Version classiqueVersion mobile

Le « Moment » de La Comédie humaine

 | 
Isabelle Tournier
, 
Claude Duchet

Acte I. Aventures génétiques d'une idée heureuse

Balzac et la crise de l’édition de romans sous la monarchie de Juillet

Alain Vaillant

Texte intégral

1Pour l’essentiel, et malgré quelques travaux récents, notre connaissance du statut de l’écrivain et de l’édition littéraire se résume encore à quelques images antithétiques, aussi expressives qu’abstraites. En amont de la production littéraire, il y aurait l’écrivain sacer, dans la double acception religieuse de ce mot latin : on le dit tantôt sacro-saint, sacralisé dans sa fonction postrévolutionnaire de prophète laïque et de chantre de la spiritualité moderne, individuelle ou collective, tantôt intouchable, donc maudit, intégré dans sa marginalité sociale à la bohème artistique. En aval de la littérature, on observe une alternative comparable : les uns voient dans le XIXe siècle l’ère du « livre triomphant », sur fond d’alphabétisation scolaire et de révolution industrielle ; les autres, au contraire, attribuent aux transformations rapides et, parfois, spectaculaires de l’imprimerie et de la distribution une responsabilité majeure dans la crise qui semble toucher l’édition littéraire à partir de la monarchie de Juillet.

2Il est inutile de souligner ce que ces images juxtaposées ont de contradictoire ; il est vrai que le XIXe siècle est celui des contrastes, et que la littérature, en apparaissant comme le lieu où s’expriment et se résolvent ces dialectiques complexes, n’en serait pas à son premier tour de force transmuant une nouvelle fois le soupçon en mystère, l’énigme historique en alchimie du Verbe. Restent, cependant, deux questions décisives pour l’interprétation de la littérature romantique et post-romantique, et, en outre, du roman français :

  1. Les revendications bruyantes des écrivains, auxquelles Balzac a pris une large part, correspondent-elles à une détérioration réelle de leur condition, ou traduisent-elles à une inadéquation idéologique à une société économiquement et culturellement transfigurée. Dans la première hypothèse, il suffira de les traiter comme un topos romantique, dans le cadre d’une critique de contenu ; dans la seconde, il est impératif de déterminer les effets de cette remise en cause sociale sur la nature de la production littéraire.
  2. L’apparition de nouvelles structures commerciales (le roman-feuilleton, les collections à bon marché, etc.) constitue-t-elle seulement une nécessaire rénovation des industries culturelles ou intervient-elle au sein du système littéraire – si l’on veut, dans le champ de la littérature légitime ?

3Pour répondre à ces questions, il faut un peu d’histoire et de géographie.

4De l’histoire, parce que le XIXe siècle est fait d’une succession de ruptures, de mouvements d’accélération ou, à l’inverse, de pauses, qui interdit de traiter le temps comme une masse homogène et neutre. Or, la méfiance à l’égard de la chronologie au bénéfice des phénomènes de longue durée, le traitement de l’histoire littéraire comme un agglomérat de destinées individuelles, seulement corrigé par quelques références contextuelles, évacuent souvent le problème de la datation, qui, me semble-t-il, est au centre de ce volume.

5De la géographie éditoriale, autrement dit des études sectorielles, qui ne noient pas, par exemple, l’entité « roman » dans la masse des livres publiés, ou qui ne concluent pas trop vite, une fois constatés l’élargissement du public potentiel et la prospérité de l’imprimerie industrielle, au développement de l’édition littéraire. Celle-ci ne résulte pas du croisement monstrueux entre la littérature et l’édition, qui appellerait un simple concours de compétences, mais elle constitue un objet spécifique de l’histoire littéraire, soumis à une logique propre. Concrètement, son étude permet de poser le problème de la publication des textes littéraires, d’examiner les relations ambiguës qu’entretiennent l’élaboration des œuvres et leur mise à la disposition du public. Roland Barthes disait que l’écriture, au-delà du style individuel et de la langue collective, permettait d’inscrire la littérature dans le présent de l’histoire ; dans la même perspective génétique, la publication, entre l’écriture, privée et singulière, et les contraintes d’une culture nationale, est ce trait d’union qui fait du travail littéraire un acte de responsabilité historique.

6Je me propose donc, ici, d’une part de mesurer les évolutions de l’édition de romans pendant la monarchie de Juillet, afin d’examiner la chronologie, la nature et la portée des changements, qui surviennent alors, d’autre part d’avancer quelques hypothèses sur la production balzacienne et son originalité présumée.

