Version classiqueVersion mobile

Le Temps d'une pensée

 | 
Marie-Claire Ropars-Wuilleumier

4. Passage au dehors (1995-2007)

Présentation

Sophie Charlin

Texte intégral

Le dehors est dangereux, il engage le mouvement et le détour,
le change des formes et le retournement du regard.
(L’Âge du paysage)

1L’œil aveugle sur lequel se referme le précédent ensemble marque un aboutissement. Mais les deux moments négatifs de l’intervalle et de l’oblitération, loin de produire un point d’arrêt, sont le point de départ d’une réflexion sur le mouvement : la visibilité paradoxale de l’image relève d’une mobilité sans repos que l’épreuve du texte et du film ont permis de faire émerger.

2Cette partie s’articule autour de deux axes pour penser le mouvement : l’espace et le temps. La réflexion sur l’espace (Écrire l’espace, 2002) qui ponctue cette période est prolongée ici et se double, indissociablement, d’un travail sur le temps, son second versant. En observant le mouvement à travers cette double composante originale – le mouvement est passage du temps et déplacement spatial –, un principe se dessine. Marie-Claire Ropars construit l’idée de mouvement en termes d’éclatement, de disruption, ou de force.

3Les dialogues filés avec Deleuze et avec Blanchot viennent converger autour de ces enjeux. Mais c’est surtout la lecture de Deleuze et la critique de l’image-mouvement et de l’image-temps qui servent de pivot et de cadre de réflexion durant cette période. Le dialogue avec Deleuze, entamé dès les années 1980 à la sortie de L’Image-mouvement et de L’Image-temps (« Le cinéma lecteur de Gilles Deleuze »), continué de manière plus ou moins explicite jusqu’ici, reprend d’une manière très dense au cours de cette dernière période. Autant les travaux de Blanchot constituent ce qu’on pourrait appeler une influence dans l’œuvre de Marie-Claire Ropars, autant les travaux de Deleuze jouent un rôle plus complexe. Toujours remises sur le métier, les analyses consacrées à Deleuze occupent une place à part et prennent une acuité saisissante. Les travaux convergent vers ces deux déconstructions des théories de Deleuze, non pas pour en infirmer les propositions mais au contraire comme pour en éprouver la fertilité vis-à-vis d’une démarche voisine et néanmoins distincte.

  • 1 L’Idée d’image, PUV, 1995, p. 128.

4Marie-Claire Ropars montre les insuffisances ou les apories auxquelles mènent les concepts d’image-temps et d’image-mouvement, mais il ne s’agit pas de les invalider, plutôt de les articuler autrement, et d’en déployer davantage les potentialités critiques. La réflexion porte dans un premier temps sur le concept d’image-mouvement (« Le tout contre la partie : une fêlure à réparer »), et, une dizaine d’années plus tard, en miroir, vient une analyse de l’image-temps (« La « pensée du dehors » dans L’Image-temps (Deleuze et Blanchot) »). En négatif, à travers ces deux lectures, c’est une perspective esthétique que dessine Marie-Claire Ropars. Selon elle, le mouvement est premier et essentiel dans l’image. Son corollaire, comme l’ont montré certaines analyses antérieures, est la mise en cause de la visibilité. À l’inverse, elle étudie comment, chez Deleuze, l’image-mouvement « canalise » le mouvement dans l’action sans prendre en compte le danger réel qu’il implique pour l’image. L’image-mouvement « restaure » malgré tout le visible et demeure dans la positivité de l’image. Puis, poursuivant la critique, Marie-Claire Ropars montre comment, dans une seconde étape, l’image-temps totalise et fige dans le cristal ce qui n’est que passage. Manqué encore une fois, le mouvement est « conjuré » dans la cristallisation qui donne forme au temps. Il s’agit alors, pour Marie-Claire Ropars, à travers sa critique de Deleuze et dans ses propres hypothèses qui lui répondent, de rendre au mouvement son caractère « explosif1 » (ruptures, disruptions, métamorphismes, courts-circuits d’espace et de temps), c’est-à-dire de préférer l’éclatement à la résolution. Marie-Claire Ropars associe cette définition radicale du mouvement avec une ouverture au « dehors ». La notion empruntée à Blanchot devient, appliquée à l’esthétique, un principe fondamental.

5Trois articles soutiennent l’édifice du projet théorique, mêlant aux analyses précises de textes, de photographies ou de tableaux la discussion des concepts de Deleuze et de Blanchot. La navigation, de l’un à l’autre, et de l’espace au temps, se fait dans un même attrait du dehors. Ainsi, l’analyse consacrée à Henry James, « Forme et roman », détaille-t-elle le mouvement qui conduit à l’explosion de la forme et esquisse la proposition d’une esthétique plurielle qui rendrait compte de l’altération incessante de l’écriture romanesque. De l’espace du texte au temps de l’image, le trajet conduit à une étude de W ou le souvenir d’enfance de Perec tout aussi minutieuse : « Image et temps, ou le temps de l’arrêt ». Le retour du souvenir croise la photographie et l’écriture autour des paradoxes du temps, son arrêt impossible et sa fuite incessante. Enfin, dans l’ample texte L’Âge du paysage, l’ouverture paysagère porte à son apogée l’attrait et ses périls. La promenade s’étend à travers des œuvres et des périodes multiples où l’image et le regard sont mis à l’épreuve d’un attrait paysager tandis que sont avancés pas à pas les principes de la pluralité esthétique.

6Si la symétrie de cette dernière partie s’achève avec l’analyse de Deleuze (« La « pensée du dehors » dans L’Image-temps (Deleuze et Blanchot) ») et rassemble en un même texte les deux compagnons de théorie de Marie-Claire Ropars, le mouvement ne s’arrête pas pour autant. Le texte relance justement, jusque dans ses derniers mots, le mouvement de la pensée.

7Nous avons détaché en épilogue un dernier texte énigmatique, « À l’insu du secret », texte court, emblème mystérieux. Ce texte raconte le souvenir d’un amateur d’images. Souvenir vibrant et évanescent d’une mosaïque à Otrante, qui rappellera sans doute au lecteur d’autres images écrites dans ces pages mais qui, surtout, témoigne d’une pensée vouée à ce qui, dans les arts, ne cesse de s’échapper.

Notes

1 L’Idée d’image, PUV, 1995, p. 128.

© Presses universitaires de Vincennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search