciale que constitue la publication « en série » de physiologies de tous ordres ?

  • 3 J.-P. Richard, Études sur le romantisme, Seuil, 1970, p. 111.

3Afin de situer les enjeux du réemploi de la Physiologie du mariage dans La Comédie humaine, je lirai cet ensemble de « méditations » comme un en-soi et comme pour un pour-ensemble, en tenant compte de son environnement immédiat (le texte vient à la suite de Louis Lambert et de Séraphîta) et de sa place dans l’édifice : d’une part, le texte est symétrique de l’Avant-propos en ce qu’il vient – temporellement – avant et – spatialement – en position finale ou au-dessus ; et d’autre part, ce positionnement produit un effet de circularité à étudier puisque le programme narratif de la Physiologie renvoie implicitement le lecteur au seuil de La Comédie humaine, en l’occurrence aux Scènes de la vie privée, et plus précisément, à La Maison du chat-qui-pelote. J. Neefs nous parle dans ce volume de l’équilibre qui s’établit entre l’analytique et le mimétique dans ce « troisième étage du savoir » que construisent les Études analytiques. Pour ma part, je montrerai qu’au sommet de son monument, Balzac place une « pièce maîtresse » où s’exprime la crise de la raison analytique. À titre d’hypothèse de travail, je suggérerai que la Physiologie du mariage, texte du retournement et qui théorise son propre dysfonctionnement, est bien le blason – certes grotesque – de cet « agencement infiniment varié de perspectives »3 qu’est La Comédie humaine et ce, dans la mesure où l’œuvre démontre, avec la plus déroutante systématicité, l’impossibilité d’instituer « une fois pour toutes » les lois fondatrices de l’édifice romanesque.

4Si à l’entrée de La Comédie humaine, on sait que Balzac ouvre son propos justificatif sur une datation (« En donnant à son œuvre entreprise depuis bientôt treize ans »), à la sortie de l’œuvre, dans l’édition Furne, il ajoute les dates de 1824-1829, comme pour bien marquer le statut originel de son unique Étude analytique. Est-ce à dire que la rationalisation a posteriori soit ainsi confortée par l’inscription supplémentaire et définitive d’une origine ? On peut se demander pourquoi Balzac, lorsqu’il remanie la Physiologie, laisse celle-ci dans son état premier d’isolement. Par exemple, pour l’édition Furne, il donne aux héros d’anecdotes les noms des protagonistes des Petites misères de la vie conjugale, œuvre au statut mal défini que ni le « Furne corrigé » ni le Catalogue de 45 ne classe parmi les Études analytiques. De plus, l’Introduction à la Physiologie est celle de l’édition originale et explicite le caractère fondateur de cette seule œuvre. Le remaniement le plus significatif apparaît cependant au niveau du paratexte et enferme l’œuvre dans sa propre textualité. En effet, les éditions antérieures à Furne portaient l’épigraphe suivante : « Le bonheur est la fin que doivent se proposer toutes les sociétés/(L’auteur) », épigraphe que Balzac remplace par une dédicace intratextuelle et autoréférentielle : « Faites attention à ces mots : L’homme supérieur à qui ce livre est dédié, n’est-ce pas vous dire : C’est à vous/L’AUTEUR. » L’autocitation, qui transforme le destinataire problématique en décidataire de l’ouvrage remet en question le souci didactique que présentait l’épigraphe autoritaire de l’édition originale.

  • 4 Voir l’étude de L. Frappier-Mazur, « Parodie, imitation et circularité : les épigraphes dans les r (...)
  • 5 Michèle Le Doeuff, L’Imaginaire philosophique, Payot, 1980, p. 219, note 81. Cf. cette formule de (...)
  • 6 M. Le Doeuff, p. 221. Étudiant la mutation qui s’est produite au niveau des compétences dans le ch (...)