7Comme le montre le graphique 1 (p. 24), l’évolution de l’édition littéraire, comparée à celle de la production globale de livres, révèle, à une exception près, des tendances qu’il est très facile d’isoler dans le temps. Dans les années 1820, la littérature connaît un premier essor, et entraîne avec elle le reste de l’édition. Le Second Empire, lui, est marqué par le développement de la librairie, et la constitution ou la consolidation des grandes entreprises éditoriales (Hachette, Michel Lévy, etc.) ; dans ce processus d’industrialisation, la littérature fait figure de principale victime, et accumule un retard qu’elle ne parviendra pas à combler avant la première guerre mondiale, malgré une progression sensible au début du XXe siècle. Enfin, renversement de conjoncture dans l’entre-deux-guerres : l’édition française, aux structures vieillies, stagne, tandis que la production littéraire connaît une progression comparable à celle de la Restauration. Or, dans ce parcours très rapide, l’exception est précisément la monarchie de Juillet, où, dans un contexte assez morose, aucun rapport de forces significatif ne s’établit entre la littérature et le reste de l’édition.

8Dans les domaines politique et social, le règne de Louis-Philippe fait figure d’intermède entre la Restauration et le rétablissement de l’Empire, et constitue une période d’hésitations et de tâtonnements où tout semble faisable, mais où rien ne s’accomplit. D’où le mélange d’amertume et de volonté d’entreprendre qui caractérise, en partie, le discours de Balzac sur la culture de son temps. À cause de cette indécision, et du renoncement que symbolisent, pour des raisons différentes, les journées de juin 1848 et le coup d’État du 2 décembre, la monarchie de Juillet semble le moment, à la fois riche d’initiatives et figé par une sorte d’impuissance à décider, où se joue le sort d’un certain XIXe siècle : c’est du moins ce que j’essaierai de montrer à propos de l’édition littéraire, dont la crise bloque très durablement une expansion que, pourtant, tout laissait prévoir.

Graphique 1. L’édition littéraire de 1815 à 1936

Graphique 1. L’édition littéraire de 1815 à 1936

9Quant à Balzac, il apparaît, jusqu’à un certain point qu’il faudra déterminer, comme l’incarnation de cette littérature : sa période de production excède de peu les limites de la monarchie de Juillet ; il ne peut donc se contenter de préserver les acquis du premier romantisme, ni bénéficier du « second souffle impérial » grâce auquel, chacun à sa manière, un Baudelaire, un Sainte-Beuve ou même un Hugo s’imposeront à la postérité. En outre, Balzac est, pour l’essentiel, un romancier ; il n’a, pour se sauvegarder des vicissitudes de l’édition, ni la légitimité traditionnelle de la poésie, ni les revenus ou le prestige mondain du spectacle théâtral. Enfin, ses premiers succès romanesques sont antérieurs à l’apparition du roman-feuilleton, auquel il ne pourra ou ne voudra jamais s’adapter totalement. On mesure, pour toutes ces raisons, l’extraordinaire fragilité de Balzac qui, sur le plan de l’autorité littéraire et du succès commercial, ne dispose d’aucune position de repli.

10Cette fragilité est accentuée par les difficultés de l’édition de romans au cours de la même période. Le graphique 2, qui présente l’évolution de ce secteur de la librairie de 1831 à 1847, illustre deux phénomènes que les analyses qualitatives et les témoignages des contemporains avaient permis depuis longtemps de pressentir.

Graphique 2. L’édition de romans (1831-1847)

Graphique 2. L’édition de romans (1831-1847)

N.B. - Cette courbe est en moyennes mobiles centrées sur trois ans, à partir du nombre de notices annoncées à la Bibliographie de la France ; la première colonne correspond donc à la moyenne des années 1831, 1832 et 1833, et ainsi de suite.

  1. La courbe dessine trois « creux », correspondant à trois chutes brutales de la production dues à la conjoncture économique ou politique : autour des révolutions de 1830 et de 1848, et durant les années 1840-1841. On a affaire ici, grosso modo, à des cycles décennaux.
  2. De manière plus significative, à une période de forte progression, puis de maintien à un haut niveau (1833-1838) succède un marasme, avec des hauts (1839, 1844-1845) et des bas absolus. La production, de 1833 à 1838, fluctue entre 318 (1837) et 408 titres annuels (1838) ; de 1839 à 1847, les limites numériques sont de 309 (1839) et 245 titres (1847). On retiendra surtout une suite de bonnes et de mauvaises années.

