Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Persona. Du portrait en peinture

 | 
Pierre Sorlin

Avant-propos

Christian Doumet, Michèle Lagny et Marie-Claire Ropars-Wuilleumier

Texte intégral

1 Sur la peinture, toujours, la réflexion esthétique vient rebondir. Faisant suite aux Façons de voir, d’Éric Clémens, le Persona de Pierre Sorlin propose une double vue croisée : celle du sociologue qui trouve dans le portrait l’occasion la plus propice à l’épreuve des contraintes sociales réglant le champ de la représentation ; celle de l’amateur érudit, attentif aux multiples détails que seul découvre l’œil du myope, nous invitant à voir, dans l’effigie d’une personne, la trace des désirs et détours à travers lesquels la présentation duplice d’une figure l’emporte sur l’exigence de la figuration.

2 C’est ce croisement - et cette contradiction - qui font le prix d’un tel essai. Comment tenir simultanément le geste de la commande, qui exige la précision des contours, et celui du peintre, qui détruit le corps pour se l’approprier ? Un portrait n’est pas un visage - mais sans visage pas de portrait, la copie ne ressemble pas au modèle, mais sans modèle point de tableau, l’image de l’autre est toujours autre alors même qu’elle se donne pour être reconnue. Pierre Sorlin n’entend pas résoudre cette tension, mais au contraire la porter à son point extrême. D’où l’étonnant voyage qu’il propose de traces en traces et de scène en scène sans s’arrêter jamais sur une vue stabilisable.

3 La collection « esthétiques hors cadre » fait donc ici l’épreuve de son propre projet : la pluralité interne d’une pensée esthétique s’y expose en pleine aporie, puisque le défi consiste à faire coexister, en chaque prise de vue sur l’énigme du portrait, deux points de vue inconciliables et cependant inséparables. C’est en ce cas l’absence de synthèse qui obtiendra le dernier mot : loin d’inviter le lecteur à faire lui-même son choix, nous retiendrons, pour notre part, l’exigence fragmentaire qui vient s’inscrire dans l’objet comme dans la démarche. De même que l’essai de Pierre Sorlin circule de fragment en fragment, chacun ne valant que par l’effraction qu’il fait de tout ensemble, de même aussi la réflexion esthétique se verra confrontée à l’impossibilité où elle se trouve de tenir aucun des cadres qu’elle se donne. En cela Persona ne nous parle pas seulement du portrait, mais aussi de la peinture et, à travers elle, de la façon dont l’art appelle à réfléchir l’éclatement des savoirs hors desquels pourtant rien ne saurait se dire de l’art.

© Presses universitaires de Vincennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.