5Quel est l’enjeu de cette opération de réécriture ? Et que nous communique-t-elle quant à la réception de l’œuvre et sa place au sommet de La Comédie humaine ? L’épigraphe de 1829 était, avant tout, un « facteur de vraisemblance générique »4. Publié dans le format in-8°, le texte alléguait un objectif téléologique des plus sérieux. Par cette prise de parole axiologique, le jeune célibataire qui signe le traité se logeait dans l’espace intellectuel circonscrit par les Idéologues. Je rappelle que ceux-ci, à la suite de Condillac, donnèrent à l’analyse sa valeur heuristique et tentèrent de reproduire une nouvelle « philosophie première » à partir de fondements scientifiques puisés dans la physiologie dont ils furent les grands promoteurs. Il s’agissait, comme le dit Michèle Le Dœuff, de construire une « théorie générale des premiers principes et non une doctrine sur un objet particulier »5. De cette façon, ils occupaient la place laissée vacante par la philosophie spéculative qui ne pouvait plus donner de système du monde. Les savants, quant à eux, s’appuyant sur les faits et « se prévalant d’une compétence locale et d’une autorité délimitée, l’ont exportée en fondant sur elle un droit à discourir de tout »6, tel Cabanis dont le but était d’instituer une anthropologie générale à référence médicale.

  • 7 La Comédie humaine, Pl. XII, 1981, p. 303.

6Pour le jeune écrivain, qui cherche à découvrir les règles et les lois du jeu social, l’analyse se présentait comme la voie royale, si corrosive, de l’accès au savoir. C’est ce qu’explique Balzac dans le préambule au Traité des excitants modernes : « Dès 1820, j’avais formé le projet de concentrer dans quatre ouvrages de morale politique, d’observations scientifiques, de critique railleuse, tout ce qui concernait la vie sociale analysée à fond. »7.

  • 8 Nicole Mozet, « La femme-auteur comme symptôme », dans Balzac au pluriel, « écrivains », PUF, 1990 (...)

7En écrivant sa Physiologie du mariage, il conquiert son droit de parole grâce à un projet tout à la fois mimétique et totalisant, le terme même de physiologie s’indexant sur un inventaire encyclopédique du savoir. Le discours procède ainsi à la mise en texte raisonnée et systématique de la vie privée. Derrière cette entreprise d’appréhension du réel se profile toute une matière romanesque et se crée un espace de lisibilité du social, geste par lequel le célibataire, héritier des Lumières, redéfinit en fait « l’ensemble de la littérature »8, ainsi que son rapport à la philosophie.

8Reste que l’héritier est surtout un fils prodigue qui ne reviendra pas au bercail. Car, pour l’architecte-archiviste en devenir, il s’agit d’obtenir la « conformité » de son « plan » pour, en fait, le dépasser, le dénaturer, le retourner, voire l’annuler. Le physiologiste du mariage établit sa légitimité apparente sur la positivité qu’il feint d’atteindre et de construire. Mais, sous prétexte de sauver une institution en péril et d’endiguer une menaçante instabilité sociale, le texte dévoile dans l’adultère le « moteur », le « ressort » caché de la vitalité sociale et mène son imprudent lecteur jusqu’au « dernier cercle infernal de la divine comédie du mariage [...] au fond de l’enfer » (p. 1173). C’est ici que prend tout son sens la double date de 1824-1829 : en 1826, Balzac imprime sur ses presses neuves la première partie de la version préoriginale de la Physiologie, traité qui sera ensuite relié à l’Histoire de la rage de Bernard-François Balzac, texte de 1814 où cet admirateur des Idéologues, s’appuyant sur une compétence locale qu’il exporte dans le champ social, préconise maintes réformes dans le domaine de la santé publique. Et c’est en 1829, l’année même de la mort de son père, que Balzac réemploie et réécrit sa Physiologie en substituant à la positivité du texte paternel une criante négativité : si les seize premières méditations de la Physiologie proposent au mari les moyens de maîtriser son épouse, le reste du texte opère la destruction méthodique de cet échafaudage panoptique et réduit à néant l’efficacité des discours pédagogique et disciplinaire.

  • 9 Voir « Ironie et fiction dans l’œuvre de Balzac », dans Balzac : l’invention du roman, Belfond, 19 (...)