11Dès à présent, il est possible d’avancer ces deux conclusions provisoires :

  1. Le roman-feuilleton apparaît en 1836, alors qu’il existe une forte demande du public pour la fiction ; il s’associe à l’engouement dont profite le roman, plutôt qu’il ne concurrence directement ce dernier.
  2. La véritable crise, pour le roman, ne commence que dans les années 1839-1840, et rien n’oblige de la relier au développement de la presse plus, par exemple, qu’à un mécanisme banal de saturation du marché. Le graphique 3 ferait pencher en faveur de cette dernière interprétation, par la comparaison du total de l’édition et de la production romanesque. Il fait ressortir, entre les deux courbes, une similitude et une différence. En effet, les tracés sont globalement analogues : on observe, dans les deux cas, une progression après la révolution de 1830, puis un déclin progressif ; mais ce déclin commence, pour l’édition en général, dès 1835-1836. L’euphorie des années 1836-1838 est donc un phénomène spécifiquement romanesque, qui rend la chute d’autant plus sévère. On remarquera, par différence, que la reprise de 1844-1845 ne fait qu’accentuer, pour le roman, le léger redressement de la production globale.

12Cette phase de surproduction est plus lisible sur le graphique 3, où figurent la production de romans et la catégorie Belles-Lettres tout entière qui comprend, outre cette dernière, un ensemble hétéroclite de produits plus commerciaux (édition scolaire, œuvres complètes, physiologies, ouvrages de circonstances, sous-produits du journalisme, etc.). On y distingue très précisément le moment (1833-1835) où la librairie littéraire reflue et, pour ainsi dire, ferme la parenthèse romantique, alors que la production de textes narratifs demeure forte, dangereusement insensible au rétrécissement du marché.

Graphique 3. La production littéraire et les Belles-Lettres (1831-1847), en moyennes mobiles centrées sur trois ans

Graphique 3. La production littéraire et les Belles-Lettres (1831-1847), en moyennes mobiles centrées sur trois ans

13Dans ce contexte, on comprend l’espoir des contemporains, qui ont cru qu’advenait, pour longtemps, un âge d’or pour le roman, puis l’aigreur de leur déception. Edmond Werdet, qui avait des raisons personnelles d’exprimer avec vivacité ces sentiments écrit :

Le jour de la mise en vente d’un livre de Victor Hugo, de Chateaubriand, de Lamartine, Benjamin Constant, Jay, Jouy, Casimir Delavigne, ou autres, l’heureux magasin de l’heureux éditeur était littéralement assiégé, soit par les flots d’un public affamé, soit par de longues files de libraires-commissionnaires ; Oh ! Que les temps sont changés depuis ! Plus d’éditeurs de romans, plus de commis-voyageurs ! À peine par-ci par-là quelqu’un disposé à en lire hors du rez-de-chaussée des journaux ! Les dieux s’en vont...

Graphique 4. Roman, théâtre et poésie (1831-1847), en moyennes mobiles centrées sur trois ans

Graphique 4. Roman, théâtre et poésie (1831-1847), en moyennes mobiles centrées sur trois ans

14Dans cette citation, il est frappant que, malgré une énumération de noms très divers, le roman soit la seule référence générique et s’identifie ainsi, dans une vision à la fois mythologique et polémique, à la littérature. Or, sur ce point, le roman a échoué et ne parvient pas à distancer, du moins en nombre de titres publiés, les autres genres littéraires. Le graphique 4 montre que les trois genres retenus par commodité statistique (roman, théâtre, poésie) réalisent des scores comparables et qu’à aucun moment la fiction narrative n’est en situation de l’emporter ; le problème de cette dernière est donc autant d’identité culturelle que d’existence commerciale, et la chute des années 1840, en remettant en cause cela même qui semblait acquis, une position forte sur le marché, est particulièrement mal venue.

15Voilà le décor général ; il est plus difficile de repérer, dans la masse, éditorialement et littérairement cosmopolite, que constitue la production romanesque, des mécanismes spécifiques à certains sous-ensembles : il est inévitable d’avancer avec lenteur, et de partir des observations les plus simples, mais parfois aussi les plus étrangères à ce qui nous occupe ici, avant de cerner la problématique balzacienne.

