Version classiqueVersion mobile

Façons de voir

 | 
Éric Clémens

Avant-propos

Christian Doumet, Michèle Lagny, Marie-Claire Ropars-Wuilleumier et Pierre Sorlin

Texte intégral

1Une fois n’est pas coutume. C’est à un philosophe qu’il revient ici de soustraire l’esthétique au cadre de la philosophie. Il faut pour cela deux mouvements parallèles, et cependant croisés, qui tout à la fois tissent la trame phénoménologique d’une pensée de l’apparaître-disparaître, et à la fois puisent dans la pulsion du geste plastique le plus radical la genèse d’un temps par où la perception s’ouvre à la pensée.

2Max Loreau, donc, avec Mathias Pérez. L’un permet de remonter vers Merleau-Ponty et Leroi-Gourhan, tandis que l’autre, par la brutalité des éléments qu’il libère, nous renverrait à Lucrèce à travers les Matériologies de Dubuffet. Dans les deux cas, c’est de corps pictural qu’il s’agit, un corps paradoxal puisqu’il donnerait à voir, avec la langue visuelle où il se forme, l’impossibilité même de voir qui définit l’écart interne à la vision du peintre - en d’autres termes sa fiction.

3Cette rencontre de la peinture et du phénomène suppose une lecture philosophique attentive à retourner les énigmes qu’elle pose et une analyse picturale attachée à faire entendre le rapport du peindre au penser. Suppose donc, en tous les cas, une force d’écrire dont la singularité tiendrait moins au plaisir qu’elle suscite qu’à la violence avec laquelle elle nous contraint de suivre, en chaque point, la torsion qui soumet la philosophie à l’épreuve de l’art et relie l’expérimentation conceptuelle - de la couleur ou de la matière - à l’informulable du concept.

4Éric Clémens ne cesse de le soutenir, ce qui se joue dans la vue relève du langage, et la phénoménologie ne peut être telle qu’à déplier le jeu du logos dans l’expérience phénoménale. Mais c’est le propre de la peinture - dans son infigurabilité même - que de convoquer la différence des langages pour libérer, jusqu’au sein de la parole, « l'antilogos » qui la rend apte à parler. De même que Magritte, par le désaveu de ses titres, rend à l’image sa pure capacité de ressemblance - hors toute prise référentielle-, de même les façons de voir que nous propose ici l’auteur rendent-elles perceptible non une logique, mais un façonnement des œuvres contemporaines, c’est-à-dire le tracé du geste qui les forme et s’y dissipe.

5Paradoxe ultime d’une esthétique hors cadre où l’écrire, pour être fidèle à l’étrangeté du voir que dévoile l’acte pictural, se doit d’épouser la coulée du geste par où la vue ne vient que retournée vers sa genèse.

© Presses universitaires de Vincennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search