9C’est dire que le fils prodigue dilapide l’héritage paternel et que la mort du père apparaît comme le principe générateur de la Physiologie, dans sa genèse et sa structure. De fait, le discours qui cherche à assurer les garants d’ordre et de distinction du social, produit les figures monstrueuses de l’excès et du paradoxe. Visant une finalité pragmatique, en l’occurrence la régulation de l’échange des femmes et de l’argent, le texte orchestre en dernier lieu leur circulation débridée. Or la façon dont s’articule ce renversement pose le problème des rapports entre référence et discours. Dans la méditation XVI « Charte conjugale », le physiologiste, mettant à l’épreuve du réel les préceptes tyranniques qu’il vient de fournir à ses destinataires, rencontre le disciple qui lui a servi de modèle et prend bien soin de préciser : « j’ai bâti le système d’après la maison » (p. 1050). Le modèle en question expose alors l’ensemble des principes sur lesquels repose l’exercice du (et de son) pouvoir autoritaire qui prend les femmes, et le peuple, dans les rêts d’une planification dissimulée. Mais la crédibilité de la référence et de l’autojustification est tout aussitôt dévoyée par un grotesque incident qui vient perturber les certitudes du savoir autoritaire. De plus, le scénario est emblématique de la machine paradoxale qui fait naître la haute trahison de la femme à partir de la haute surveillance du mari. Du même coup, par cette destitution du modèle, et, comme l’a bien vu J.-C. Fizaine, cette « destruction ironique du dialogue philosophique »9, se découvre l’incapacité du discours à construire ou à stabiliser un « système » d’explication du réel. Dans la petite aventure qui découvre les failles de la démarche magistrale, le langage se voit dépossédé de son pouvoir de régulation du sens et des signes.

  • 10 Nicole Mozet, « La mission du romancier (ou la place du modèle archéologique dans la formation de (...)
  • 11 J.-P. Richard, op. cit., p. 102.

10Dans la tentative de restauration d’un mariage baroque, le jeune « analyste » fait tout sauf honorer ses engagements, et, quoiqu’il obtienne la légitimité de son discours en faisant miroiter à ses adeptes le rêve d’une maîtrise sans défaut et d’un déchiffrement total de l’être féminin, il ne réussit ni à imposer un sens de façon univoque ni à jouer sur une clôture absolue. J’avancerai, à titre d’hypothèse, que l’on peut lire, dans le retournement sur lequel s’articule la Physiologie, l’évolution même de l’écriture balzacienne. Si le texte, selon une visée archéologique, tente de restaurer la sécurité ébranlée de la paternité et de l’ordre social, il dévoile en fait, sous couvert de restitution, « l’illégitimité radicale de toute propriété »10 et les principes selon lesquels fonctionne la société de la mobilité mise en place par la Révolution. Et c’est à travers un processus de négation que sont mises au jour les apories des savoirs accrédités. Mais il y a plus : dans la deuxième partie, le texte se représente lui-même, se parodie comme pour annuler de façon encore plus catégorique la validité des distinctions et des principes posés de prime abord. Une fois entérinées l’incarnation purement bourgeoise du nom du Père et la vacuité repérable au niveau de la fonction symbolique, le discours dérive dans une prolifération de métaphores théâtrales. Et c’est pourquoi, me semble-t-il, Balzac s’est refusé à produire d’explicites interférences entre l’étude analytique et, par exemple, les Scènes de la vie privée. Il est vrai que la Physiologie contient le paradigme de toutes les luttes balzaciennes, la bataille entre les partenaires conjugaux représentant le principe de rapport agonique dans lequel on peut voir, avec J.-P. Richard, « [la] loi abstraite et [le] motif concret, [la] structure et [le] thème de toute l’architectonique balzacienne »11. Mais les médiocres héros des anecdotes que relate la Physiologie, Balzac les fait reparaître dans les Petites misères de la vie conjugale, les coupant ainsi de la recherche du bonheur des premières Études de mœurs où prédominent la dimension archéologique et le code anthropologique. En outre, il fait usage de son procédé autoréférentiel à l’intérieur même de la Physiologie puisque reparaît à la fin du texte l’un des vieux aristocrates avec lesquels dialogue le jeune célibataire. L’ancien émigré expose son système de préservation du capital monétaire et vital – l’une des alternatives de l’énergétique balzacienne. Puis, doublant aussitôt son allocutaire, le physiologiste subvertit ce discours à la lettre « conservateur » par une mise en scène de dépossession et de dépense qui fait écho à la tâche de désagrégation des valeurs à laquelle s’adonne la « puissance féminine » (sur le mode arachnéen, comme dans La Cousine Bette).