Le roman étranger

16Compte tenu de la vogue de Walter Scott, il est tentant, a priori, de mesurer l’impact du roman sur le public français en extrapolant à partir de la diffusion des grands écrivains étrangers (pour l’essentiel, les auteurs de langue étrangère : Scott, Cooper, le capitaine Marryat). Dans cette perspective, James S. Allen et, surtout, Martyn Lyons ont donné quelques indications chiffrées sur la popularisation d’une esthétique romantique que révélerait la publication de ces maîtres du roman anglo-saxon. Si cette influence est indéniable, son histoire est plus incertaine, de même que les relations qu’elle suggère entre le roman étranger et la production française.

17Le graphique 5 (p. 30) réunit deux courbes presque parfaitement symétriques, celles du roman français et du roman étranger non traduits (car la Bibliographie de la France annonce un certain nombre de romans français traduits pour l’exportation). Tout se passe comme si l’un compensait l’autre : la production française augmente lorsque l’étrangère augmente, et vice versa. Il n’existe évidemment pas de lien direct de causalité : ni les éditeurs ni les lecteurs ne sont les mêmes ; mais la symétrie constatée, très rare en statistique, méritait d’être relevée.

18Le volume de textes étrangers traduits (graphique 6, p. 31) évolue de manière différente : comme pour le roman français, il est très important dans un premier temps, et culmine aussi en 1838 (84 titres publiés) ; mais sa chute, plus forte et plus durable, n’est interrompue par aucune reprise significative. En fait, l’édition de romans étrangers obéit à une logique principalement commerciale : de même qu’on imprimait massivement les classiques français sous la Restauration, pour répondre à une demande diffuse de littérature, les éditeurs profitent de la conjoncture favorable des années 1830 pour exploiter le domaine étranger, auquel ils renoncent dès les premiers signes de mévente. On pourra en dire autant des collections d’Œuvres complètes.

Graphique 5. Roman français et roman étranger non traduits (1831-1847), en moyennes mobiles centrées sur trois ans et en base 100

Graphique 5. Roman français et roman étranger non traduits (1831-1847), en moyennes mobiles centrées sur trois ans et en base 100

Les Œuvres complètes

19En termes éditoriaux, la notion d’Œuvres complètes recouvre des aspects contradictoires. D’une part, elle est un signe de consécration et une étape dans le processus de classicisation des auteurs ; d’autre part, elle permet à un éditeur d’appliquer à la littérature les principes de l’« édition programmée », de puiser commodément dans un vaste vivier de textes connus, enfin d’atteindre un vaste public, notamment provincial, peu sensible aux soubresauts de la littérature parisienne ; de plus, si l’opération réussit, elle assure à son promoteur la constitution de fonds propres qui, dans une deuxième étape, l’amènera s’il le désire à prendre des risques dans la publication de textes contemporains. Werdet a débuté ainsi, et Balzac s’y est essayé, avec les Œuvres complètes de Molière et de La Fontaine en 1825. Plus généralement, la librairie de la Restauration sort du marasme où l’avaient plongée les guerres napoléoniennes grâce à des éditions volumineuses de textes classiques, à tous les formats et à tous les prix. Cette exploitation du fonds traditionnel se prolonge au-delà de 1830, mais s’y ajoutent de plus en plus, pour le roman, des auteurs à succès, récents ou contemporains, pour lesquels la publication en Œuvres ou en Œuvres complètes s’explique par le souci commercial de fidéliser un public : on y » retrouve déjà l’esprit de la collection moderne, à cette différence près que le principe fédérateur est le nom de l’auteur, non pas le thème traité. Voici ces auteurs d’Œuvres (complètes), tels qu’ils ressortent, de 1831 à 1847, du dépouillement de la Bibliographie de la France :

1831

Scott

1832

Cooper, Nodier, Ludwig Tieck

1833

Cooper, Ducange, Hoffmann, Kock, X. de Maistre

1834

Kock

1835

Kock, Scott

1836

Cooper, Mme Cottin, Kock, Raban, Horace de Saint-Aubin, Sand

1837

Alphonse Brot, Kock, Marryat, Sand, Scott, Sue

1838

Alphonse Brot, Cooper, Ducange, Hoffmann, P.-L. Jacob, Kock, Pigault-Lebrun, Sand, Scott

1839

Cooper, Kock, Marryat

1840

Cooper, la comtesse Dash, Kock, Pigault-Lebrun, Horace de Saint-Aubin, Sand, Scott, Soulié, Sue

1841

Cooper, Kock, Scott

1842

Cooper, Fiévée, Sand, Scott et... Balzac

1843

Cooper, Hoffmann, Sand

1844

Ducray-Duminil, Jules Lecomte, Sand, Scott

1845

Cooper, Scott

1846

Cooper, Sue

1847

Mme Cottin, Sand, Scott

Graphique 6. Roman étranger traduit (1831-1847), en moyennes mobiles centrées sur trois ans

Graphique 6. Roman étranger traduit (1831-1847), en moyennes mobiles centrées sur trois ans

20Cette énumération montre la place prépondérante occupée par les Anglais, qui semblent bien jouer le rôle de classiques populaires, et l’importance des « petits auteurs » (Kock, Ducange, Pigault-Lebrun, Soulié, Horace de Saint-Aubin, etc.). On pécherait donc par anachronisme en attribuant à cette production le prestige, philologique ou littéraire, des grandes collections du XXe siècle : à l’époque de la monarchie de Juillet, il était très probable que, pour un auteur soucieux de sa dignité, et, en conséquence, de son indépendance à l’égard du marché, le passage de la publication individuelle aux Œuvres complètes devait s’opérer avec une extrême prudence, et seulement si la conjoncture économique de la librairie laissait augurer un succès. D’où le graphique 7 : l’édition d’Œuvres complètes est très forte jusqu’en 1835 (entre 80 et 108 titres annuels), faiblit de 1836 à 1838 (44-77 titres) à cause, peut-être, de la concurrence de la littérature contemporaine, puis stagne jusqu’en 1847 en dessous de 40 titres.

Graphique 7. L’édition d’Œuvres complètes (1831-1847), en moyennes mobiles centrées sur trois ans

Graphique 7. L’édition d’Œuvres complètes (1831-1847), en moyennes mobiles centrées sur trois ans

21D’ailleurs, aucun auteur contemporain de la monarchie de Juillet ne se lance dans ce genre d’entreprise après 1839 : Lamartine le fait en 1834 et en 1836, Hugo en 1836, Vigny en 1837, Chateaubriand notamment en 1832 et en 1837. Pour George Sand seule, l’édition des Œuvres complètes commence, chez Perrotin, en 1842, mais après la parution de ses Œuvres, chez Bonnaire, de 1838 à 1842.

Le déclin de l’édition traditionnelle

22Il était prévisible que l’édition d’œuvres complètes, apparue en période de prospérité, déclinât avec la crise ; elle renaîtra dès que les circonstances le permettront. En revanche, des années 1840 date un phénomène essentiel pour l’histoire culturelle de la librairie française : la chute d’une production artisanale de fiction, souvent à bon marché et de petit format, publiée en marge de la littérature parisienne.

Graphique 8. L’édition de romans in-32 (1831-1847), en moyennes mobiles centrées sur trois ans

Graphique 8. L’édition de romans in-32 (1831-1847), en moyennes mobiles centrées sur trois ans

Graphique 9. L’édition de romans en province (1831-1847), en moyennes mobiles centrées sur trois ans

Graphique 9. L’édition de romans en province (1831-1847), en moyennes mobiles centrées sur trois ans

Graphique 10. L’édition de contes et nouvelles (1832-1846), en moyennes mobiles centrées sur trois ans

Graphique 10. L’édition de contes et nouvelles (1832-1846), en moyennes mobiles centrées sur trois ans

23Les graphiques 8 à 10 fournissent trois indices, d’ailleurs étroitement corrélés, de cette évolution : la baisse du format in-32, souvent utilisé pour le colportage, de l’édition provinciale, et des contes et nouvelles (pour l’essentiel, récits médiévaux, contes de fées et contes orientaux). Il s’ensuit une standardisation des formats et une concentration des lieux d’édition dans quelques grandes villes de province (Avignon, Lille, Limoges, Lyon, Nancy, Tours). Le besoin en contes et récits brefs, lui, n’a pas disparu, mais passe désormais par d’autres canaux de diffusion : la publication par livraisons de recueils collectifs (cf. graphique 11, p. 36) et les périodiques quotidiens, hebdomadaires ou mensuels qui fournissent le public familial en nouvelles ou en romans débités en tranches.