  • 12 André Vanoncini, « La disparition des espaces urbains dans La Comédie humaine », dans Paris et le (...)

11On pourrait alors se risquer, dès la Physiologie, à reconnaître, après coup et grâce à la place que le texte reçoit dans l’œuvre complète, les caractéristiques qui marquent le roman balzacien postérieur à 1840 et qui vont de pair avec la disparition de l’entreprise archéologique : « une rupture des visées téléologiques, l’effondrement des destinées prométhéennes, l’épuisement des ambitions totalisantes »12. Et ce, d’autant plus que l’avant-dernière méditation présente le physiologiste vieilli, usé par une production fantasmatique dont le combat est le noyau thématique et structural, tant au niveau de l’énoncé qu’à celui de l’énonciation. Voici ce que déclare le scripteur enfermé dans son « laboratoire » (p. 1189) :

Mon esprit a si fraternellement accompagné le Mariage dans toutes les phases de sa vie fantastique, qu’il me semble avoir vieilli avec le ménage que j’ai pris si jeune au commencement de cet ouvrage.
Après avoir éprouvé par la pensée la fougue des premières passions humaines, après avoir crayonné, quelque imparfait qu’en soit le dessin, les événements principaux de la vie conjugale ; après m’être débattu contre tant de femmes qui ne m’appartenaient pas, après m’être usé à combattre tant de caractères évoqués du néant, après avoir assisté à tant de batailles, j’éprouve une lassitude intellectuelle qui étale comme un crêpe sur toutes les choses de la vie. [...] J’échange avec ma femme un regard d’une immense profondeur, et la moindre de nos paroles est un poignard qui traverse notre vie de part en part. (p. 1187)

  • 13 Op. cit., p. 102.
  • 14 Voir ses deux articles « Le cousin parasite : Balzac, Serres et le démon de Maxwell », Stanford Fr (...)
  • 15 Jean Paris, Balzac, coll. « Phares », Balland, 1986, p. 254.

12Ce fragment de poétique présente l’écriture comme une activité érotique et agonistique. « L’identité dramatique [s’y] manifeste [...] comme couple », comme le dit J.-P. Richard13, et le combat est « douloureux accouplement », selon la formule employée dans Séraphîta. Dans le passage qui suit cet extrait, le scripteur contemple alors la négation (faussement) ultime de son énergie vitale. Mais l’épuisement des forces, dernière étape du processus entropique que cherche à compenser le système centralisateur de l’aristocrate, est, dans la méditation finale, miraculeusement transformé en pléthore énergétique. Et cette soudaine renaissance est médiatisée par le jeu de simulation auquel se livre la femme adultère. Dans cette économie spéculative, l’esthétique balzacienne fondée sur le vitalisme se trouve donc doublée par une esthétique du « parasitisme » – j’emploie ce terme même si W. Paulson voit dans ce processus un phénomène tardif14. Mais de l’une à l’autre, ce sont les virtualités ludiques du couple comme noyau narratif qui se trouvent actualisées. Ces nouveaux principes d’écriture et de lecture, le fragment poétique que je viens de citer nous en fournit la clé : le scripteur y occupe, au vrai, la position de l’amant dont le texte dévoile, derrière le masque de héros conquérant, le côté parasite. Transgressant de plus la linéarité discursive, le physiologiste aux allures de jouisseur libertin renvoie le lecteur au commencement de son ouvrage, puis clôt celui-ci par une reprise de conte libertin, anecdote spéculaire où le jeu métaphorise la puissance infinie de la représentation. Dans cette mise en abyme, on ne sort pas du système, mais il est tout à coup rendu illimité par ce que Jean Paris nomme « la remise en circuit des séries narratives »15, l’équilibre des forces et la répartition du savoir étant présentés comme essentiellement mobiles. Ce que disait autrement le physiologiste : « de même que l’addition d’un chiffre dans les mises en loterie en centuple les chances, de même une vie, unie à une autre vie, multiplie dans une progression effrayante les hasards déjà si variés de la vie humaine » (p. 1174).

  • 16 J.-C. Fizaine, « Ironie et fiction... », p. 177.