24En outre, la Bibliographie de la France annonce, à partir de 1844, la réimpression en volume des romans parus en feuilleton et offerts en prime aux nouveaux abonnés : 2 en 1844, 8 en 1845, 16 en 1846, 19 en 1847. Ainsi, la césure qui s’opère au milieu de la monarchie de Juillet est autant qualitative que quantitative, et se caractérise par la restructuration de la moyenne et de la grande diffusion, qui s’achèvera sous le Second Empire : il est inutile de s’attarder davantage sur ce processus, auquel est consacré l’essentiel des travaux actuels sur l’édition du XIXe siècle et sur la littérature populaire.

Graphique 11. La publication de romans par livraisons (1832-1846), en moyennes mobiles centrées sur trois ans

Graphique 11. La publication de romans par livraisons (1832-1846), en moyennes mobiles centrées sur trois ans

L’édition parisienne de nouveautés littéraires

25Pour considérable qu’il soit, ce processus survient à la lisière de l’édition littéraire, qui reste inchangée : l’œuvre nouvelle est, en principe, d’abord publiée in-8° (7,50 F/volume), puis rééditée in-12 (2-3 F/volume) ou in-18 (1-2 F/volume). Un roman de taille moyenne fait couramment 2 volumes in-8° (15 F), 3 in-12 (6-9 F) ou 4 in-18 (4-8 F) : dans tous les cas, le prix reste élevé et les tirages limités ; les in-12 et les in-18 ne servent qu’à prolonger la durée de vie des œuvres et, pour les auteurs, à en accroître la rentabilité ; mais ces deux raisons suffisent à en faire les indispensables compléments de l’in-8°.

Graphique 12. L’édition de romans par format (1831-1847), en moyennes mobiles centrées sur trois ans

Graphique 12. L’édition de romans par format (1831-1847), en moyennes mobiles centrées sur trois ans

26Or le graphique 12 offre les courbes les plus révélatrices et les plus surprenantes de cette enquête : on y constate que l’édition in-8°, malgré la crise et les fluctuations conjoncturelles, demeure, de 1832 à 1845, à une moyenne de 164 titres annuels ; au contraire, l’ensemble des in-12 et des in-18 décroît dès 1835, et se situe, durant la même période, à un niveau moyen de 93 titres. L’écart se creuse entre l’édition d’œuvres originales et le marché de la réédition. Une étude plus précise montrerait d’ailleurs que les rééditions en tous formats profitent davantage, à mesure que le déclin du roman se confirme, aux rares vedettes du genre, consacrées par le roman-feuilleton.

27Tous les paramètres examinés jusqu’à présent aboutissent, pour la monarchie de Juillet, à une description cohérente de l’édition littéraire : on y retrouve, dans une première période, l’éventail des produits hérités de l’Ancien Régime : la publication in-8°, et toutes les formes artisanales de réédition (in-12, in-16, in-18, in-32). Les nouvelles exigences culturelles et économiques rendent cette palette obsolète, et tendent à y substituer des modes modernes d’exploitation, qui profitent provisoirement à la presse périodique. Pourtant, l’in-8°, symbole de l’édition littéraire, subsiste et apparaît comme l’un des derniers bastions de la librairie traditionnelle. Mais, victorieusement concurrencée, en termes de rentabilité et de prestige, par la presse parisienne, elle cesse d’être le sommet d’une pyramide pour devenir un commerce modeste, qui vit en marge des mutations de l’imprimerie et de la culture. Le capitalisme industriel fait le vide autour d’elle, et cet isolement préfigure son déclin relatif durant la suite du XIXe siècle : elle ne disparaît pas, elle se survit.

28Bien sûr, dès la monarchie de Juillet, la librairie parisienne imagine des parades : la publication par livraisons qui, par sa périodicité et son apparente modicité, mime la presse, et la « révolution Charpentier ». On connaît les caractéristiques techniques de cette dernière : un nouveau format (le grand in-18), un texte abondant qui réduit le blanc des pages à une proportion décente, un prix modéré (3,50 F), compte tenu du nombre de signes imprimés. Mais la vraie révolution est culturelle ; en constituant son catalogue avec beaucoup de parcimonie et de rigueur, Gervais Charpentier, venu de l’in-8°, fait de sa collection une chambre d’enregistrement officieuse de la « bonne littérature » :

1838

Balzac, Mme de Staël

1839

Balzac, Constant, Goethe, Goldsmith, Prévost, Mme de Staël

1840

Balzac, Mme de Krüdner, X. de Maistre, Manzoni, A. de Musset, Nodier, Sainte-Beuve, Senancour, Mme de Souza, Mme de Staël

1841

Fielding, Goethe, Flugo, Lesage, A. de Musset, Prévost, Topffer

1842

Balzac, Goethe, miss Inchbald, Mérimée, Mme de Staël, Sterne, Vigny

1843

Constant, Miss Burney, Goethe, Delecluze, Hoffmann, Lesage, Marivaux, Mme de Staël

1844

Goethe, Goldsmith, X. de Maistre, Nodier, Prévost, Senancour, Mme de Staël, Topffer

1845

Gautier, Goethe, Hugo, A. de Musset, Sainte-Beuve, X. B. Saintinie, Sand, Mme de Souza, Mme de Staël

1846

Balzac, Mme de Krudner, A. de Musset, Rousseau, Topffer, A. de Vigny

1847

Balzac, Cervantes, Senancour

(Source : Bibliographie de la France)

29En soumettant les techniques commerciales à une politique éditoriale, Charpentier montre ainsi la voie à un futur renouveau de l’édition littéraire ; mais il n’est pas Ladvocat, et exploite exclusivement le domaine de la réédition, engrangeant les valeurs sûres de la littérature.

Le cas Balzac

30Dans ces conditions, on comprend que le combat de Balzac a un sens historique fort, cohérent avec l’ensemble de ses positions idéologiques, mais qu’il est une cause perdue ; il s’agissait, pour lui, de défendre l’acte éditorial traditionnel, d’ailleurs idéalisé, et en conséquence, de limiter le poids des intermédiaires au profit de l’auteur (signataire et producteur). On s’explique moins, en revanche, la publication de La Comédie humaine à partir de 1842, au plus fort de la crise, et c’est à ce problème que je consacrerai mes dernières hypothèses.

31Le graphique 13 (p. 40) présente la publication balzacienne de 1831 à 1847 sous ses principales formes éditoriales (nouveautés in-8° hors Comédie humaine, nouveautés de la collection Charpentier, volumes de La Comédie humaine, nouveautés in-12 et in-18). Il est bien sûr impossible de dégager, à partir d’un si faible corpus, des observations statistiques ; ce graphique suggère cependant quelques tendances :

32– La première est la constante productivité de l’auteur, à l’exception des années 1840-1841 (encore elles !) ; elle se mesure, en particulier, par le nombre de nouveautés in-8°, qui reflète l’actualité littéraire. Mais il est vraisemblable que Balzac, après une période d’intense activité, ait assez tôt cherché à se prémunir des aléas du marché, et à tirer parti d’un contexte très favorable pour se dégager des contraintes qu’imposent la recherche non maîtrisée du profit. Bon pourvoyeur de la librairie, il lui faut élaborer une stratégie capable de conforter sa situation professionnelle et de lui assurer une relative autonomie. Cette manœuvre se fait, apparemment, en trois temps :

33– Dans les années 1833-1838, puis en 1840 et en 1845, il utilise le créneau de l’in-12 et de l’in-18 traditionnels, mais se désintéresse assez vite de cette forme éditoriale déclassée, qui n’apporte aucun surcroît de légitimité : il s’éloigne ainsi de la trajectoire que suivent les autres romanciers (un P. de Kock, par exemple).

34– De même qu’il avait publié, dans La Presse, le premier roman-feuilleton, il participe, en 1838, au lancement de la collection Charpentier, et 13 de ses œuvres y paraissent de 1838 à 1842. Il obtient ainsi une première reconnaissance éditoriale : pour Balzac, l’entrée dans le catalogue Charpentier est le contrepoint naturel du roman-feuilleton.

Graphique 13. La production balzacienne (1831-1847). Nouveautés in-12 et in-18, hors Charpentier

Graphique 13. La production balzacienne (1831-1847). Nouveautés in-12 et in-18, hors Charpentier

35Immédiatement après, dans les années 1842-1846, la parution de La Comédie humaine confère au roman balzacien la dignité des Œuvres complètes. Si le choix de la publication en la dignité des Œuvres complètes. Si le choix de la publication en livraisons, commandé par le contexte de la librairie, n’appelle pas de commentaires particuliers, la réorganisation des œuvres en une totalité cohérente constitue une particularité remarquable dont l’analyse revient à la critique ; j’ajoute seulement un élément à ce dossier : on a vu que les œuvres complètes de romanciers étaient le plus souvent considérées, à juste titre d’ailleurs, comme des pratiques purement commerciales. Seuls, les « grands auteurs » romantiques (Hugo, Lamartine, Vigny...), ayant servi plusieurs genres littéraires, peuvent justifier une pareille entreprise par le désir d’échapper à la sectorialisation croissante de la librairie, dont la poésie est la première victime. En élaborant une synthèse originale de sa production, Balzac se purifie du péché de spéculation, et se distingue, sur ce point aussi, de ses concurrents : en somme, il substitue à la diversité générique des premiers romantiques l’unité génétique de son monument romanesque.