13Cette esthétique propose moins un modèle de la réalité qu’une « combinatoire »16 et invite le récepteur du texte à subvertir la lecture rectiligne pour se lancer dans les multiples trajets que recèle le labyrinthe de la Physiologie du mariage ou, plus généralement, de La Comédie humaine.

  • 17 La Physiologie préoriginale, éd. Maurice Bardèche, Plon, 1940, p. 81.

14Quant au processus de production du texte même, c’est bien le parasitisme qui en est le principe. Bien que la Physiologie se représente comme un « grand livre du monde », et expose le système énergétique balzacienne, en même temps, le physiologiste capte, trie, et ordonne tout un ensemble de discours hétérogènes (et pille sans vergogne De l’amour). Il est toutefois évident que nous ne sommes pas encore dans l’esthétique du travail qui repose sur l’artisanat, esthétique qui sera celle des Parents pauvres. Mais le conte philosophique par lequel se termine la Physiologie présente l’antithèse de l’esthétique fondée sur la destruction du modèle de la femme aimée qui inaugure les Scènes de la vie privée dans La Maison du chat-qui-pelote. Bien que le modèle thermodynamique emprunté à Serres, en nous montrant dans l’organisme une petite machine qui reçoit de l’énergie et des informations et crée son ordre à parti du désordre de son environnement, nous permette de comprendre autrement la conception de la créativité balzacienne, il ne prend toutefois pas en compte un aspect du corps que l’écriture balzacienne, pour sa part, affronte : l’organisme est avant tout un corps sexué. En plaçant la Physiologie à la suite de Louis Lambert et de Séraphîta, Balzac nous empêche de faire une lecture « neutre » de son œuvre et nous rappelle que la représentation est une institution qui s’articule sur la différence des sexes. Cet impensé que fictionnalise le texte balzacien travaille – déjà – la version préoriginale de la Physiologie où le scripteur s’écrie : « Hélas ! Platon avait une excellente idée en ne créant que des androgynes »17.

  • 18 B. Leuilliot, « Œuvres complètes, Œuvres diverses » dans Balzac, l'invention du roman. Belfond, 19 (...)
  • 19 Ibid., p. 257.

15Toutefois, dans ce passage des « Mystiques », voués à la recherche solitaire des « principes » et des causes premières, aux « Mondains » de la Physiologie, animés par la loi d’échange et de médiation que le dispositif analytique met à jour, il faut aussi lire une exigence de l’écriture balzacienne en tant que celle-ci représente une réflexion sur l’ordre (du) symbolique et sur les structures narratives. C’est pourquoi je dirai que loin d’inscrire un effet de vieillissement, la Physiologie, dans son statut de propédeutique à La Comédie humaine et bien que publiée avant le tournant de 1830, prend une nouvelle valeur métatextuelle du fait de sa place au sommet du monument et/ou en fin de série. B. Leuilliot, citant Hugo, écrit : « Quel que soit son degré d’inachèvement, l’œuvre complète est bien en son temps la « formule » ou « spécialité » du nouvel écrivain, le miroir (speculum) où trouve à s’interroger la « génération des écrivains du XIXe siècle qui est venue après Napoléon »18. Et il ajoutait que cette « formule », c’était, ni plus ni moins, « l’unité de composition », unité paradoxale, « puisqu’elle prétend contenir les effets d’une sérialité infinie »19. Or le régime d’écriture de 1842-1846, celui du « double codicille » des Parents pauvres, s’annonce déjà dans l’étude analytique, petite cosmogonie sérielle où se réfléchit le fonctionnement de ce qui devait devenir La Comédie humaine. Pour bien comprendre en quoi la problématique scripturale de la Physiologie fait de « l’unité de composition » le principe de la production littéraire, autant, et sinon plus, que celui de la création, je ferai appel, pour conclure, à l’étude sociocritique que M. Van Schendel a consacrée à la composition de La Femme de trente ans. Celui-ci met en rapport l’unité recherchée dans ce roman par le collage de fragments avec les stratégies éditoriales auxquelles doit faire face Balzac dans une période où se met en place l’institution littéraire.

  • 20 Voir M. Van Schendel, « Analyse d’une composition » dans Le Roman de Balzac, p. 195-211. Je donner (...)