36 La Comédie humaine n’est donc pas, me semble-t-il, une réponse au marasme du roman : elle comporterait alors de trop grands risques financiers. En réalité, dès les années 1830, la plupart des écrivains reconnus ont le souci de ne pas se laisser piéger par l’emballement du marché, et de conquérir, dans cette « littérature-librairie » dont parle Hugo dans Les Misérables, la place enviable d’observateur privilégié – au sens propre, d’observateurs à privilège : Balzac dira des « maréchaux des lettres ». De là l’accumulation des Œuvres complètes, et, sur un autre plan, le piétinement à la porte de l’Académie, la tentation politique. Balzac fait de même, mais, simple romancier, il doit gagner sur son terrain, et il a besoin de temps. C’est la maturation nécessaire d’un authentique projet littéraire qui provoque le décalage constaté. Mais cet anachronisme accidentel, qui permet à La Comédie humaine de clore l’histoire romanesque de la France monarchique, contribue à lui donner sa valeur de testament personnel et de défi culturel.

37On pourrait dire, d’une formule, que Balzac invente le roman moderne où moment où, déjà, celui-ci paraît défait. Cette étrangeté, plus peut-être que toutes les autres, explique pourquoi La Comédie humaine deviendra la référence nécessaire et le mythe tutélaire de la littérature à venir.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. L’édition littéraire de 1815 à 1936
URL http://books.openedition.org/puv/docannexe/image/1618/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Titre Graphique 2. L’édition de romans (1831-1847)
Légende N.B. - Cette courbe est en moyennes mobiles centrées sur trois ans, à partir du nombre de notices annoncées à la Bibliographie de la France ; la première colonne correspond donc à la moyenne des années 1831, 1832 et 1833, et ainsi de suite.
URL http://books.openedition.org/puv/docannexe/image/1618/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Graphique 3. La production littéraire et les Belles-Lettres (1831-1847), en moyennes mobiles centrées sur trois ans
URL http://books.openedition.org/puv/docannexe/image/1618/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Graphique 4. Roman, théâtre et poésie (1831-1847), en moyennes mobiles centrées sur trois ans
URL http://books.openedition.org/puv/docannexe/image/1618/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Graphique 5. Roman français et roman étranger non traduits (1831-1847), en moyennes mobiles centrées sur trois ans et en base 100
URL http://books.openedition.org/puv/docannexe/image/1618/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Graphique 6. Roman étranger traduit (1831-1847), en moyennes mobiles centrées sur trois ans
URL http://books.openedition.org/puv/docannexe/image/1618/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphique 7. L’édition d’Œuvres complètes (1831-1847), en moyennes mobiles centrées sur trois ans
URL http://books.openedition.org/puv/docannexe/image/1618/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Graphique 8. L’édition de romans in-32 (1831-1847), en moyennes mobiles centrées sur trois ans
URL http://books.openedition.org/puv/docannexe/image/1618/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Graphique 9. L’édition de romans en province (1831-1847), en moyennes mobiles centrées sur trois ans
URL http://books.openedition.org/puv/docannexe/image/1618/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Graphique 10. L’édition de contes et nouvelles (1832-1846), en moyennes mobiles centrées sur trois ans
URL http://books.openedition.org/puv/docannexe/image/1618/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Graphique 11. La publication de romans par livraisons (1832-1846), en moyennes mobiles centrées sur trois ans
URL http://books.openedition.org/puv/docannexe/image/1618/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Graphique 12. L’édition de romans par format (1831-1847), en moyennes mobiles centrées sur trois ans
URL http://books.openedition.org/puv/docannexe/image/1618/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Graphique 13. La production balzacienne (1831-1847). Nouveautés in-12 et in-18, hors Charpentier
URL http://books.openedition.org/puv/docannexe/image/1618/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

© Presses universitaires de Vincennes, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search