16Rappelons les principaux points du développement de M. Van Schendel20. Il part de la double acception, juridicopolitique et rhétorique, du terme « composer ». La composition apparaît alors comme « négociation » de temporalités et de formes disparates. Il s’agit de négocier selon et avec deux stratégies discursives distinctes : une « stratégie du temps long qui règle les effets de discours hypostasiés dans la littérature » (p. 198), temps lié à des productions idéologiques plus ou moins stables (mariage, mort, etc.) et qui correspond, sur le versant littéraire, aux « formes fixes de l’emblématique, du légendaire, du sentenciel allégorique, du monument » (p. 209) ; une « stratégie du temps court, conjoncturel, qui commande les décisions économiques et politiques de la négociation sur l’écriture » (p. 198). Dans ce temps du rapport de forces intervient un refus « de la forme fixe : y répond littérairement une narrativité brève, rebondissante, rompue » (p. 209). L’écriture balzacienne, qui concilie les anciennes formes, crée une tactique de la négociation où s’articule la quête d’une nouvelle unité. Mais cette remise en jeu des anciennes formes entraîne aussi la constitution d’un « intertexte qui les détruit » (p. 200). À travers l’étude du collage des divers fragments de La Femme de trente ans, achevé dans l’édition définitive de 1844, l’auteur montre comment se déploie ce qu’il nomme « l’espace du roman de la représentation généralisante » (p. 195).

  • 21 Voir à ce sujet l’ouvrage de D. Sangsue, Le Récit excentrique, José Corti, 1987.
  • 22 « Œuvres complètes... », p. 278.

17Ce nouvel espace littéraire, le scripteur de la Physiologie en délimite les contours en composant un « texte contre » pour lequel il compose « avec le discours pour », selon une écriture paradoxale et divergente qui procède par élimination des possibles narratifs. Dans ce traité où le temps long est celui du mariage et de la propriété, le jeune célibataire, agent (double) institutionnel, quoique sanctionnant d’une part un ensemble d’aphorismes pratiques et d’énoncés sententiels, s’emploie à en annuler la portée ; au demeurant, il produit une véritable insubordination des formes fictionnelles, peu à peu délestées de leur statut d’exemplum. En se livrant à une flagrante infraction à l’engagement contracté (et drolatique : montrer à un mari comment éviter le cocuage), et en promouvant des relations conflictuelles avec son narrataire-destinataire (et dédicataire dans l’édition Furne), l’« analyste » des logiques de la désunion renvoie la productivité textuelle au rien. C’est là un geste de défi envers un lectorat qui, bien que reconquis, a trahi ; geste, soulignons-le, bien plus significatif dans les années 1842-1846, où se renforce l’institution littéraire que dans les années d’apprentissage de 1824-1829. Car couronner La Comédie humaine par le rire de Sterne et de Rabelais, ces deux grandes références de l’« anti-roman » romantique, c’était aussi tirer les Œuvres complètes du côté du « récit excentrique », de l’antireprésentation21. J. Neefs propose ici même une lecture positive du programme analytique annoncé dans l’Avantpropos et y voit l’annonce d’une véritable « pulvérisation du narratif ». Qu’ils s’intitulent « monographie », « pathologie » ou « anatomie », les volumes à venir reflètent, comme le dit B. Leuilliot, « le progrès dialectique d’une œuvre qui procède toujours par voie d’écarts »22, œuvre de principe digressif et agonistique qui ne cesse d’inventer de nouvelle formes de négation de l’Idéologie.

18En conclusion, je citerai cette réflexion que nous livre le physiologiste scandalisé par le statut que la société réserve à la femme qui trahit pour un être qui ne le mérite guère, ce philosophe du boudoir et homme supérieur à qui le traité est dédié :

Mais si l’on vient à songer que l’objet de ces sacrifices est un de nos frères, un gentilhomme auquel nous ne confierions pas notre fortune, si nous en avons une, un homme qui boutonne sa redingote comme nous tous, il y a de quoi faire pousser un rire qui, parti du Luxembourg, passerait sur tout Paris et irait troubler un âne paissant à Montmartre, (p. 1174)

Notes

1 Dans la célèbre lettre à Mme Hanska du 26 octobre 1834, Balzac expose la conception tripartite de son œuvre. La progression, qui place les Études analytiques au sommet, se formule en termes philosophiques : après les effets et les causes, écrit Balzac, « doivent se rechercher les principes », dans Lettres à Madame Hanska, éd. R. Pierrot, « Bouquins », Laffont, 2 vol. , t. I, p. 204.

2 Avant-propos de La Comédie humaine, « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, t. I, 1976, p. 15. Les références à la Physiologie se rapportent au tome XI de cette édition et sont indiquées après chaque citation.

3 J.-P. Richard, Études sur le romantisme, Seuil, 1970, p. 111.

4 Voir l’étude de L. Frappier-Mazur, « Parodie, imitation et circularité : les épigraphes dans les romans de Balzac », dans Le Roman de Balzac, études réunies par R. Le Huenen et P. Perron, Didier, 1980, p. 86.

5 Michèle Le Doeuff, L’Imaginaire philosophique, Payot, 1980, p. 219, note 81. Cf. cette formule de Condillac citée par Max Andréoli : « En un mot, analyser, c’est décomposer dans un ordre qui montre les principes et la génération de la chose » (Le Système balzacien, Université de Lille III, 1984, p. 75). On consultera cet ouvrage pour tout ce qui concerne les rapports entre analyse et synthèse chez Balzac (chap. I : « Les schèmes organisateurs »).

6 M. Le Doeuff, p. 221. Étudiant la mutation qui s’est produite au niveau des compétences dans le champ de la connaissance, Le Doeuff fait référence à Diderot : « Le philosophe “spécialiste des généralités” reconnaît qu’il “n’a rien” et que son seul pouvoir est de mettre en communication les uns avec les autres des savoirs locaux. Ce retrait de la philosophie hors du lieu d’une compétence générale est lié à la reconnaissance d’un fait, à une épreuve de réalité assez peu agréable, que Diderot décrit dans L’Interprétation de la nature : on construit, à force de tête, un édifice, un palais d’idées systématisantes, et puis vient une découverte ponctuelle, “morceau fatal à cette architecture”, et tout croule. Retrait du lieu du général, du “système du monde” donc, parce que ce lieu est inhabitable. Mais la conséquence de cet abandon, par la philosophie, du palais dans les nuées, c’est que la place en est laissée vacante » (op. cit., p. 220).

7 La Comédie humaine, Pl. XII, 1981, p. 303.

8 Nicole Mozet, « La femme-auteur comme symptôme », dans Balzac au pluriel, « écrivains », PUF, 1990, p. 165-180.

9 Voir « Ironie et fiction dans l’œuvre de Balzac », dans Balzac : l’invention du roman, Belfond, 1982, p. 170.

10 Nicole Mozet, « La mission du romancier (ou la place du modèle archéologique dans la formation de l’écriture balzacienne) », L’Année balzacienne 1985, p. 216.

11 J.-P. Richard, op. cit., p. 102.

12 André Vanoncini, « La disparition des espaces urbains dans La Comédie humaine », dans Paris et le phénomène des capitales littéraires. Actes du Congrès international organisé à l’Université Paris IV du 22 au 26 mai 1984. Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1986, p. 132.

13 Op. cit., p. 102.

14 Voir ses deux articles « Le cousin parasite : Balzac, Serres et le démon de Maxwell », Stanford French Review, IX, automne 1985 ; et « De la force vitale au système organisateur : La Muse du département et l’esthétique balzacienne », Romantisme no 55, 1987-1.

15 Jean Paris, Balzac, coll. « Phares », Balland, 1986, p. 254.

16 J.-C. Fizaine, « Ironie et fiction... », p. 177.

17 La Physiologie préoriginale, éd. Maurice Bardèche, Plon, 1940, p. 81.

18 B. Leuilliot, « Œuvres complètes, Œuvres diverses » dans Balzac, l'invention du roman. Belfond, 1982, p. 269.

19 Ibid., p. 257.

20 Voir M. Van Schendel, « Analyse d’une composition » dans Le Roman de Balzac, p. 195-211. Je donnerai les références directement après chaque citation.

21 Voir à ce sujet l’ouvrage de D. Sangsue, Le Récit excentrique, José Corti, 1987.

22 « Œuvres complètes... », p. 278.

© Presses universitaires de Vincennes, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.